leral.net | S'informer en temps réel

Wade, du démon-crate au ‘’diable démasqué’’

'' Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille
tant que le peuple ne relève pas le défi ''
François Mitterrand


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Septembre 2011 à 21:11 | | 3 commentaire(s)|

Wade, du démon-crate au ‘’diable démasqué’’

Qu'est-ce qu'on n’a pas encore lu, dans les journaux, regardé à la télévision, écouté à la radio, entendu dans les manifestations, ou vu affiché sur des pancartes, concernant le président Abdoulaye Wade : des propos qui témoignent d’une certaine déception pour les uns et d’un certain mépris et dégoût pour les autres. Une chose est cependant sûre, on peut parler sans se tromper, de divorce ou de rupture entre Wade et les sénégalais et surtout la jeunesse qui l'a porté en partie au pouvoir. Le slogan ''SOPI'' raisonne désormais dans l'oreille de beaucoup de nos compatriotes comme une vieille chansonnette démodée, vidée de tout son sens : ''SOPI'' est devenu ''SAPI''!
J'ai cherché un qualificatif ou un mot pour décrire ce malaise social suscité par ce personnage sulfureux et ô combien complexe et plein de paradoxes. J'avoue que le seul mot qui me vient à l'esprit est quel gâchis ! Un sentiment de désespoir et d'étonnement à la fois.
L'élection d’Abdoulaye Wade en 2000, avait soulevé au Sénégal l'immense espoir d'un changement profond. Beaucoup de sénégalais étaient persuadés que son arrivée au pouvoir constituait un tournant dans l'histoire du pays et dans la consolidation de la démocratie.
Jamais un homme n'a été aussi admiré, soutenu par un peuple, par une jeunesse, dans sa lutte pour la conquête du pouvoir. Ses meetings électoraux, ses passages suscitaient partout les passions. On se souvient de lui comme l'opposant le plus charismatique de la scène politique sénégalaise.
Le personnage est aussi énigmatique. II inspirait à la fois espoir et méfiance. Certains ont toujours pris une certaine distance avec lui eu égard à son humeur changeant et à son comportement imprévisible, ce qui lui a valu le surnom de '’ ndiomboor'' : le lièvre de ''ndoumbélane'' qui s’en sortait toujours par ses subterfuges. Abdoulaye Wade a la réputation de quelqu'un de nuancé, de rusé, un clair-obscur, qui souffle le chaud et le froid.
Le mérite d’Abdoulaye Wade, c'est qu'il a réussi à faire de ses fidèles amis d'hier ses pires ennemis d'aujourd'hui, et de ses pires opposants d'hier ses meilleurs compagnons actuels !
Magnifié par ses proches hier, ce sont les mêmes aujourd'hui qui le trouvent infréquentable. Commençant par Idrissa Seck. Le fils adoptif parlait de Abdoulaye Wade comme '' un homme avec un profil intellectuel au dessus de la norme, avec des qualités qui fait de lui le meilleur candidat et le meilleur président de la République pour le Sénégal. Il ruse beaucoup, mais ne ment jamais, son système de traitement des données est plus performant que le mien, il est très nuancé mais très précis dans sa démarche''. Aujourd’hui Idrissa seck est le premier à le démasquer et à mettre en garde les sénégalais. Pour lui ''Wade est devenu un danger pour le pays, il faut enlever Abdoulaye Wade de la Présidence de la république, c'est une question de survie nationale''. Pour Ousmane Ngom, son actuel ministre de l'intérieur et fin connaisseur de son mentor, ''Abdoulaye Wade parle comme un démocrate et agit comme un dictateur''. Le revirement le plus spectaculaire est sans aucun doute celui d’Iba Der Thiam. L'initiateur du mouvement ''abdo nu doy'' comparait Abdoulaye Wade à ''un diable surgit de sa boite un certain jour, et déclare au milieu d'un article de presse et de gloire, détenir les solutions miraculeuses de tous les maux dont souffrirait notre pays et que son mouvement ne peut soutenir un candidat à la pensée incohérente, qui n'a ni suite dans les idées, ni logique dans le raisonnement, et qui présente, selon son humeur, les circonstances et les intérêts du moment, des déclarations dont le paradoxe, les contradictions et l'inconséquence, crèvent les yeux de toute évidence''.
Le mérite d’Abdoulaye Wade, c'est qu'il a réussi à faire de ses fidèles amis d'hier ses pires ennemis d'aujourd'hui, et de ses pires opposants d'hier ses meilleurs compagnons actuels !
Il faut vraisemblablement être l'incarnation du diable pour réussir une telle pirouette.
Admiré par les uns et accablé par les autres, il a en dépit de tout accéder au pouvoir au prix d'abnégation et de bataille politique et parfois au péril de sa vie.
Après dix ans de présidence d’Abdoulaye Wade, le Sénégal traverse la période la plus sombre de son histoire politique, vit une instabilité sociale et politique sans précédent (il y’a unanimité sur le fait que les évènements des 23 et 27 juin sont une première dans l'histoire politique du pays).
Abdoulaye Wade s’est inscrit dans la lignée des pires dictateurs du continent africain : Mobutu, Bokassa, Amine dada, Oumar Bongo.
Dictateur des temps modernes, Abdoulaye Wade a un amour démesuré pour le pouvoir, les honneurs, les reconnaissances. II lui reste juste à donner son nom à une rue, à une autoroute (autoroute à péage Abdoulaye Wade), un théâtre (théâtre Abdoulaye Wade), ou à un monument pour magnifier la ''grandeur'' de sa famille. On aurait dit un mort qui se serait ressuscité pour réécrire sa propre histoire.
Celui qui se vante d'être l'africain le plus diplômé du Cap au Caire a fait sombrer son pays dans une crise sociale alarmante et dans une impasse économique inquiétante. Aussi aurait-il dû également rajouter qu'il est aussi l'être le plus têtu du Sahara au Kalahari.
II a réussi à plonger le Sénégal dans une campagne électorale permanente, et est arrivé à créer des dissidences au sein des familles politiques et des familles religieuses et surtout à créer une classe de nouveaux riches qui brille par son arrogance et sa médiocrité.
Abdoulaye Wade est le président qui court toujours derrière le prix Nobel de la paix en créant son propre comité de soutien, mais n’est pas Nelson Mandela qui veut ! Le seul prix qu'il aurait dû réclamer c'est celui de la déception et de la trahison. II a trahi le peuple sénégalais au détriment de l'unique intérêt de sa famille. II a fait beaucoup de promesses aux sénégalais, mais au final il a tout donné à sa famille.
Au nom du père, des enfants et de la ''sainte'' Viviane – Amen ! Tout pour ma famille!
Un mandat de trop pour une famille devenue trop peu encombrante !
Ma famille d'abord ! Pour emprunter le nom de la célèbre série américaine. En effet, avec Abdoulaye Wade, on se croirait dans une scène de théâtre ou les personnages centraux et les meilleurs rôles sont confiés à sa famille : avec lui dans le rôle du ''vieux fou'', Viviane dans celui de la première dame méprisante, Karim dans le rôle du prince maudit et Sindiely dans celui de la princesse gâtée et enfin Farba Senghor qui incarne le bouffon du roi. Le peuple doit se contenter de jouer les spectateurs et d’applaudir : le roi se porte bien, vive le roi!
Nous avons élu un homme, nous sommes dirigés aujourd'hui par une famille devenue trop peu encombrante !
Circulez y'a rien à voir ! Ainsi semblait t-il-dire au peuple sénégalais dans son intervention du 14 juillet. Le président s'est comporté comme un véritable général de l'armée, prêt à repartir au front et en découdre contre l'ennemi qui n'est rien d'autre que le peuple qui l'a porté au pouvoir. Celui qui disait ''qu'il ne rentrerait jamais au palais en marchant sur des cadavres'', est aujourd'hui disposé à massacrer son peuple pour rester dans ce palais.
L'histoire retiendra que l'opposant le plus adulé est devenu le président le plus détesté.
Que s’est-il donc passé dans la tête de cet homme pour qu'il devienne un pire despote ?
J'ai cherché du coté des psychologues et des psychiatres pour comprendre le monde imaginaire des dictateurs et percer leur mystère qui leur font perdre la réalité. Mes lectures m'ont guidé vers les écrits d’Anne-Laure Gannac, rédactrice en chef adjointe à Psychologies Magazine. Dans sa chronique intitulée: Qui sont vraiment les dictateurs ? Quelle est leur folie ? Elle fait une description psychologique des dictateurs et dresse leurs portrait robots.
Les soulèvements dans le monde arabe ont vu le départ de Ben Ali, d’Osni Moubarak et du colonel Kadhafi qui probablement a perdu le pouvoir et Bachar al Assad qui continue à user de la pire violence sur le peuple syrien, c'est l’occasion de s’interroger sur la personnalité des dictateurs et leur folie.
Selon Anne-Laure Gannac ‘’ On parle de folie à partir du moment où il y' a une perte de contact avec la réalité et où on la nie. Par exemple quand un peuple, dans sa très grande majorité, l’exhorte à partir et que l’homme reste au pouvoir en affirmant qu’il est là à la demande du peuple. Dans ce cas, on peut dire que c’est un déni de la réalité et on peut donc sérieusement s’interroger sur son niveau de lucidité. Il est difficile de porter un diagnostic unique sur la personnalité des dictateurs. Mais, il y a un trouble de la personnalité que l’on retrouve chez tous : la paranoïa qui se manifeste selon elle par un sentiment de persécution. Ils ont tous un sentiment de persécution. II y' a selon eux, un ennemi qui pillule et qu’il s’agit d’éliminer : le juif pour Hitler, l’agent étranger qui aurait drogué la jeunesse pour Kadhafi. Les dictateurs se sentent également pratiquement tous investis d’une mission démesurée, quasi divine, et de toute façon exceptionnelle. Pour Hitler c'était de purifier la race, pour Kadhafi c'est rassembler les pays arabes et de faire de la Lybie le commandant de toute l'Afrique.
Cette mission devient le but absolu et aucun moyen ne sera exclu dès lors qu’il pourra la servir. C’est là qu’il y a un basculement dans la folie. C’est ce qui explique la violence totalement démesurée, le meurtre sans limite, mais aussi ce sens sacrificiel qu’ils semblent avoir, ils sont prêts à le payer de leur vie. Kadhafi le dit, il est prêt à mourir en martyr. Ce que l’on pourrait prendre pour du courage n’est en fait que la manifestation ultime de cette folie paranoïaque ‘’.
À la paranoïa est ce qu'on peut on ajouter ce terme de mégalomanie ?
Pour Anne-Laure Gannac La mégalomanie c'est le lot de tous les grands hommes, de tous les hommes de pouvoir. Il ne faut pas se prendre pour n’importe qui, comme on dit, pour avoir la prétention d'exercer le pouvoir politique. Simplement chez certains ce n'est pas seulement un trait de personnalité. Ça tourne au trouble du comportement et c'est en ce moment que la mégalomanie devient en effet une manifestation de la paranoïa c’est à dire qu'il y a une exagération du moi, un gonflement du moi auquel l'homme s'identifie totalement et en ce sens il n'est plus lui même il n'est plus en contact avec son être, il n'est plus qu'un personnage fantasmé en quelque sorte crée de toute pièce et c'est sans doute ce qui peut expliquer parfois leur sens de la mise en scène de soi ou du déguisement et là je pense à Kadhafi qui s'affiche une fois en tenue traditionnelle, puis en costume militaire ou en quasi sosie de Michel Jackson, donc on peut se demander à quel moment il est lui ou il est lui.
Ces hommes sont également très intelligents en règle générale, est ce que ce n'est pas incompatible avec la manifestation de la folie ?
Non absolument pas, souligne Anne-Laure Gannac. ''Au contraire on appelle même paranoïa la folie raisonnante c'est à dire que les grands paranoïaques sont des hommes qui raisonnent beaucoup et c’est d’ailleurs comme cela qu’ils en viennent à perdre encore plus pieds avec la réalité parce qu’ils ne sont que dans la pensée, dans leurs pensées. Ils construisent tout un système d’arguments, de manière strictement intellectuelle, donc sans fondement réel. Ils y adhèrent et ils en font des lois universelles. Ils deviennent en quelque sorte esclaves de leurs raisonnements. Ils s’y enferment et du même coup ils se ferment à tout ce qui viendrait s’opposer à ce système de pensée. Donc vous voyez, il y' a un raisonnement intelligent, souvent très poussé même, imparable, sans la moindre faille, simplement la base en est folle''.
Est-ce système de pur esprit qui les mène finalement à une violence extrême ?
Oui précise la psychologue, ''d'abord parce que comme on disait tous les moyens sont bons pour servir ce raisonnement et ensuite parce que dans leur grande mégalomanie et leur hyper narcissisme les paranoïaques sont incapables d'empathie parce qu'à leurs yeux l'autre n'existe pas en soi il n'existe que pour servir leurs intérêts et leurs désirs''.
Oui mais enfin on n'est pas dictateur tout seul il faut aussi séduire tout un peuple alors comment font- ils ?
Anne-Laure Gannac répond ‘’qu’effectivement cette séduction c'est d’abord du charisme et ce charisme c'est celui que leur donne leur grande conviction et le sens du sacrifice aussi avec lequel ils se montrent prêts à défendre ces convictions et puis par ailleurs la séduction c'est une forme de manipulation, il ne faut pas l'oublier. Donc ce sont souvent des rois en matière de manipulation du fait de leur esprit très rationnel et calculateur. Les dictateurs sont tous des populistes autrement dit des séducteurs de foules et puis très vite y a l'argent, évidemment, qui leur permet d'entretenir leur cour jusqu'au jour ou ça ne suffit plus et ou les masques tombent''.
Et là le drame augmente encore un peu plus ?
''Là c'est le pire et d’ailleurs ce qui est assez récurent chez les dictateurs et qu'on voit d’ailleurs avec Kadhafi c'est que quand ils sentent que leur fin approche ils veulent tout détruire avec eux, tuer, bombarder... Souvenez vous c'était l'ultime projet d'Hitler de détruire toutes les installations berlinoises qui aurait sans doute été fait si son ministre des armements ne s'y était pas opposé. Donc après moi le déluge c'est peut être le raisonnement mégalomaniaque par excellence dans une sorte de démarche suicidaire collective. II a la certitude que rien ne doit exister après lui conclue Anne Laure Gannac.
Abdoulaye Wade au ''panthéon'' des dictateurs.
Dans ce portrait, on peut voir les traits d’Abdoulaye Wade. II développe, sans doute, tous les ''symptômes'' des dictateurs et de leur folie. Aussi il ne serait sans doute pas exagéré de le faire figurer au ''panthéon'' des dictateurs. II est sourd à toutes les revendications légitimes du peuple. Les problèmes des sénégalais ne semblent plus être ses soucis. Son seul et unique obsession à lui c'est de voir son fils lui succéder, ce qu'il a d’ailleurs lui-même avoué ''Je veux que Karim devienne président de la république un jour''.
Après lui, il croit que ce sera le déluge : ''mon départ créerait un chaos pire qu'en Cote d'ivoire' 'avait-il ajouté. II s'accroche au pouvoir aux moyens de promesses, de magouilles, de corruption et de déclarations maladroites. Quand ses milliards ne suffisent plus à acheter mêmes les plus bas âmes, il se transforme en manipulateur avec un pèlerinage à la Mecque pour masquer son appartenance à la franc-maçonnerie et en ''diable-charlatan-magicien-illusionniste'' qui, avec sa baguette maléfique, sortit une bague de sa boite soit disant un cadeau de son marabout !
Derrière ses airs de vieux sage et ses discours à résonance démocratique, se cache en réalité un dictateur en puissance. Le Sénégal vient de découvrir le vrai visage du diable. Abdoulaye Wade a tant abusé de la patience du peuple, qu'il a affamé et ébloui par ses ''constructions trompe-l’œil'' qui sont en réalité des gouffres financières. Mais le réveil a sonné après une longue nuit de cauchemar !
Après dix années de présidence, le bilan d’Abdoulaye Wade est pitoyable et pathétique pour un candidat qui avait promis à son peuple des jours meilleurs, mais au final on a eu droit à des nuits de galères atroces. Depuis 2000 des scandales financiers et économiques, des meurtres, des règlements de compte, des arrestations abusives, des agressions défrayent l’actualité. Bref la liste serait trop longue - à chacun d'en juger!
La fin programmée d'un pouvoir usé.
Aujourd'hui les milliards pour acheter les consciences, les menaces n'ont plus d'effets. Abdoulaye Wade et son entourage pataugent dans la boue. Tout va à contre-sens de leurs esprits maléfiques et de leurs plans tordus. Tous les signes d'une fin proche clignotent. Mais le vieillard de 90 ans est possédé par la folie du pouvoir. Son entêtement à vouloir à tout prix se présenter pour un troisième mandat risque d'être tragique pour lui et fatal pour sa famille.
Abdoulaye Wade, c'est aussi 26 ans d'opposition trainant en bandoulière sa besace pleine de promesses, puis 12 ans de pouvoir mettant à nu une gigantesque supercherie.
''On entre en politique avec un bel avenir devant soi et on en sort avec un terrible passé'', comme disait un proverbe italien et avec Wade on a la certitude!
Quel gâchis !
Aujourd'hui les questions que se posent les sénégalais, en dehors de celle concernant sa controversée candidature, sont : comment finira Abdoulaye Wade et quel sort lui sera réservé ?
Difficile de répondre à ces interrogations. Cependant le constat fait, est que les dictateurs vivent dans un monde de rêve et avant qu'ils ne se réveillent c'est déjà trop tard. Ils finissent souvent tués, emprisonnés, traqués ou alors pire ils se suicident ou tombent d'avantage dans la folie. Ceux qui ont plus de chance fuient à l'étranger ou ils meurent dans l'indifférence après s’être rongés par les remords.

Fall Papa Malick
Juriste et membre du Mouvement Notre Sénégal
''Il n'y a pas de liberté sans dignité''




source notresenegal.com








1.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 01/10/2011 06:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.




PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.



PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.


PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.
PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

2.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 01/10/2011 06:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

PUISSE le BON dIEU nous prévenir des imperfions et des troubles du raisonnement et de la personnalité d'un certain IBA DEr THIAM.

3.Posté par COURTIER le 01/10/2011 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

UNE MAISON A VENDRE.A LA CITE SAED.SAINT-LOUIS.

DIMENSION 15/20 SABLENEUX NON LOIN DE LA ROUTE NATIONALE.30METRE ENVIRON.

4CHAMBRES+SALON+CUISINE+TOILETTE+GRAND COUR+IL Y A UNE CHAMBRE AVEC DOUCHE INTERIEUR.

PRIX 17 000 000 F CFA

CONTACT 77 679 84 57

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image