leral.net | S'informer en temps réel

Mamadou Mbodj : « Si la déception n’est pas unanimement éprouvée, il faut admettre que le goût d’inachevé est largement partagé »

Les responsables du Mouvement des Forces vives de la Nation, ont célébré, cet après-midi, l’an cinq du M23. Aujourd’hui, beaucoup d’observateurs s’accordent à dire que le mouvement a perdu sa force avec les départs de certains de ses membres, qui ont préféré rejoindre le pouvoir. Un constat reconnu par Mamadou Mbodj qui soutient tout de même que le mouvement assume toujours son devoir de critique publique. Aussi, le coordonnateur du M23 a indiqué que la rupture, la gouvernance sobre et vertueuse, la réparation des injustices attendus depuis 2000, n’étaient que des leurres de la part de Macky Sall.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Juin 2016 à 22:47 | | 0 commentaire(s)|

Mamadou Mbodj : « Si la déception n’est pas unanimement éprouvée, il faut admettre que le goût d’inachevé est largement partagé »
23 juin 2011- 23 juin 2016. Il y a cinq ans débutait le soulèvement des forces vives de la Nation Sénégalaise contre les dérives du régime de l’ancien Président Abdoulaye Wade. Une révolution citoyenne qui a contribué au départ de Me Wade et l’accession de Macky Sall au pouvoir.

Leur « ancien frère de combat », avec qui ils ont mené la lutte, cet « ami » qu’ils n’ont pas vu depuis juin 2013, disent-ils n’a pas matérialisé la rupture tant attendue des Sénégalais. Mamadou Mbodj et ses camarades ont dressé un bilan pas satisfaisant des engagements de Macky Sall. « Si la patrie avant le parti, la gouvernance sobre et vertueuse, l’exigence de rupture et la réparation des injustices étaient adaptées aux aspirations populaires post 23 juin 2011, elles sont, maintenant davantage perçues comme des slogans de campagne destinés à illusionner les électeurs », se désole le coordonnateur du M23.

Pour lui, le Président Macky Sall a choisi de renoncer au respect de ses engagements. « En tout état de cause, si la déception n’est pas unanimement éprouvée, il faut admettre que le goût d’inachevé est largement partagé », constate-t-il.

Mamadou Mbodj et s,es camarades listent les promesses non tenues par le président Macky Sall. Il s'agit, entre autres des réformes constitutionnelles, de la promotion du patriotisme économique, des doléances portées pour la réparation des injustices « subies par les travailleurs spoliés de leurs droits», les scandales fonciers le référendum, l’indépendance de la justice, etc.
Parlant de justice, le Mouvement des forces vives de la Nation invite Macky Sall à accorder une grâce ou une amnistie aux jeunes de Colobane.


Saly Sagne
(Stagiaire)



Cliquez-ici pour regarder plus de videos