leral.net | S'informer en temps réel

Ziguinchor : « On ne gère pas la culture comme un meeting politique »

Bilan de la Quatrième édition international du festival « koom -koom » pour la promotion de la calebasse dans la capital sud du pays.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Décembre 2011 à 10:14 | | 0 commentaire(s)|

Ziguinchor : «  On ne gère pas la culture comme un meeting  politique »
Les rideaux son tombés sur la quatrième édition du festival international « kom-kom » pour la promotion de la calebasse placé sous le signe de « la Paix et de la rencontre des Peuples ». qui a vu la participation de milliers de participants venus de différentes localité du pays, mais aussi la participation spéciale de la guinée Conakry invité d’honneur de ce festival international. « on ne gère pas la culture comme un meeting politique cela nécessite une préparation très longue pour produire des résultats positifs ».

« Pensez vous qu’il soit logique que se soit l’union européenne qui finance la culture africaine ! c’est une honte » ; déclare Monsieur Khalifa Drame coordinateur et initiateur du festival koom -koom par ailleurs président du gie goorgoorlou qui était face a la presse Ce week-end pour faire le bilan de la quatrième édition du festival koom- koom festival international pour la promotion de la calebasse .

« Avant de parvenir aux autorités étatiques, je parle d’abor des collectivités locales, elles doivent savoir que nous ne sommes pas entraine de jouer, nous sommes entraine de leur soutenir pour que la politique de développement qu’ils veulent conduire au niveau des collectivités locales ne soient une réalité » a-t-il ajouté. Le coordinateur de dire « nous ne sommes pas satisfait, il faut dire la vérité, malgré qu’il y est des promesses on n’a reçu la présence des collectivités qui son venues à la réunion, mais est ce que sa doit arrêté à ça, le budget qui est voté dans les collectivités, c’est pas par le budget de la présence tout simplement ».

« Ya un budget voté pour soutenir l’action et l’activité, Alor il faudrait que les collectivités sortent ces budgets pour que l’action culturelle soit une réalité, Il faut dire que le sentiment est très mitigé, nous ne sommes pas satisfait il faut dire la vérité »souligne Monsieur Dramé. Le coordinateur Dramé de conclure « nous allons mettre en place avec toutes les parties prenantes un cadre de concertation et d’action c’est qui est important ». « Si nous nous arrêtons à la concertation, les résultats vont dans les tiroirs, mais l’action va permettre à chaque partie prenante de se décider et de s’engager pour la réussite finale des objectifs et l’atteinte que nous nous sommes fixés.

« Donc ce cadre va être installé entre janvier et février, va regrouper les acteurs de la culture en général, les acteurs du tourisme pour que nous puissions crée, mémé un nouveau circuit touristique qui permettent aux agences de voyages qui sont là, de commercialiser le produit au niveau international, mais permettent aux populations qui est là de vivres de cette manne touristique ».






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image