leral.net | S'informer en temps réel

​Terrorisme intellectuel : l'arme de l'opposition en Afrique !


Rédigé par leral.net le Lundi 6 Août 2018 à 11:25 | | 0 commentaire(s)|

En recevant un ancien opposant qui venait le rejoindre pour soutenir sa candidature à la présidentielle de 2019, le président de la République du Sénégal, M. Macky Sall, a salué la semaine dernière « le courage de celui qui venait de lui témoigner son soutien, malgré le terrorisme intellectuel qui prévaut dans ce pays ».
 
En effet, si l’expression de son opinion ou sa position politique, requiert « le courage » dans une démocratie, cela voudrait dire qu’il y a un problème d’exercice des libertés. Dépourvue de pouvoirs et de moyens pour attirer une clientèle politique, voire retenir ses propres partisans, l’opposition africaine est souvent amenée à user d’un terrorisme intellectuel pour imposer son point de vue ou simplement, pour prendre le pouvoir en prenant les populations en otage.
 
Cette propagande de la terreur repose essentiellement sur deux paradigmes : le mensonge et la manipulation des médias et des masses, en vue de façonner, à sa guise, une opinion publique qu’elle utilise pour s’emparer-démocratiquement- du pouvoir.
 
Face à la disparition des idéologies et l’érection de l’appartenance politique en outil d’accès à la richesse et au pouvoir, la politique se transforme en un business lucratif notamment dans un continent comme l’Afrique, où la démocratie est à ses balbutiements dans la plupart des pays.
 
Récemment au Zimbabwe, il y a eu une élection présidentielle opposant le candidat du parti ZANU-PF Emmerson Mnangagwa (majorité) et celui de l’opposition, Nelson Chamisa. Alors qu’on attendait la proclamation officielle des résultats sortis des urnes, l’opposition viole impudiquement la loi électorale, en publiant prématurément ses propres résultats et s’est autoproclamée vainqueur ! Elle se met, de surcrot, à préparer la rue à l’affrontement, au cas où des résultats qui ne lui seraient pas favorables étaient proclamés.
 
Le 03 août 2018, l’Instance compétente publie les résultats officiels qui donnent Mnangagwa vainqueur au premier tour, avec un score étriqué de 50,8%, au moment où son rival, Chamisa perdait avec 44,3%. Or, l’Afrique du Sud voisine n’a pas hésité à entériner les résultats, d’Emmerson Mnangagwa, en son nom et au nom de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).
 
Dans un communiqué, le chef de l’État sud-africain, Cyril Ramaphosa a félicité M. Mnangagwa pour son élection et appelle tous les leaders politiques et le peuple du Zimbabwe, à accepter le résultat. Aucun des observateurs internationaux ou régionaux, n’a contesté les résultats officiels, même si des irrégularités ont été notées çà et là.
 
La plupart des observateurs ont expliqué la défaite de l’opposition par la division de celle-ci et surtout, son manque d’expérience (leur candidat Chamisa n’étant âgé que de 40 ans !). Il est vrai que rien ne justifie la violence avec laquelle, l’armée zimbabwéenne réprime par la suite, les manifestations de rue, que semble condamner Chamisa lui-même.
 
Au Mali, des joutes électorales ont opposé 24 postulants au fauteuil du Palais de Koulouba, le 29 juillet 2018. Bien avant le jour du scrutin, l’opposition fait circuler dans la presse et dans les réseaux sociaux, de graves accusations de tentatives de corruption visant les 9 membres de la Cour constitutionnelle.
 
Elles faisaient état d’une rencontre à Bamako, le 29 juillet 2018, au sein de la Cour, en vue du partage d’une somme de 900 millions de FCFA, octroyée par le président sortant et candidat, Ibrahima Boubacar Keïta, dans le but de faciliter sa victoire dès le 1er tour ! La Cour a immédiatement publiée un communiqué pour démentir« de tels mensonges, dépouillés de tout fondement véridique », en menaçant les coupables, de poursuites judiciaires.
 
À la publication des résultats, le président sortant devance largement ses concurrents, mais n’obtient pas une majorité permettant de passer au 1er tour.

Au Sénégal, l’opposition a inventé le concept de la transhumance faisant de celui qui quitte les partis de la coalition au pouvoir, des patriotes et des héros et ceux qui font le mouvement inverse, des transhumants traîtres.
 
Or, dans l’opposition, il y a bien des partis qui entretiennent financièrement, certains de leurs partisans. C’est un secret de polichinelle de dire que Khalifa Ababacar Sall, maire de Dakar, entretenait grassement un grand nombre de politiciens qui scandent aujourd’hui son nom à tout bout de champ, réclamant sans cesse, sa libération immédiate et sans condition. Cheikh Bamba Dièye du FSD/BJ et un célèbre chroniqueur d’une télévision privée, feraient bien partie de ce lot.
 
Au cours d’une réunion de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, M. Barthélémy Dias, pro Khalifa et maire de Mermoz aurait balancé publiquement : «  C’est moi qui avais conçu l’idée de m’attacher aux grilles de l’Assemblée nationale, mais n’étant pas député à l’époque, on a préféré confier la tâche à Cheikh Bamba Dièye, qui l’exécuta merveilleusement ». Cela renseigne sur l’enracinement de la manipulation et de la théâtralisation au sein de l’opposition politique.
 
Ces temps derniers, le Médiateur de la République Alioune Badara Cissé multiplie des sorties très critiques à l’endroit du régime en place, alors qu’il est encore membre du parti au pouvoir (APR) et exerce les fonctions prestigieuses de Médiateur de la République! Qu’est-ce qui l’empêcherait de mener ce combat en interne ? Certains médias lui prêtent l’intention de vouloir briguer un mandat présidentiel en 2019, mais les prochains jours édifieront sur ses réelles intentions.
 
D’un autre côté, M. Alioune Tine, jadis, allié du pouvoir, vient d’être remercié par Amnesty international, pour faire valoir ses droits à la retraite. Depuis quelques temps, il a repris du service, dans les débats radio-télévisés, afin de se faire entendre. Il jette l’opprobre sur la magistrature dont il considère que la corruption, qui y est dénoncée, n’est qu’un indice en même temps qu’il constitue une alerte sur les menaces d’insécurité qui pèsent sur le pays…
 
Un magistrat a récemment démissionné de son corps d’origine, pour s’engager désormais dans la politique. Tout ce beau monde, semble œuvrer pour le même objectif : installer dans les esprits une perception du chaos, dont le régime en place serait responsable et aller à l’assaut du pouvoir dans une ambiance conflictuelle délétère.
 
Les dernières attaques contre la magistrature de Cheikh Bamba Dièye, député et chef d’un parti de l’opposition, apparaissent comme une forme de provocation à double sens : pousser les magistrats à agir à son encontre, ce qui permettrait de les présenter comme des suppôts à la solde du pouvoir.
 
Son refus de déférer à la convocation de la DIC (Division des Investigations criminelles) obéit également à la même logique. L’autre but recherché, serait de faire un clin d’œil à l’ex-bailleur Khalifa Sall, aujourd’hui en prison, pour faux et usage de faux, entre autres, et faire preuve de fidélité et de solidarité avec son mentor d’hier.
 
Dans cette vaste campagne de la terreur, on cherche vaille que vaille à manipuler les médias et l’opinion publique.
 
En dénonçant le terrorisme intellectuel, le Président de la République du Sénégal, sait de quoi il parle. La question est de savoir, que font les régimes au pouvoir, pour lutter efficacement contre ce terrorisme intellectuel aussi néfaste que le terrorisme armé ?
 
Il y a certes nécessité, de mener des campagnes de communication intensives et ciblées, mais également, l’exigence d’éviter de prêter le flanc, en ne privilégiant pas la lutte contre la corruption et l’érection de la bonne gouvernance en mode de gestion.






afriqueconfidentielle.com



Cliquez-ici pour regarder plus de videos