leral.net | S'informer en temps réel

Wade, l’Homme de la Décennie

Artisan de l’Alternance démocratique au Sénégal en 2000 après près de trente ans de combat démocratique, Abdoulaye Wade est aussi le seul leader politique cherchant une stabilité sociale démentie par ses actes. Sa candidature de 2008, sous des allures heurtées, est cependant un véritable hymne à une cohésion sociale...qu'elle affaiblit. Mais il a pu user tous ses adversaires et imposer la paix à un État qu’il affectionne tant.


Rédigé par leral.net le Mardi 20 Décembre 2011 à 01:16 | | 1 commentaire(s)|

Wade, l’Homme de la Décennie
Par la constance qui a marqué sa présidence depuis plus de dix ans maintenant, Abdoulaye Wade est sans conteste l’homme de la décennie 2000 au Sénégal. Homme de l’ombre et de la lumière, il a mené une double ambiguïté tout au long de sa vie : Dieu Janus, il est né à la fois à Kébémer et Saint-Louis ; mathématicien et doyen de faculté, il privilégie le Droit ; opposant, il se veut collaborateur ; élu au parlement, il veut imposer une perspective anglo-saxonne du shadow cabinet et de l'opposition officielle qui le met aussi bien au pouvoir que contre le pouvoir. Président de la République, il multiplie les dichotomies par rapport au Sénat et au Conseil économique et social liquidés en première année et réhabilités à quelque temps de là ; il écourte la durée d'un mandat présidentiel de sept ans ramené à cinq, avant de se raviser…

Ce dédoublement qui traduit un déchirement intérieur veut ainsi corriger ce qui lui semble une erreur...que son ego refuse aussitôt après, ajoutant au sentiment de malaise qui caractérise son règne : étant lui-même et son contraire, il exécute ses collaborateurs à un rythme jamais atteint dans un État qui se veut en construction et dont les soubassements ont été établis successivement par Senghor et Abdou Diouf. Dr Jekkil & Hyde ou Charybde et Scylla ? C'est selon, en fonction de la paire de lunettes du moment.

Cette ambivalence nous vaut aujourd’hui une curiosité sociologique qui fait de l’homme un être déchiré, donc faible, se voulant précurseur d’une société qui se fait sans lui, dépassé qu'il est par la déstructuration-restructuration de populations asexuées dans leur reproduction en classes de plus en plus unifiées par la misère et la paupérisation accélérées par les crises alimentaires, économiques, morales.

Sous son magistère, le Sénégal vit ainsi l’une des plus grandes curiosités sociologiques du temps : un homme du sommet qui invite au dialogue sans être entendu, de larges franges de la société qui appellent une partie importante de l’opposition à se tenir debout et qui ne veut pas l’entendre : après la victoire surprise de Wade en 2007, les populations sénégalaises, sous diverses formes et divers endroits du pays, ont manifesté leur mal-vivre. Décidées à se faire entendre, elles ont élu malgré elle l’opposition significative en lui donnant mandat de jouer pleinement son rôle démocratique face au président de la République ; elles iront renforcer cette opposition en lui collant une partie de ses structures socio-politiques comme la société civile, les mouvements associatives et les autres induvidus de bonne volonté. Deçues par l’incapacité des hommes à s’entendre pour réguler les tensions, elles s’enfermeront probablement dans leur coquille avec le plus fort taux d’abstention jamais prévu pour la présidentielle de 2012.

Il faut alors savoir gré au président de la République dans cette tourmente (et c'est là son génie) d'avoir cherché à assurer une certaine stabilité sociale en se déclarant candidat dès 2008 : ses appels à l'unité et au dialogue politique ayant échoué, il a voulu et cherché à imposer le silence dans les rangs de sa formation politique en recherche de rentes et de sinécures. Le pouvoir de Wade est en effet marqué par un curieux paradoxe : l'opposition refuse l'appel à l'unité lancé par des populations en désarroi depuis 2007, avec la réélection surprise du président sortant, cependant qu'elles refusent d'avaliser le vœu du président d'associer ses adversaires politiques à l'exercice du pouvoir.

Celui qui était la solution en 2000 ne saurait constituer, en conséquence, un problème irrésolu pour une société où il est entré dans la grande porte ; il est en effet certain que ses valses hésitations devant ses proches (la menace de démission) est une porte ouverte à une solution salutaire pour le Sénégal et à laquelle il tient, voulant laisser son nom à la postérité et à l'Histoire accélérée qui se fait au Sénégal.


Pathé MBODJE, M. Sc, Journaliste, sociologue
Parcelles assainies, Unité 10, Villa N° 276, Dakar, Sénégal, tél (00 221) 76 681 64 06
sites : www.pathembodj.com ; blog : http ://koccbarmafall.skyrock.com
CV disponible sur Google
_______________________



1.Posté par joob gey le 21/12/2011 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PENSER A CES MOTS DE JACQUES ATTALI, DANS L’INTRODUCTION DE SON « VERBATIM 1 » (PAGE 12) :

« L’EXERCICE DU POUVOIR GROSSIT LES CARACTERES DES ETRES COMME LA LOUPE CEUX DE L’IMPRIMERIE. IL EST UNE DROGUE QUI REND FOU QUICONQUE Y TOUCHE, QUI CORROMPT QUICONQUE S’Y INSTALLE, QUI DETRUIT QUICONQUE S’Y COMPLAIT. AVEUGLES PAR LES PHARES DE LA RENOMMEE, LES CHENILLES DEVOUES ONT TOT FAIT DE SE METAMORPHOSER EN VANITEUX PAPILLONS. »

« J’AI DECOUVERT, POURSUIT L’ANCIEN CONSEILLER SPECIAL DU PRESIDENT MITTERRAND, QUE LE POUVOIR POLITIQUE DONNE A CELUI QUI Y ACCEDE L’ILLUSION DE DISPOSER DE QUELQUE CHOSE COMME UN GAGE D’ETERNITE : INSOUCIANCE, IMPUNITE, FLAGORNERIE, TOUT CONCOURT A LAISSER L’HOMME DE POUVOIR SE CROIRE AFFRANCHI DES CONTRAINTES DE L’HUMAIN, DONC DE LA LOI ET DE LA MORALE. Á LE POUSSER A CONFONDRE RENOMMEE ET REPUTATION, GLOIRE ET CELEBRITE, RECONNAISSANCE ET REVERENCE, CURIOSITE ET ADMIRATION. Á CESSER DE DOUTER, A PERDRE L’ESPRIT CRITIQUE, A NE PLUS ETRE SOI. BREF, A ETRE, AU SENS PROPRE DU MOT, ALIENE. »dans une contribution deMody Niang

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image