leral.net | S'informer en temps réel

Yekini-Balla Gaye 2 : des riverains de Demba Diop expriment leurs appréhensions

Des riverains du stade Demba Diop, où aura lieu le combat Yekini-Balla Gaye 2 de dimanche, attendent cette affiche classée à hauts risques, avec beaucoup d’appréhension, à cause des risques de débordements.


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Avril 2012 à 20:42 | | 0 commentaire(s)|

Yekini-Balla Gaye 2 : des riverains de Demba Diop expriment leurs appréhensions
‘’Comme tous les grands combats de lutte, nous nous attendions à ce qu’il y ait des nuisances de tous ordres’’, avance Mohamed Sall dont la maison fait face à la porte principale du théâtre des opérations.

’’Ce ne sont pas seulement les batailles rangées entre supporters des deux camps qu’on craint. Ce sont aussi les lacrymogènes des forces de l’ordre qui rendent l’endroit irrespirable, a-t-il dit, relevant que ses parents et lui préfèrent se barricader le jour des grands combats de lutte.

‘’Nous préférons nous enfermer, parce que ce sont souvent des sollicitations à n’en plus finir des supporters qui demandent qu’on leur permette d’utiliser nos toilettes’’, note-t-il, regrettant qu’un stade aussi grand que Demba Diop ne dispose pas de toilettes.

Habitant à la maison attenante, Ibrahima Ndiaye partage les inquiétudes de Mohamed Sall. Il les autorités à construire des vespasiennes pour soulager tout le monde.

‘’Pour certaines personnes, on a du mal à refuser l’accès de nos maisons. Souvent c’est à nos risques et périls’’, a-t-il expliqué, relevant que ce ne sont pas seulement les combats de lutte qui sont en cause.

Selon lui, ’’le danger est permanent’’, quand ce sont les navétanes et Oscars des Vacances.

Amadou Fall habitant en face du stadium Marius Ndiaye n’oubliera pas de sitôt le combat Elton-Tapha Tine. Le longiligne garçon montre une grande cicatrice qui barre sa joue gauche de haut en bas, trace d’un coup de coupe-coupe.

‘’J’ai quitté chez moi pour aller voir un ami à Sacré Cœur avec mon ordinateur portable. Quelques mètres avant d’arriver chez lui, une bande d’agresseurs quittant Demba Diop a déferlé sur moi en sortant des armes de toutes sortes’’, a-t-il dit. Fall déclare avoir eu la vie sauve en prenant ses jambes à son cou, tout en laissant à leur disposition son ordinateur.

Pour Yekini-Balla Gaye 2, il s’attend à une grande affluence avec des dangers à éviter à la fin du combat de lutte.

Tenancier d’un restaurant devant la famille Fall, Talla Mbaye a mis des grilles devant son commerce pour se protéger.

‘’J’attends ce combat avec beaucoup d’appréhension et de crainte. Je vais travailler comme tous les dimanches, mais quelques heures avant la fin du combat, je vais évacuer ma famille’’, a-t-il expliqué.

’’Les jours de combat, ce n’est jamais facile, malgré les mesures de sécurité qui sont prises par les autorités’’, a-t-il dit.

Le boutiquier Abdoulaye Diallo, protégé par une double barrière, ne dit pas le contraire, expliquant que, lors d’un combat de lutte, il n’ouvre qu’une seule porte pour parer à toute éventualité.

A l’intérieur du stade Demba Diop, les tenancières des cantines reconnaissent la difficulté de travailler les jours de grands combats mais indiquent qu’elles font contre mauvaise fortune, bon cœur. Thérèse Ndiaye et Sokhna Diakhaté estiment que le plus important est de s’adapter.

’’Ce n’est pas le combat le plus médiatisé qui aura lieu dans ce stade mais on prend souvent les devants pour nous protéger’’, indiquent les deux dames.

Mor Thiaw, le délégué des tenanciers des cantines, va travailler dimanche prochain comme d’habitude. Il rappelle, lui aussi, avoir vécu des combats où la tension était encore beaucoup plus vive.

‘’Si les promoteurs travaillent bien avec les forces de sécurité, il n’y a pas de raison pour ça déborde’’, a-t-il indiqué.


SOURCE:APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image