leral.net | S'informer en temps réel

Yémen-Khiyam, juste pour une jolie petite guerre


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Mai 2015 à 22:07 | | 2 commentaire(s)|

Yémen-Khiyam, juste pour une jolie petite guerre
C’est aujourd’hui une lapalissade que de dire que les « Jambar » sont des habitués des théâtres d’opérations militaires. Mais force est de reconnaitre qu’aucun d’eux n’est aussi controversé que celui dans lequel le nouveau Président de la République du Sénégal Macky Sall, « Chef suprême des armées », veut en engager 2.100 éléments et, « un point c’est tout ». C’est d’abord parce que les sénégalais sont devenus un peuple majeur qu’on ne peut plus les conduire «les yeux bandés » : ils ont le droit de savoir.

Il y a ensuite aussi que la communication gouvernementale a encore failli. En effet, c’est d’abord le Ministre des affaires étrangères qui nous dit que « ce qu’il peut dire avec certitude », c’est que nous allons en « terre sainte », pour dire que nos troupes resteront en Arabie saoudite, près de la Qaaba, avant de rajouter que la situation peut évoluer et « nous apprécierons si la situation évolue ». A ce flou artistique, s’ajoutent les alliés du Gouvernement qui affirment, sans grande conviction, que le gouvernement envoie des troupes non combattantes, « défensives ».

Mais la vérité c’est que « la terre sainte » ne peut pas être menacée du tout (Sourate 105 Al Fil) ! Tout au contraire, c’est l’Arabie saoudite qui bombarde le Yémen, un pays souverain, sans aucun mandat des nations unies ou de la ligue arabe. Et il se trouve qu’elle a besoin de troupes au sol, pour « finir le job ». C’est donc cela les besoins de la cause de l’opération « tempête décisive ». L’on peut donc parler de tromperie que de dire que nous envoyons des troupes non combattantes parce que simplement ce n’est pas de cela dont l’Arabie saoudite a besoin.

La géopolitique qui se dessine dans cette région du monde est d’une complexité extrême et a plongé le Yémen dans des violences inter-confessionnelles et des attaques terroristes terribles depuis déjà 2001. Des mosquées chiites sont attaquées par des éléments de « l’Etat islamique » et L'école du chiisme duodécimain formée par l’Iran n’entend plus se laisser faire. Ce n’est donc pas une guerre classique qui se déroule dans les montagnes de Maran à Saada, mais d’un conflit atypique comme il se passe actuellement en Syrie et dans une partie de l’Irak et où l’ennemi peut sortir de nulle part. Et l’Algérie refusa l’envoi de ses troupes.

« Si la situation évolue » donc comme le déclare Mankeur Ndiaye et que les « Jambar » franchissent les frontières saoudiennes, il faudra donc savoir que nous sommes à «Yowmal Khiyam» des températures extrêmes du Yémen qui appelle tous les génies et tous les sacrifices de nos troupes. Il faut dès à présent en prendre la pleine mesure. Un responsable de l’Etat révèle que les « Jambar » se bousculent, « veni vidi vici » (je suis venu, j’ai vu et j’ai vaincu), à l’enrôlement, comme juste pour une jolie petite guerre et « on rentre » les poches pleines ! Les résultats peuvent bien avoir l’amère saveur des fruits de l’engagement.

Sheikh Mamadou Dieng
Président de Arc en ciel
Membre du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr)






Hebergeur d'image