leral.net | S'informer en temps réel

Wade, la décrépitude d'un voyoucrate ! - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Lundi 3 Novembre 2014 à 08:10 | | 6 commentaire(s)|

Wade, la décrépitude d'un voyoucrate ! - Par Alioune Badara Niang
Il y’a peu, j’ironisais sur la situation inédite, à la limite ubuesque d’Abdoulaye Wade, ancien Président de la République et aujourd’hui opposant déclaré au régime de Macky Sall, que je considérais purement et simplement comme une galéjade ! Eh bien, ce n’est plus le cas, depuis qu’il a promis « l’enfer » à son ennemi (le mot n’est pas trop fort) politique pour ce mois de novembre, dédié à la grande retrouvaille francophone dans notre pays. Une coïncidence ? Mon sentiment est que, quand on a été Président, on le reste. Mais ce souci semble être très loin des tribulations et incantations puériles et sans scrupules de Wade. Il a choisi un retour par le bas. A la voyoucrate. Tant pis !

Si nous avons eu d'anciens chefs d'État qui furent des références historiques, que des prétendants consultaient même et desquels l'on recueillait les avis, ce ne sera pas le cas d’Abdoulaye Wade. L’argument ? L’ancien Président de la République n’est pas un sage. Il n’a aucune espèce de frontière morale ou idéologique, pourvu seulement qu’il se maintienne au devant de l’actualité, que certains médias impétueux parlent de lui. Autant dire que l'adieu de l'insubmersible à la scène politique, n’est pas pour demain même si son image en prend un sacré coup. Et pire ses fourberies, hélas, ne datent pas d’aujourd’hui.

C'est tout simple. Sous le règne de ce véritable chef de clan, le Sénégal est passé de l’illusion d’un modèle démocratique chanté dans toute l’Afrique, à la voyoucratie. Carrément ! Tout est là. Nous avons tout sous les yeux : Les villas de l’ ANOCI , les terres de la statue de la renaissance ,les terres de la foire, les terres de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, les terres de l’aéroport de Diass , les terres du patrimoine maritime sur le littoral , les hectares de la base militaire française de bel air , la surtaxe des appels entrants, la taxe redevance aéroportuaire perçue sur tous les billets depuis plusieurs années , le plan Takkal (600Milliards) , l’Anoci, la lonase , le Fesman , la Goana , le financement de l’AIBD, l’autoroute à Péage, les mines de Sabodala , La Sénélec (840 milliards) , la vente du Méridien Président, Sénégal Airlines, le plan jaxaay, les 7 milliards du plan rêva, les 100 millions de l’affaire Segura, les 20 milliards de sudatel, les milliards de la privatisation du port, de la Sonatel, des ICS, de Transrail, de la Sonacos et ainsi de suite.

Visiblement, ces lignes ont fini d’exposer les innombrables histoires de fric et de magouilles, les multiples affaires de corruption sous le magistère de Wade et qui ont permis à beaucoup de dignitaires du « clan libéral », de s'enrichir à toute vitesse. La CREI (cour de répression de l’enrichissement illicite) a du pain sur la planche ?

A cela s’ajoute, le naufrage du bateau le « Diola » (plus gros naufrage de tous les temps), les tripatouillages de la constitution, les crimes non élucidés, l’agression de leader politique, les trafics de passeports diplomatiques… ! De scandales en scandales, pleuvant à un débit effrayant, à la nanoseconde véritablement ! On en serait même ému aux larmes si Wade ne se rendait pas compte de l'état désastreux dans lequel il a laissé le pays. Sans compter une faillite morale à son paroxysme, une impunité répétée, un désespoir et une colère conduisant, jour après jour, de nombreux Sénégalais dans les rues. Le 23 juin est encore vivace dans les esprits !

Une révolution populaire ? Parlons- en ! C’est ce qu’a subtilement réussit le peuple burkinabé ce 30 Octobre en montrant la sortie au grand traite Blaise, dossard numéro 27 (le nombre d’années qu’il est resté au pouvoir). Sûr que Thomas Sankara, l’Africain, qui a toujours soutenu qu’il ne fallait pas tenir en respect le peuple mais plutôt lui réserver le meilleur respect, est fier de son peuple……… d’Hommes intègres ! Sûr maintenant que la plume de Norbert Zongo n’avait prêché dans le désert. Sûr enfin, que c’est un signal fort à l’endroit de tous ces chefs d’Etat dictateurs africains qui ont la boulimie du pouvoir et qui méprisent leur peuple.

Fermons cette parenthèse émotionnelle pour revenir à notre sujet ! Et c’est pour dire qu’en vérité, Wade n’a fait que travailler à l’affaiblissement de l’Etat et à la ruine du peuple avec ses deux carnets : celui des chèques et celui des adresses douteuses!

Aussi c’est tout simple (bis), sa présidence a été tellement désastreuse que les Sénégalais lui ont préféré Macky Sall. Mais la défaite ne lui réussit même pas et fait ressortir ses voyouteries les plus détestables.

Pour preuve, on l’a longuement entendu ces derniers temps, en plus de ses prédictions subversives, faire des sorties médiatiques complètement à côté de la plaque avec des attaques indignes de son rang d’ancien chef d’Etat contre Macky Sall et sa famille. En effet, le néo-opposant Abdoulaye Wade a laissé maladroitement entendre que Macky Sall avait reçu des pots de vin dans l’affaire Arcelor Mittal et que son petit-frère Aliou, maire de Guédiawaye, s’est vu attribué par son grand frère de Président, un permis de recherche et d’exploitation de pétrole par le canal de Pétro-Tim Sénégal, qui l’a ensuite sous-traité à une autre multinationale pétrolière !

Tout le monde sait que ces attaques sont constituées par un fatras de contradictions, de contre-vérités, et d’incohérences notoires. Il n’y a jamais eu de deal entre l’Etat du Sénégal et Arcelor Mittal. Ce qu’il s’est passé, c’est qu’à la demande du géant minier indien qui a sollicité et obtenu un règlement à l’amiable du différent qui l’opposait au gouvernement du Sénégal, à propos de son non respect du contrat d’exploitation des mines de Fer de la Falémé dans le Sud du pays, un montant de 75 milliards de francs CFA et des études d’une valeur 25 milliards de francs Cfa ont été versés au Sénégal. Des études qui sont désormais la propriété de l’Etat du Sénégal, de sorte que si un repreneur se présente, il pourra commencer l’exploitation dans les plus brefs délais. Où est la nébuleuse ici ? Sans aucune preuve ni source, évidemment. L’insinuation, le procédé de Wade, sont d’une ignominie ordinaire.

Wade est terrible, pire que moi ! Dans ce contentieux avec Mittal, les autorités sénégalaises actuelles ont agi en bon père de famille, ne recherchant à protéger que les intérêts du pays contrairement à leurs devancières par qui tout ce « charivari » est arrivé du fait de leur incompétence sur le contrat originel passé avec la société sud-africaine, Kumba iron resources. Pour le dossier Pétro-Tim Sénégal, ne suffisait- il juste à Abdoulaye Wade d’interroger son fils Karim qui a signé le protocole d’accord pour nous éviter toute cette comédie ? Mais oublions vite l’irréalisme intégral de cette accusation qui ne témoigne que de la sénilité avérée de son auteur. Du souvenir du passé, dépassé, l‘influence du fils Karim sur le père Abdoulaye, était comprise de tous les sénégalais !

D’ailleurs, il est effarant qu’un ancien président ne réalise pas que ce genre d’accusation est totalement inadapté dans sa bouche. Quelle mauvaise image du Sénégal il donne, entre complexe de supériorité, manque de diplomatie mais aussi de la plus élémentaire courtoisie. Tout ça parce que Karim est en prison et surtout en mauvaise posture devant la CREI, avec des témoins à charge qui ne sont que ses anciens piètres complices.

Rien ne peut surprendre en politique, pas même les grimaces d’un vieillard octogénaire qui ne cesse de se regarder dans une glace, se voit chaque fois plus grand que ce qu’il est, ce qui ne le prédispose aucunement à un examen de conscience. Wade, l’hyperactif, est aujourd’hui un homme épuisé et surtout un père meurtri. Clap de fin ? Sûr qu’il voudrait fuir et taire son image, mais hélas, « chasser le naturel, il revient toujours au galop ». Malheureusement !
Les élucubrations d’un voyoucrate déguisé en démocrate comme le loup en berger, mais que trahissent mille détails qui dépassent sous l’accoutrement, n’auront que des effets marginaux car le peuple sénégalais lui a tourné le dos et plus important, a fini en parallèle ,de s’approprier l’appel du Président Macky Sall à renouer avec les valeurs du travail, seules gages de construction d’un pays émergent.

Les fourmis ont appris aux humains que le rassemblement est la première des forces à rechercher et c’est ce que fera la nation pour ce mois de novembre qui verra notre Pays abriter le sommet de la francophonie. Pas de doute que toutes les synergies nationales se feront autour uniquement de la réussite de ce grand rendez-vous à l’honneur de tous les sénégalais sauf Wade et son clan anti patriote, gagnés par une rancune tenace. Quand vous êtes un mauvais perdant, il est impossible de garder la solennité, la sacralité et quelque part le mystère de la fonction présidentielle. Tout est dans cette phrase.

Déconsidérer Wade à tout jamais ne serait pas lui faire injure, car ses agissements sont un non-événement, et il l’apprendra à ses dépens. Le peuple se chargera de lui rappeler son bilan, à moins que d’ici-là, la justice ne le disqualifie.

Le mot de la fin ? Wade est devenu une momie politique qu’il est temps de ranger dans un musée. Urgemment ! Ce sera cadeau, ce sera gratis. Qu’il ne m’en remercie pas.

Ah … c’est beau la retraite ! Dommage que pour Abdoulaye Wade ce ne soit qu’une illusion amère.

badaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image