leral.net | S'informer en temps réel

54 « thiantacounes » placés sous mandat de dépôt aujourd’hui


Rédigé par leral.net le Mardi 23 Octobre 2012 à 09:06 | | 24 commentaire(s)|

54 « thiantacounes » placés sous mandat de dépôt aujourd’hui
Les « thiantacounes » ont semé la pagaille hier dans les artères du centre-ville. Ces disciples de Cheikh Bethio Thioune exigeaient la libération de leur guide, transféré à la prison de Rebeuss. Une centaine de voitures vandalisée, des feux de signalisations complétement détruits, la colère de ces jeunes n’a rien laissé sur son passage. 54 parmi eux, ont été arrêtés et risquent 1 à 15 ans de prison selon l’article 98 du code pénal. Le Procureur s’est autosaisit pour faire appliquer la loi. Ces personnes seront déférées aujourd’hui au parquet. Elles seront inculpées et placées sous mandat de dépôt pour actions diverses, note l’Observateur.



1.Posté par Patriote le 23/10/2012 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le profil de la ministre en charge de la justice au Senegal: rat de boite, buveur de bissap et de succroit qui a un faible pour les jeunes hommes…. Avis aux jeunes musclés qui veulent se taper une ministre, faites le tour des boites de nuit du Poin E. Une haute personnalité de l’Etat dit à maky « libérez le, vous n’avez aucune preuve contre lui ». Cette femme a eu le culot de dire au président « si vous libérez CHEIKH BETHIO je démissionne ». Une femme qui fait tout son possible pour attenter à la vie du Cheikh. Mais qui a envoyé Bara Sow à Mbour, un de ses partisans s'est présenté là bas, le jour des faits, tot le matin pour affirmer qu'il va s'y passer quelque chose.

Un magistrat affirma dans la période pré électorat qu’un mbacké mbacké lui a tenu ces propos « le cas de CHEIKH BETHIO est déjà réglé, tu verra ça sous peu ». cheikh faye un des auteurs du crime affirmant qu'il a exécuté un ndigueul du Cheikh a une seule conversation téléphonique avec lui. CHEIKH BETHIO lui demande "cheikh lou xew sama keur gui? ce dernier lui répond "dara". La ministre et ses alliés comploteurs ont étouffé cette affaire. Alors qui est derrière tout cela.

Lors de la reconstitution des faits, le procureur accusateur sort de la maison du Cheikh pour dire aux hommes de tenue : qu’attendez-vous pour tirer, ces derniers répondent « on a tiré 2 coups ». Donc ce procureur accusateur n’a rien entendu alors qu’il se demandait comment le Cheikh pouvait ne pas entendre les coup de feu. Pourquoi les partisans de Bara n’ont pas été entendus dans cette affaire et où sont-ils ?
Transfert du Cheikh à Dakar ... le régisseur de thies lui dit que c’est pour une consultation médicale, le représentant évoque un problème de sécurité… des errements et mensonges manifestes de la justice sénégalaise qui prouvent encore une fois la thèse du complot. Alors qui est derrière tout cela. On le saura !!!

2.Posté par Bounkhatab le 23/10/2012 09:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL NE FAUT PAS QU'ILS SOIENT LIBERES POUR APAISER.CE 'N'EST PAS POLITIQUE, CE SONT DES INFRACTIONS PENALES.

3.Posté par FocusActu le 23/10/2012 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

4.Posté par Messie le 23/10/2012 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces politiciens véreux et malhonnêtes trouveront un moyen de les libérer.Au nom de leurs intérêts propres.
Les seuls perdants sont les citoyens qui ont perdu leurs biens.

5.Posté par Bessel le 23/10/2012 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme quoi la police a fait ce qu'elle devait faire:ARRETER LES PILLEURS ET VOLEURS.
Que l'ETAT et la JUSTICE jouent leur partition...sans faiblesse coupable et sans état d'âme!

6.Posté par Coaching le 23/10/2012 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment Obtenir des Applaudissements Enthousiastes — même une Standing Ovation —à chaque fois que vous parlez ! Ce Séminaire sur le Développement Personnel va vous aider à prendre la parole en public. Vous pourrez parler sans avoir peur. Découvrez une méthode unique pour maîtriser votre voix et vos prises de parole. Inscriptions: patricia851@live.fr 00221 77 035 51 95

7.Posté par coin des femmes le 23/10/2012 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le rétrécissement vaginal est mis au point à partir de plantes naturelles notamment , l'alun Alumen, bornéol, soffron crucus , réputée pour ses vertus médicinales , contre l élargissement vaginal lié a l accouchement ou a des problèmes de
contractions ,
il agit rapidement a resserrer les muscles lâchés,et stop immédiatement le relâchement des muscles vaginaux,
contre le dessèchement et la frigidité du vagin,
il ramolli les muscles,les tissus et les lèvres vaginaux en augmentant considérablement l'appétit sexuel.
augmente la sensation et intensifie la sensibilité , donne une satisfaction complète de la confiance et plus de plaisir dans les rapports , La femme peut se sentir encore plus jeunes.
anti-inflammatoire,utile dans la protection contre les infections les microbes pathogènes, Réduire le mucus excessif du vagin. particulièrement le HPV, et éliminer les démangeaisons vaginal
d'autres produits disponible;
-toutes les gammes de pr Françoise bedon,lait puissance,carotte,suprême,luxury,caviar,savon,sérum,crème,a des prix défiant toute concurrence
-produits pour perte de poids,thé,gel,savon ,capsule,café vert
-produits contre les vergetures [Réw] huile,crème,capsule
-produits contre la frigidité ,gel ,savon, gélule
-produits pour remonter les seins,crème, gel
-produits pour booster les fesses,crème
-produits conte les taches et acnés,savon,crème,thé
-des produits a base d'herbes naturels avec des résultat rapide et immédiat.
-des nuisettes très sexy,soutien gorge et string en bon bon ,ensemble soutien gorge,fragrance de corps , parfum de phéromone,fesse hanche invisible,soutien-gorge en silicone,et tout un arsenal de séduction loin de votre imagination avec des prix Accessibles à toutes les bourses.
attention stock limiter
contactez magui sur ,775477921

8.Posté par moussa le 23/10/2012 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'ou est ce qu'ils tirent tout cet argent ces bandits?.
Le gouvernement pour eliminer cette cartelle doit leurs couper l'herbe sous les pieds.

9.Posté par BOUKI SINE le 23/10/2012 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

APPEL À TOUS LES THIANTACOUNES !!!

Thiantacounes de tous les pays du monde, UNISSEZ-VOUS !
Les actions entreprises jusqu'à présent pour libérer notre guide ont échoué. Il est temps de passer à la vitesse supérieur : LE SUICIDE COLLECTIF !!!
Pour montrer à la face du monde tout l'amour que vous portez à notre Cheickh, SUICIDEZ-VOUS !
Pour que le sang de votre sacrifice profite à votre Cheichk, SUICIDEZ-VOUS !
Pour monter que les tiantacounes ne sont pas des tapettes, SUICIDEZ-VOUS !
Pour foutre enfin la paix au sénégalais qui en ont marre de vos conneries, SUICIDEZ-VOUS !

10.Posté par Sophie le 23/10/2012 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Envi d'éliminer le stress et la fatigue ?
Laissez-vous séduire par bon massage doux ou tonique, dans un cadre enchanteur et discret !!!
Faites-nous confiance et nous faisons le reste.
Tel: 70 829 95 95

11.Posté par kpdp123 le 23/10/2012 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Amateurisme, opportunisme, népotisme et autres : au-delà de l’illusion d’alternance au Sénégal
Il est des situations qui, plus que tout, sont promptes à vous mettre dans l’embarras. Vous pouvez en arriver à vous vous remettre en question, à remettre vos jugements en question, à vous demander si votre avis sur la chose en question est le bon. Mais il arrive que vous ayez tout simplement à vous rendre à l’évidence. Il faut savoir dépasser l’absurde pour l’expliquer, pour en découvrir les soubassements, les motifs cachés. Même si devant l’indicible, le scandaleux, l’incompréhensible, on peine à trouver les mots justes. J’ai évoqué dans un autre texte - que le site leral.net a eu l’amabilité et, plus que cela, le courage de publier- ce qui représentait à mes yeux l’acte fondateur de la gouvernance telle que le régime en place au Sénégal la conçoit. Et de jour en jour, compte tenu de son entêtement, de son acharnement, je peine à croire que ceux qui le composent se rendent compte de l’absurde dans lequel ils s’engouffrent, s’imaginant sans doute qu’ils entraineront tout un pays avec eux. Peine perdue. Les masques tombent et ce n’est que le début. Alors comme tout bon citoyen, j’essaie de me rendre utile en apportant ma contribution avec la seule volonté de faire apparaitre la vérité. Une révolte gronde en moi. C’est le cas aussi chez un certain nombre de compatriotes qui doivent à présent se sentir floués par les individus que je n’hésite pas à pointer du doigt, peut-être se sentiront-ils même coupables d’avoir placé leurs espoirs en des individus aussi médiocres. Ma tristesse n’en a été que plus grande quand le président a cru bon d’exprimer sa « tristesse » en évoquant le cas d’un pseudo-intellectuel (aux méthodes un peu rustiques tout de même puisqu’il a été condamné pour viol) tout en gardant le silence sur le cas d’injustice le plus flagrant dans notre pays à l’heure actuelle, l’ « affaire » Cheikh Béthio. Un président est censé prendre de la hauteur par rapport au reste de la société. On n’attend pas de lui qu’il soit un commentateur. Alors, je me suis demandé ce qu’il fallait déduire :
De l’ AMATEURISME (au sommet de l’Etat) :
Tel un nageur à qui on aurait arraché un bras et qui se retrouverait soudain plongé dans une grande piscine sans que personne n’ait ni la gentillesse ni la sagesse de l’orienter, il tourne, il tourne, notre cher président. J’aurais pu filer la métaphore et aller jusqu’à dire qu’il brasse du vent. Ah le vent ! Voilà un mot qui reviendra souvent dans ce texte. D’abord parce que ce pouvoir n’a pas conscience qu’il n’est qu’éphémère. Et tel le sable sur une plage déserte, il finira balayé par le vent (vent de la révolte tout de même). Au lieu d’œuvrer à laisser une trace dans l’histoire du pays, il fait étalage d’une médiocrité jusqu’ici insoupçonnée. Rien ! Que du vent ! Et des paroles ! Des mois à tourner en rond. Pourtant, l’espoir était là, pendant un moment, d’aucuns se sont laissé bercer par les appels de phares de tous ces marchands de rêves. Encore un peu de léthargie et le réveil n’en sera que plus brutal. Mais si l’on veut se montrer plus conscient et plus responsable que cela, en tant que citoyen, on peut d’ores et déjà se poser quelques questions. Des mois à la tête du pays pour quels résultats ? Il serait temps qu’il y en ait un, parmi la pléthore de conseillers, qui lui dise que le peuple est toujours dans l’expectative. Si, en France, le président connait une certaine impopularité, c’est en partie dû à ce que certains perçoivent comme un matraquage fiscal, au Sénégal, des sondages auraient certainement montré qu’une grande partie de la population se demande à quoi sert l’actuel occupant du palais présidentiel. Sans trop de risques de me tromper, je dirais pas à grand-chose. Médecin après la mort pour ce qui est des inondations en se précipitant au chevet des sinistrés, excellent embrouilleur des foules en supprimant le Sénat tout en augmentant sans cesse le nombre de conseillers et de ministres, c’est en gros le bilan que l’on retient de ces mois passés à la tête du pays. Mais pour être tout à fait honnête, on pourrait lui reconnaitre une activité, activité qu’il faudrait mettre au débit du Sénégal toutes fois, il contribue avec abnégation à augmenter notre bilan-carbone à force de déplacements inutiles. Ses ballades à travers le monde nous coûtent et on se demande toujours en quoi elles sont profitables au pays.
Mais il est un domaine où l’Amateur a failli se professionnaliser : le domaine de l’injustice. S’il faut le répéter des milliers de fois, je le ferais. L’« affaire » Cheikh Béthio est un scandale. Voilà un acte odieux, répréhensible dans toute démocratie digne de ce nom et pourtant entouré d’un silence assourdissant en dehors du cercle des disciples de Cheikh Béthio Thioune. Qui peut sérieusement s’imaginer qu’il en serait ainsi si Cheikh Béthio avait clairement apporté son soutien à l’actuel président durant la campagne pour les présidentielles ? Ou encore que ce pouvoir aurait agi de la sorte du « vivant » de Serigne Saliou ? On voit donc là toutes les limites de cette hypocrisie, de cette parodie de justice. Pourquoi libérer ce Dias et pas lui, alors même qu’après des mois de détention arbitraire le moindre début de preuve de culpabilité de ce dernier n’a été apporté? Il ne s’agit nullement d’une question partisane, dans le sens où ce qui compte n’est nullement de savoir si celui qui dénonce cette injustice est lié à Cheikh Béthio ou pas. L’essentiel porte plutôt sur principe de base de la Justice : l’impartialité. Et le mépris de ce principe ne s’oppose pas un seul individu. En vérité, c’est la société toute entière qui manque à son devoir de vigilance en laissant s’opérer de tels abus sans mot dire. Tout avait failli se dérouler comme sur des roulettes, le coupable ou plutôt le commanditaire était désigné d’avance, sauf que le peuple n’est pas tout à fait idiot, une partie du peuple, plutôt, ne l’est pas.

De l’ OPPORTUNISME (ou comment devenir ministre sans en avoir les compétences) :
A tous ceux qui cherchent une définition du mot opportunisme en wolof, on ne saurait en trouver meilleure que « Fékké ma ci bolé ». Force est de reconnaitre que notre ministre de la culture, décidément je vais finir par donner l’impression que c’est une obsession chez moi, est passé maitre dans l’art de prêter le flanc. Je ne me résoudrais jamais à sa nomination à ce poste, preuve flagrante de l’injustice et du clientélisme qui sont la marque de fabrique du pouvoir en place. A la vérité, je n’ai jamais eu que très peu de sympathie pour ce vil personnage arriviste, affairiste et opportuniste par excellence. En quoi est-il plus légitime que tous ces jeunes qui ont manifesté autant sinon plus que lui contre l’ancien pouvoir, je pense notamment à ceux du collectif « Y en a marre », pour se voir attribuer un ministère ? Au cours d’une discussion avec des amis bien avant les nominations officielles, je leur ai donné le nom du futur ministre de la culture, mais pour cela nul besoin d’être un devin. Il suffit de connaitre à peu près la nature des individus en question. C’est à croire qu’un ancien footballeur ou lutteur qui aurait su faire l’anguille et se glisser dans les mouvements de contestation aurait certainement hérité d’un portefeuille ministériel à l’issue de l’élection, celui des sports forcément! Pourvu qu’il ait ce don qui vous caractérise tant, Monsieur le ministre, de savoir sentir le vent tourner et de sauter sur les bonnes occasions. Pathétique !
J’ai lu dans la presse qu’il était question de donner forme à l’ « idéologie » Fékké ma ci bolé en en faisant un parti politique. Faisant fi de ma désolation et de ma sidération, je voudrais soumettre quelques propositions à ses futurs dirigeants. Comme nom du parti, pourquoi pas GPS pour Girouettes Patriotes du Sénégal ? J’aurais volontiers remplacé Patriotes par Pathétiques, mais je doute que Monsieur le ministre soit un adepte de l’autoflagellation, vu sa tendance à prendre le reste de la population pour des demeurés. Et comme slogan de vos futures campagnes, je n’ai pas trouvé mieux que celui-ci : « Au gré du Vent », pour rester dans la thématique des girouettes qui vous va à merveille. Mais girouette sans vent est condamnée à rester immobile.
Tout juste fallait-il nous éviter de nous donner de l’Italie « berlusconienne » en confiant un propriétaire d’un groupe de médias le portefeuille de ministre de la culture. Et nos intellectuels protestataires dans tout cela ? Même s’il est vrai que l’un des plus célèbres a rejoint les rangs. Ne sont-ils pas attachés à la culture ? Et la presse indépendante ?
Du NEPOTISME (ou l’art de constituer une coalition hétéroclite) :
En cherchant à couper court aux tentations monarchistes de l’ancien pouvoir, le peuple sénégalais a obtenu un résultat pour le moins inattendu : l’instauration d’une véritable oligarchie. Toutes ces nominations de conseillers ne font que renforcer l’opacité qui entoure l’utilisation des deniers publics. Terrible aveu de la part du président de la République que de reconnaitre que « tout le monde ne peut être servi ». Servir et non se servir, telle est l’unique et noble mission de tout dépositaire de l’autorité publique, Monsieur le président. Tous ces ministres qui se répandent dans les journaux pour dire qu’ils ont mis tant de millions sur la table pour que l’actuel président soit élu, dans quel but ? Prouver sa légitimité à occuper un poste ? Ou tout simplement se rappeler au bon souvenir de celui qui les nomme ?
Quoi qu’il en soit, le grand perdant dans toute cette histoire reste le même : la plèbe. Cette masse d’anonymes et de défavorisés si prompte à manifester son mécontentement dans ce cadre favorable, et particulièrement rare en Afrique, qu’est notre démocratie. A cette masse on ne témoigne aucune reconnaissance ni respect en s’attelant, après avoir recueilli son vote, à satisfaire ses besoins les plus élémentaires, comme un minimum pour vivre dans la dignité. En revanche, le mépris dans lequel on le tient s’exprime à travers les nominations de tous ces gens qui n’ont d’autre légitimité que leur célébrité ou leurs fortunes.
Ce ne sont pas là les supputations d’un quelconque intellectuel - Suis-Je Débile ? (la question n’est pas fortuite, ni les caractères en gras d’ailleurs). En vérité, derrière cet acronyme se cache l’une des plus grandes impostures intellectuelles que notre pauvre pays ait connues. Ces trois lettres qui ont donné valeur d’évangile à des pamphlets contre l’ancien président et espoir à des milliers de jeunes qui se reconnaissaient en notre illustre « dissident » exilé. La touche exotique, je ne parle pas des « dreadlocks » mais de ces appels qui nous parvenaient de Belgique ou du Canada, venait ajouter un brin de charme à l’image qu’on se faisait de notre brave exilé qui se laissait aller à des envolées lyriques d’ailleurs, allant jusqu’à appeler l’Armée à se ranger du côté du peuple contre l’ancien pouvoir. Voilà qui portait notre exaltation à son comble. On tenait enfin notre Appel du 18 juin. Las ! Il faut croire que la plume acerbe s’est adoucie au contact des lauriers du pouvoir. Pas un mot sur toutes ces nominations scandaleuses qui auraient valu à l’ancien président un de ces fameux pamphlets dont il avait le secret et qui faisaient notre bonheur, nous autres les frustrés de la République qui n’avions ni la dextérité ni les moyens mis à la disposition de notre illustre exilé. Le pouvoir ou les convictions ? Suis-Je Débile ? Pourquoi hésiter ? Plutôt rejoindre la coalition que s’obstiner à défendre une cause dont les lendemains sont incertains. Autant dire que les girouettes font aussi des vagues chez nos intellectuels.
Aux substantifs en « isme » du titre j’aurais pu rajouter despotisme vu la propension de notre président à se croire tout permis. L’ « affaire Cheikh Béthio » en est la preuve flagrante. Deux poids deux mesures. Comment expliquer la libération de ce Dias, filmé en train de tirer sur la foule, et l’acharnement à maintenir Cheikh Béthio en prison? Les benêts qui n’y voient rien de politique sont libres de le faire mais chez tous ceux qui sont sensibles à la question de la préservation de la justice et de l’équité dans notre pays, cet acte provoque un sentiment de révolte. La révolte gronde et vous n’aurez pas le temps de la voir venir, préoccupé que vous êtes à faire le tour du monde. Faites appel à vos conseillers ! Qu’ils se rendent utiles pour une fois ! Le meilleur conseil qu’ils pourraient vous prodiguer est de faire demi-tour, non pas au cours d’un de vos nombreux déplacements mais dans cette « affaire » dont vous aurez beaucoup de mal à vous départir et qui vous entraine dans une pente dont la sortie ne peut se faire qu’à votre détriment. Soyez-en sûr ! Votre élection est loin d’avoir été un plébiscite et croire que vous pouvez faire taire tous ceux qui s’y sont opposés relève du fantasme.
Ceci est l’avant-garde d’une conscience citoyenne longtemps astreinte à une discipline liée à ses allégeances de toutes sortes mais qui n’a jamais cessé d’aimer ce pays, et qui ne désespère pas de voir un jour des gens compétents et intègres œuvrer à son redressement. Une chose est sure en tout cas : vous n’êtes pas de ceux-là.

GUNMAN

12.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 23/10/2012 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les affabulations d’un fils aussi satanique.

L’élection du fils au poste de député d’un voyou médiocre, mis au cachot, tel père, tel fils. Le résultat est le même. A travers les radios, Il s’offre en tribune et vend l’impunité de son propre père victimaire.
Lorsque des journalistes sont menacés dans l’exercice de leur fonction, place aux faits dénaturés pour accuser le pouvoir pour se dédouaner ! Le même discours de la haine, de mépris, des dénégations et des niaiseries, intervertissent toujours les rôles.
Pire, comme si cela ne suffisait pas encore, on fait courir à travers les organes de presse des pures affabulations selon lesquelles les infiltrations des services de renseignement sèment la pagaille. Les agitateurs n’y sont pour rien. C’est maintenant l’exécutif, manipulateur, qui organise les manifs et les pillages ? C’est ce que semble insinuer l’énergumène fiston.

Le même rituel de la victimisation sévit pour faire croire à un vaste complot du plus haut sommet de l’état ; tout cela fait suite à l’incarcération de Béthio Thioune et ses complices placés en mandat de dépôt depuis avril 2012, pour association de malfaiteurs, recel de cadavres et infraction aux lois sur les inhumations, meurtre et complicité de meurtre avec acte de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’arme sans autorisation administrative préalable. Les agitateurs illuminés caillassent les voitures, incendient les banques, les édifices publics, troublent l’ordre publique qu’il faut mettre absolument au compte du politique.

Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye
Les vérités d’un internaute Africain solitaire

A suivre……..

13.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 23/10/2012 11:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Sénégal à l’épreuve de la justice : Béthio Thioune, du statut d’un faussaire à celui d’un martyr.

Béthio Thioune, le faussaire ou le symbole d’un gourou satanique. IL est impliqué dans plusieurs affaires de détournements d’argent. Pour échapper à la justice, il se réfugie dans le mouridisme.
Un ancien administrateur civil atypique, controversé, né vers les années1938 ; très futé, comme d’ailleurs, tous les bandits de son espèce, l’escroc notoire, Béthio Thioune, passé maître de l’escroquerie, pour se créer une posture, l’homme s’infiltre à Touba, fondé par le vénéré cheikh Ahmadou bamba Mbacké, se convertit au mouridisme et prêta allégeance à son fils, Serigne Saliou Mbacké, son guide spirituel, dans l’optique d’assurer une fulgurante promotion sociale et imprimer sa propre marque d’impunité. Pour rappel, sachant que le nom « béthio », qui veut dire petit pagne, ne peut être prononcé dans le milieu, , il s’autoproclame lui-même serviteur et ajoute à son nom « cheikh » qu’il usurpe pour se remplir les poches et avoir une notoriété.
Pendant les élections de 2012, arrosé de mallettes, il soutient WADE, son candidat. Sur une population de 13-14 millions, il déclarait 7 millions de disciples. Un délire. Béthio : "Si Wade ne gagne pas l’élection, qu’on ne me fasse plus acte d’allégeance !"
« Le bon criminel», qui s’autoproclame « cheikh », est un détenu politique, n’est pas un citoyen ordinaire, lit-on dans la presse en boucle.
Vouloir sortir le criminel par tous les moyens, en habillant le détenu sous le faux manteau que « Cheikh Béthio Thioune n’est pas un citoyen ordinaire » ; c’est à la fois une insulte pérenne contre la justice dans son fondement, mais le comble, c’est que même les victimes et leurs familles sont niées, sous l’autel d’un mépris le plus total. Autrement dit, « le bon criminel », c’est celui qui est peint sous des oripeaux victimaires des rosaires et qui a droit de vie ou de mort sur ses propres sujets, n’est pas un citoyen ordinaire, à contrario, « le mauvais criminel » est un citoyen ordinaire, justiciable.

Quoiqu’on puisse dire, Béthio Thioune et ses complices sont placés en mandat de dépôt depuis avril 2012 pour association de malfaiteurs, recel de cadavres et infraction aux lois sur les inhumations, meurtre et complicité de meurtre avec acte de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’arme sans autorisation administrative préalable. C’est un justiciable comme un autre.


PS : dans ma contribution sur leral.net « Y a-t-il donc des bons et des mauvais criminels ? », disponible sur internet que je reproduis en fac-similé pour la circonstance, vous pouvez comprendre aisément pourquoi ? Le délinquant est transféré à rebeuss pour des raisons de sécurité. La 6e épouse de Béthio s’est déguisée en infirmière pour voir son mari.
« Y a-t-il donc des bons et des mauvais criminels ? »
« Le détenu le plus célèbre de la Mac de Thiés ! Un scandale coupable, satanique ! Légitime défense contre Satan !
La 6e épouse de Béthio se déguise en infirmière pour voir son mari. Sommes-nous dans une république des talibés ? Décidément, y a pas photo, le vrai pouvoir n’est pas celui que l’on croit, mais celui des talibés.
Il y a donc deux types de criminels dans un pays à deux têtes :
Il y a la République virtuelle et la République réelle.
Commençons par le « bon criminel » !
Le « bon criminel », d’abord, c’est celui qui s’autoproclame « cheikh », est un détenu privilégié de premier plan que lui confère son rang. Puisqu’il n’est pas dans le même registre que les autres, il est cajolé et béni telle une star comblée pour « son honneur ». Sans contrôle, on lui déroule le tapis rouge à la hauteur de son invincibilité. Il est parfaitement en osmose avec ses convictions sataniques, et à l’aise comme s’il était chez lui, et reçoit librement Une par Une ses femmes à la pelle comme par miracle. Peu importe qu’il ne sache ni lire, ni réciter le moindre verset coranique, ni faire le jeûne, encore moins de faire la prière, puisqu’il en est exonéré sur mesure.
Il est bien élevé, est assuré d’une garantie divine pour entrer directement au paradis, en tant que bienfaiteur. Sur terre, dans sa cellule dorée, il est constamment félicité et dispose de clims, disponibles à tout moment, qui tournent en plein régime et bénéficie notamment de toutes les générosités par sa magie : « ndéwéneul » [dons divers à gogo] et de « déwénati » [qu’il vive le plus longtemps possible ! ]
Enfin le monstre !
Le second, ou plutôt le monstre, est celui, qui n’a droit qu’à l’isolement total de jour comme de nuit. C’est peut être la preuve la plus palpable d’un état de droit d’une république réelle des talibés ! ».

Bethio Thioune : « il est urgent de trouver une issue politique ! ». Pour les avocats de Bethio Thioune : « une volonté de lui attribuer le statut de détenu politique » pour gommer d’un revers de main sa forfaiture.
Le Sénégal à l’épreuve de la justice : Béthio Thioune, du statut d’un faussaire à celui d’un martyr.
L’affaire Bethio Thioune : « il est urgent de trouver une issue politique ! ». Cela voudrait qu’on tienne orbi, urbi à lui attribuer le statut de détenu politique pour le faire sortir d’affaire – un culot tout de même grotesque. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que ses avocats tentent de couvrir le brigand, quitte même à emprunter toutes les stupidités. Y a-t-il donc « des bons et des mauvais criminels » ?
Affaire Béthio Thioune : un acteur de premier plan, maître enchanteur, détrousseur de toute l’histoire du terrorisme religieux du Sénégal, excellant dans l’art du grand banditisme à grande échelle, représenté par son seigneur Béthio Thioune, l’escroc notoirement ennemi public n°1, considéré comme étant le principal commanditaire direct du double meurtre au village qu’il baptise pompeusement sous le nom de « Médinatoul SaLam» avec la complicité d’une bande de malfrats écervelés. De quelque motif que ce soit, la libération incroyable du meurtrier, escroc, le plus effroyable, donnerait la preuve irréfutable qu’il y a lieu de séparer « le mauvais contre le bon criminel ». Vouloir sortir le criminel par tous les moyens, en habillant le coupable sous le faux manteau que « Cheikh Béthio Thioune n’est pas un citoyen ordinaire » ; c’est à la fois une insulte pérenne contre la justice dans son fondement, mais le comble, c’est que même les victimes et leurs familles sont niées, sous l’autel d’un mépris le plus total. Autrement dit, « le bon criminel », c’est celui qui est peint sous des oripeaux victimaires des rosaires et qui a droit de vie ou de mort sur ses propres sujets, n’est pas un citoyen ordinaire, à contrario, « le mauvais criminel » est un citoyen ordinaire, justiciable.
L’affaire Béthio Thioune relève d’une entreprise éloquemment terroriste et non celle d’un simple problème politique pour déculpabiliser le principal commanditaire direct du double meurtre au village de keur Samba Laobé, à la seule fin de lui accorder des circonstances atténuantes, immorales par la ruse. Un raccourci inacceptable pour exonérer un voyou pris la main dans le sac.
Assimiler le délinquant notoire, mis hors d’état de nuire et vouloir faire de lui un détenu politique, c’est assurer non seulement la promotion de l’impunité, mais c’est aussi souiller la mémoire des victimes et de leurs familles. Si d’aventure, demain, compte tenu des conclusions établies par les lourdes charges corroborées par des preuves matérielles à l’encontre de Béthio Thioune, Abdoulaye Diouf, Serigne Khadim Seck, Mamadou Hanne, Alassane Ndiaye, Samba Ngom, Mame Balla Diouf, Demba Kébé, Mamadou Guèye, Aziz Mbacké Ndour, Pape Ndiaye, Moussa Dièye, Aliou Diallo, Al Demba Diallo, Momar Talla Diop, Samba Fall, Mouhamed Sène, Adama Sow, Cheikh Faye, Aly Diouf et Serigne Saliou Barro ; lesquels ont été confiés au juge d’instruction du premier cabinet de Thiès, Abdoulaye Assane Thioune, qui les a inculpés depuis le 26 avril 2012 pour association de malfaiteurs, recel de cadavres et infraction aux lois sur les inhumations, meurtre et complicité de meurtre avec acte de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’arme sans autorisation administrative préalable, dans l’hypothèse où la justice se compromettra, commettrait donc l’impensable imprudence de l’irréparable, à violer délibérément de facto les droits des victimes pour libérer le chef suprême de la secte satanique, ce serait assurément le sacrilège le plus grave et le plus incongru de toute l’histoire judiciaire de ce pays, après celui de l’assassinat de Me Sèye, aux calendes. Ce serait un parjure. Un postulat totalement exclu.

Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Les vérités d’un internaute Africain solitaire
A suivre……..


14.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 23/10/2012 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’apologie vulgaire d’un médiocre perroquet de service aux ordres d’un criminel notoire.


Qui est donc ce discoureur chevronné, insensé des convulsions pitoyables de la charogne aux contours illusoires de pouvoir libérer un chef de gang, sous l’habillage d’un usurpateur de grand chemin, pris la main dans le sac, pour avoir parrainé un double meurtre sur fond de sauvagerie qu’il croyait être impunie ?
J’ai décidé de répondre de façon anonyme, non pas par peur, mais au risque de lui donner une quelconque publicité. La bassesse avec laquelle il fait montre, indique un ignare très loufoque, dément et désemparé devant l’embastillement de son chef incarcéré pour complicité d’assassinats au double meurtre. Tout le discours infect repose, en filigrane sur ce postulat. Libre à la presse de reprendre cette chronique !
Pour qui se prend donc ce diable médit au culot démesuré, minable de nature, tombé bêtement sous l’escarcelle de l’obscurantisme décadent, un allié, sorti de terre des ténèbres du wadisme désuet, s’adonnant ouvertement à des invectives à longueur de journées par presse interposée à l’encontre de la justice et les institutions de la république d’un pays souverain, libre et indépendant qu’il injurie sans discernement et constamment ? Ce déséquilibré mental à la langue pendue, sous le couvert d’un intellectualisme dégingandé doit être recadré fermement et remis à sa place, au risque de lui donner une tribune qu’il ne mérite nullement.
Qui arrêtera donc cet illuminé bouffon, nombriliste, pantin de la pourriture sanieuse et burlesque, se déclarant in fine, le pire chien de garde d’un fraudeur incorrigible et incompressible, extraordinairement métamorphosé en piètre robot drogué, n’est rien d’autre qu’une victime d’un attardé mental, parmi tant d’autres, qui sont, malheureusement, à la solde d’une secte parfaitement organisée sous le sceau de « thiantacounes »-aux contours éminemment nébuleux aussi pires que ceux des adeptes décriés en occident, tire les ficelles au fond de sa cachette à Thiès. ?
Alors, que valent donc les élucubrations fumeuses, tendancieusement irrévérencieuses, faussement intellectuelles émanant d’un vaut rien biscornu à la fois guignol et culotté aux pulsions névrotiques dangereusement sataniques, corrélativement imputables aux prises chroniques de chanvre indien, en sus d’autres drogues dures, de la part d’un individu crasseux, indigne et indécent, dont les discours idéologiques éloquemment terroristes clairs-obscurs visent exclusivement à vouloir sortir d’affaire par la ruse son mentor gourou, filou de premier plan, maître enchanteur, détrousseur, de toute l’histoire du terrorisme religieux du Sénégal, excellant dans l’art du grand banditisme à grande échelle, représenté par son seigneur Béthio Thioune, l’escroc notoirement ennemi public n°1, considéré comme étant le principal commanditaire direct du double meurtre au village qu’il baptise pompeusement sous le nom de « MEDINATOUL SALAM » avec la complicité d’une bande de malfrats écervelés ?
Primo, il faut être inculte comme ce type pour oser dire des âneries de la pire espèce : « Pour rappel, la Constitution actuelle stipule clairement, qu’en cas de vacance du Pouvoir ou d’incapacité du Président de la république, le Président du Senat assure l’intérim, entre soixante et quatre vingt dix jours, pour ensuite organiser des élections démocratiques, libres et transparentes ». Pour rappel, ce monsieur là, très bavard par ses gongs, s’inscrit en donneur de leçons à ceux qui veulent l’entendre, méconnaît totalement que le sénat est anticonstitutionnel par rapport à son caractère féodal. Il a été mis en orbite pour la première fois en 1999 par Abdou Diouf.
Secundo, devant l’urgence des inondations à répétitions, le président de la république, Macky Sall, introduira, dans les prochains jours, une loi constitutionnelle pour la suppression simultanée du sénat budgétivore et inutile, par ricochet, le poste de vice-président. Les mds économisés seront affectés aux victimes des déluges. Ce personnage ne manque pas de mauvaise foi, lorsqu’il : « à propos des « Eaux de la misère », qui les tuent et déconstruisent leurs habitats et leurs foyers, de son fameux voyage de loisir ou de « trouvaille » au Maroc pour certains, aux Etats unis ou en Afrique du Sud pour d’autres, le Président Macky Sall s’attaque à la République sœur de Gambie, en profanant un principe fondamental de la Diplomatie, «quelle que soit la situation, il faut toujours maintenir et assainir la communication».
En réalité, cet allié indéfectible des wade regrette tout simplement le pape de l’impunité, puisque son mentor protégé par ce dernier n’est plus aux manettes. Voilà la rancune de cet énergumène, qui tente par des pirouettes à justifier des mensonges. Pouvait-il en être autrement ? Ce discours de bas étage est bidon. C’est l’apologie d’un médiocre perroquet de service d’un criminel notoire.
Béthio Thioune, s’adjuge lui-même le qualificatif contestable de « cheikh ».
RAPPORT DU PARQUET DE THIES SUR LE DOUBLE MEURTRE DE MEDINATOUL SALAM L’affaire Béthio Thioune, de A à Z.
« Lobservateur | Vendredi 13 juillet, 2012 16:13
Quatre jours après l’inculpation et le placement sous mandat de dépôt de Cheikh Béthio Thioune et Cie à la maison d’arrêt et de correction de Thiès par le Doyen des juges du tribunal régional de Thiès, Abdoulaye Assane Thioune, le substitut du procureur de Thiès, Cheikhna Anne, a été désigné pour faire un rapport sur l’affaire par sa hiérarchie. Dans un document intitulé«Note sur l’affaire ministère public contre Béthio Thioune et consorts» en date du 30 avril 2012, il explique au Procureur général près la Cour d’appel de Dakar d’alors, Youssoupha Mbodji, les différentes péripéties du double meurtre de Médinatoul Salam. L’Observateur a pu consulter cette «note», qui retrace l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam, de A à Z.
Un rapport détaillé sur l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam a été adressé au Procureur général près la Cour d’appel d’alors, Youssoupha Mbodji, quelques jours après l’incarcération du guide des «thiantacounes» et de ses coaccusés. Un document intitulé «Note sur l’affaire ministère public contre Béthio Thioune et consorts» en date du 30 avril 2012, rédigé par le substitut du procureur de Thiès, Cheikhna Anne. Ce rapport explique dans les moindres détails, tout ce qui a été fait en termes d’enquête, ainsi que toutes les déclarations tenues par Béthio Thioune, ses coaccusés et les témoins oculaires de ce drame. L’Observateur qui a pu consulter ce document, vous replonge dans cette scabreuse affaire.
DIMANCHE 22 AVRIL 2012.
Un peu après 19 heures, les éléments de la Brigade territoriale de Mbour reçoivent un appel téléphonique de Cheikh Faye, chambellan de Cheikh Béthio Thioune. Il informe les hommes en bleu qu’une bagarre a éclaté entre des disciples du guide des «thiantacounes» au village de Médinatoul Salam, communément appelé Keur Samba Laobé dans le département de Mbour.
Les gendarmes se rendent automatiquement sur les lieux et constatent à la devanture de la concession de Cheikh Béthio Thioune «d’importantes traces de sang sur le sol, mais également une chemise tachetée de sang et étalée par terre. A l’intérieur de la maison, des traces étaient aussi visibles. Les enquêteurs avaient également constaté du sang sur un véhicule appartenant au propriétaire des lieux (Cheikh Béthio Thioune) et conduit par Mamadou Hanne dit Pape», note le rapport du substitut du procureur, Cheikhna Anne.
Interpellé sur la présence de sang dans le véhicule, le chauffeur soutient qu’il en ignore la provenance. Quant à Cheikh Béthio Thioune, il déclare, selon le rapport, «avoir été informé d’une bagarre qui avait opposé Bara Sow et ses compagnons à ses disciples et que les premiers nommés étaient repartis».
Des crottins pour masquer la fosse commune
LUNDI 23 AVRIL 2012. En faisant son jogging matinal, un retraité (nous avons choisi de zapper son nom pour le protéger) constate des traces de sang suspectes sur son circuit de sport matinal. Il appelle automatiquement les éléments de la Brigade territoriale de Mbour. Les gendarmes se rendent dare-dare sur les lieux et constatent «des traînées de gouttes de sang longeant la piste située derrière le domicile de Cheikh Béthio Thioune jusqu’à l’intérieur d’un bâtiment en construction où d’autres traces de sang étaient nettement visibles».
L’escadron territorial est appelé à la rescousse et le secteur est bouclé. Le ratissage du périmètre suspect permet de constater la présence de crottins masquant un retournement de terre. «La fouille minutieuse de l’espace concerné avec l’aide de pelles, a permis la découverte de deux corps sans vie, superposés et croisés, enterrés dans une fosse commune avec des traces de violence occasionnée par des armes contondantes, tranchantes et à feu. Les corps se sont révélés être ceux de Bara Sow et d’Ababacar Diagne», écrit le Substitut du procureur, Cheikhna Anne, dans son rapport.
Après cette découverte, les gendarmes retournent au domicile de Cheikh Béthio Thioune où ils découvrent à nouveau «des traces de sang sur un pick-up de marque Ford immatriculé DK-2559-AN et sur le flanc droit du 4X4 Hummer immatriculé DK-9210-AF appartenant à celui-ci, avant de procéder à leur saisie.
Des opérations de détections chimiques de traces de sang opérées sur les deux véhicules de Béthio Thioune se sont révélées positives. Le Centre d’analyse et de recherche moléculaire (Cdrm) de Dakar a ainsi été saisi pour un examen biologique afin de déterminer l’origine sanguine des traces détectées. Les résultats ne sont pas encore disponibles.
Forts de ces éléments, les gendarmes, renforcés par des éléments du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (Gign) encagoulés, procèdent à l’arrestation de Cheikh Béthio Thioune et de quelques-uns de ses disciples, soupçonnés d’avoir participé à ce double meurtre. Ils sont conduits sous bonne escorte à la Brigade de recherches de Thiès pour les besoin de l’enquête. Les corps sont acheminés à la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar. Une autopsie est ordonnée par le Procureur de la République de Thiès, Ibrahima Ndoye.
La boîte crânienne de Bara Sow réduite en bouillie
RESULTATS DES AUTOPSIES – Le certificat de genre de mort de Bara Sow, établi par le professeur Victor Mendes du pavillon Bichat de l’hôpital Aristide Le Dantec, fait état de «plaies contuses au niveau frontal et occipital (…), de fractures de tous les os de la boîte crânienne, avec hématomes sous cutané et hémorragie (…) dues à des coups et blessures avec un objet tranchant, dur et contondant».
Quant à celui d’Ababacar Diagne, établi par le même médecin, il fait état d’une«plaie contuse (…) au frontal droit (…), de fracture de la boîte crânienne (…),de volumineux hématomes sous cutanés du cuir chevelu (…), de plaies pulmonaires (…)». Le médecin a ainsi conclu à «une mort à la suite de coups et blessures par arme à feu et objets durs et contondants».
AUDITION DES TEMOINS OCULAIRES-
Au cours de l’enquête préliminaire, les gendarmes ont auditionné les témoins oculaires (dont nous taisons les noms pour leur sécurité). Ils ont unanimement déclaré que «le 22 avril, vers 19 heures, en compagnie des deux victimes (Bara Sow et Ababacar Diagne), ils se sont rendus à Médinatoul Salam pour effectuer la «ziarra» auprès de leur guide, Cheikh Béthio Thioune. Arrivés sur les lieux, deux d’entre eux se sont détachés du groupe pour aller aviser les responsables du protocole qu’ils souhaitaient être reçus par Cheikh Béthio Thioune. Quelques minutes après, un groupe de talibés, armés de gourdins, de coupe-coupe, de pelles et d’un fusil, s’attaquent à eux et séquestrent Bara Sow, qu’ils malmènent sauvagement à coups de gourdins de coupe-coupe avant de le jeter à la porte». Selon toujours les témoins, «quand ils sont sortis de la maison, ils sont poursuivis par les assaillants. Le nommé Khadim Seck a pris un fusil pour tirer quatre coups qui ont atteint Ababacar Diagne au niveau du thorax et des cotes. Ce dernier a crié fort, en disant : Serigne Béthio Dieureudieuf, avant de tomber à terre». Ils expliquent également que les nommés Pape Malaka, chou, Mademba, Oumar Sow, Balla Diop, Pape Ndiaye Tracteur, Khadim Seck, Pape Mal, Demba Kébé, Cheikh Berobé, Souhaïbou Dièye, Aliou dit Lindo et Cheikh Faye, font partie de leurs agresseurs.
VERSION DE CHEIKH BETHIO A L’ENQUETE PRELIMINAIRE-
Interrogé par les gendarmes lors de l’enquête préliminaire, Cheikh Béthio Thioune soutient qu’il n’était pas au courant de la mort de Bara Sow et Ababacar Diagne et déclare avoir été informé par son chambellan, Cheikh Faye, des échauffourées survenues à son domicile entre ses disciples et le groupe dirigé par Bara Sow. Il n’a entendu aucun coup de feu, dit-il, ajoutant n’avoir jamais été au courant de la réaction violente de ses talibés. Il soutient qu’il a juste donné un «ndigueul»et non un ordre à ses talibés de ne pas admettre Bara Sow à son domicile. Toujours lors de l’enquête préliminaire, Cheikh Béthio Thioune a déclaré qu’après les échauffourées, il est sorti «pour faire un tour dans le village avec Cheikh Faye et le chauffeur Samba Ngom». Il est revenu sur ses déclarations, selon le rapport du substitut du procureur de Thiès, pour citer Saliou Ndour comme étant le chauffeur qui était au volant du véhicule lors de sa sortie.
L’arme du crime devait être planquée à Touba
Face aux gendarmes, Cheikh Béthio a également déclaré qu’il possède deux armes (un pistolet et un fusil de chasse) avec des autorisations administratives. Il les a confiés à Serigne Saliou Barro et à Samba Ngom, dit-il, dans sa déposition. Samba Ngom est ainsi arrêté par les éléments de la Brigade de gendarmerie de Touba et conduit à Thiès. Il est trouvé sur lui un fusil de chasse de calibre 12 mm numéro 49795. Auditionné, il a fait savoir que l’arme n’est pas celle qui a été utilisée à Médinatoul Salam. Il a révélé que l’arme du crime a été remise à Aly Diouf, chargé de la remettre à Serigne Saliou Barro. Ce dernier doit l’acheminer à Touba.
Les gendarmes se rendent immédiatement à Médinatoul Salam et après une perquisition, découvrent une arme de calibre 12/7 numéro 567540, cachée dans un vaste espace clôturé appartenant à Cheikh Béthio Thioune, sous un tas de briques, non loin du domicile d’Aly Diouf, distant du domicile du guide des«thiantacounes» de 300 mètres. Aly est arrêté. Il reconnaît avoir participé aux échauffourées et aidé Khadim Seck à dissimuler l’arme.
DENEGATIONS ET AVEUX – Les nommés Cheikh Faye, Mamadou Hanne, Alassane Ndiaye, Samba Ngom, Demba Kébé, Aziz Mbacké Ndour et Pape Ndiaye, nient toute implication dans les faits, tandis que les nommés Mame Balla Diouf, Aliou Diallo, Mamadou Guèye, Al Demba Diallo, Momar Talla Diop, Mouhamed Sène et Adama Sow, avouent. Ils reconnaissent avoir participé à la bagarre avec leurs gourdins, car Cheikh Béthio Thioune leur a demandé de ne pas laisser Bara Sow accéder à son domicile. Ils avouent avoir caché les corps des victimes dans un bâtiment en construction avant de les transporter à bord d’une charrette conduite par Moussa Dièye pour les enterrer dans une fosse commune à huit cents (800) mètres de la résidence du guide des «thiantacounes».
VOLTE-FACE DE CHEIKH BETHIO THIOUNE
– Le 25 avril 2012, le guide des«thiantacounes» subit son dernier interrogatoire. Lui qui avait soutenu n’avoir jamais été informé de la mort de Bara Sow et d’Ababacar Diagne, revient totalement sur ses déclarations. Il reconnaît avoir été informé de la présence de Bara Sow et de ses compagnons dans sa concession par Cheikh Faye, mais aussi de la mort de celui-ci et d’une autre personne juste après les échauffourées. Il ajoute n’avoir pas informé les éléments de la gendarmerie, qui s’étaient rendus chez lui, de la mort des deux «thiantacounes» car il «croyait n’être pas obligé de le faire et que les gendarmes pourraient avoir les informations (d’eux-mêmes)». Interrogé sur les raisons de sa sortie juste après les faits, il soutient qu’il «voulait se défouler pour refouler la tension, compte tenu de cette situation». Il précise qu’il est sorti de sa maison après l’enterrement des victimes, rejetant la responsabilité sur Cheikh Faye, à qui il avait demandé, dit-il, de ramener les corps. Ce qui n’a pas été fait, soit par peur, soit parce que son chambellan n’avait pasrépercuté son «ndigueul», commente Béthio.
Les conclusions des enquêteurs qui ont perdu Cheikh Béthio et Cie
CONCLUSIONS DES ENQUETEURS – Selon le rapport du substitut du procureur de Thiès, «il ressort des éléments de l’enquête, notamment des déclarations des mis en cause, Mame Balla Diouf, Aliou Diallo, Mamadou Guèye, Al Demba Diallo, Momar Talla Diop, Ablaye Diouf, Mouhamed Sène et Adama Sow et de ses propres aveux, que Béthio Thioune, qui avait vivement instruit ses disciples de ne plus admettre Bara Sow à Médinatoul Salam, était sorti de sa maison à bord de son véhicule Hummer immatriculé DK-9210-AF, suivi d’un Pick-up de marque Ford immatriculé DK-2559-AN, sur lesquels des traces de sang avaient été retrouvées juste après avoir été informé de la mort des victimes».
Il ressort également de la procédure, selon le substitut, Cheikhna Anne, que«Cheikh Béthio avait passé sous silence la mort de Bara Sow et d’Ababacar Diagne et leur enterrement «dans une fosse commune». Ce malgré la présence d’éléments de la gendarmerie dans sa concession».
«Les éléments de l’enquête ont également révélé que le fusil de calibre 12/7 utilisé par Serigne Khadim Seck lors des échauffourées pour atteindre mortellement Ababacar Diagne, lui a été remis par son guide Cheikh Béthio Thioune, qui déclare tout au long de l’enquête, détenir des autorisations administratives pour ses armes, sans être en mesure de les présenter aux enquêteurs», note le substitut Anne.
C’est pourquoi, Cheikh Béthio Thioune, Abdoulaye Diouf, Serigne Khadim Seck, Mamadou Hanne, Alassane Ndiaye, Samba Ngom, Mame Balla Diouf, Demba Kébé, Mamadou Guèye, Aziz Mbacké Ndour, Pape Ndiaye, Moussa Dièye, Aliou Diallo, Al Demba Diallo, Momar Talla Diop, Samba Fall, Mouhamed Sène, Adama Sow, Cheikh Faye, Aly Diouf et Serigne Saliou Barro, ont été déférés au parquet. Ils ont été confiés au juge d’instruction du premier cabinet de Thiès, Abdoulaye Assane Thioune, qui les a inculpés pour association de malfaiteurs, recel de cadavres et infraction aux lois sur les inhumations, meurtre et complicité de meurtre avec acte de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’arme sans autorisation administrative préalable. Ils sont présentement sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt et de correction de Thiès.
DAOUDA MINE ET
OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE
SOURCE LOBSERVATEUR »

Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Les vérités d’un internaute Africain solitaire

15.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 23/10/2012 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cybercriminalité d’un terrorisme des rosaires !


A toute fin utile, lire ma chronique « l’apologie vulgaire d’un médiocre perroquet de service aux ordres d’un criminel notoire », disponible sur internet.
L’état a le devoir moral de mettre un coup d’arrêt total à cette entreprise éminemment terroriste, sataniquement effrontée, qui menace la cohésion sociale et l’identité nationale. Pour cela, il doit agir sans faiblesse aucune pour venir à bout et en finir définitivement avec les énergumènes, meneurs qui doivent être nécessairement maîtrisés, poursuivis où qu’ils se trouvent et enfermés, lesquels seront jugés pour incitations à la haine, à la violence et à la rébellion, pour troubles à répétitions de l’ordre public. Le péril d’une cybercriminalité d’un terrorisme sous l’apparat des rosaires ! Ce pays est le ciel ouvert de l’indiscipline caractérisée d’un communautarisme religieux, ostensiblement oppresseur.
Le wadisme décrié de ces douze dernières années ont-elles donc crée les conditions de l’impunité ? En tant que président de la république, sa préférence spirituelle et son allégeance à une certaine communauté religieuse ont- elles ouvert la boîte de pandore, jusqu’à porter son propre marabout sur la liste des députés ? Dans une république normale, la sagesse aurait voulu que même si le président est libre de son choix, mais qu’il puisse le faire de façon discrète, sans qu’il soit obligé d’en faire une quelconque publicité, au risque de heurter l’unité nationale. wade était-il vraiment sincère lorsqu’il s’accroupissait devant son guide, sous l’œil des caméras qui immortalisaient l’événement à chaque déplacement célébré en grande pompe à Touba, la ville sainte des mourides ? Wade était-il le président d’une communauté ou du Sénégal ?

Les victimes ne comptent plus. L’existence du gourou prime sur la mémoire des victimes. Faire croire coûte que coûte à un complot du plus haut sommet de l’état. Une stratégie improductive. Béthio, le coupable est obligatoirement la sempiternelle victime. La pieuvre : le gourou de la secte n’en est pour rien, au contraire, il est persécuté sous de faux postulats. Et l’état est le coupable idéal, l’organisateur principal des coups tordus montés de toute pièce. Ce n’est pas Bethio, complaisamment exalté, « la sainteté », qui a commis le double meurtre, mais c’est bien l’état. L’état est le vrai commanditaire, fait porter le chapeau à Bethio, le sauveur des ténèbres. Ce ne sont pas des attardés psychiques, formatés par cette chapelle ordurière qui doivent dicter leur musique satanique. Mais Jusqu’où iront-ils pour sauver leur maitre, leur soldat ? Sur le prétexte fallacieux de servir pour l’humilité, leur vie se résume exclusivement à la mendicité, à la danse et aux chants. Ils sont formatés tels des animaux. Tantôt, ils sont « baye fal », soi- disant pour se référer à leur unique dieu, tantôt, ils se déclarent « thiantacounes »- « baye fal des leurres »-un verbiage creux que personne ne peut comprendre.

Oui, communautarisme du banditisme, caste de rats paresseux, bande de danseurs, bavards, voleurs, fumeurs de chanvre indiens, maudits, vous inspirez le dégoût, le poison que vous incarnez, vous perdra-les thiantacounes-un embrouillamini ! Drogues, sexes, détrousseurs, voilà ce à quoi excelle le groupuscule ! Du Sénégal où ils prolifèrent dans les rues de Dakar, en passant par l’Europe jusqu’aux Etats-Unis, ils se reconnaissent par leur accoutrement de patchwork de tissu, drealocks sur leurs têtes teigneuses et crasseuses.

Il est évident que l’homme, qui est derrière les barreaux, reste l’éternel coupable au double meurtre à keur Samba Laobé. Il est celui qui tire les ficelles depuis rebeuss. C’est un manipulateur effronté des agissements insoutenables. Il est tant que la justice prenne proportionnellement les mesures idoines à la gravité des faits.
Dans le cas contraire, c’est la porte ouverte aux dérives fâcheuses avec ses conséquences imprévisibles, compte tenu du laxisme d’état, visiblement palpable, dommageable, qui conduira inéluctablement à un bordel crescendo que personne ne pourra maîtriser. Force reste à la loi !
Le spectacle insolite qui se déroule sous nos yeux est la résultante de la proximité entre le pouvoir politique et le religieux, qui prend de plus en plus un poids une place dépassant les limites autorisées, depuis les indépendances.
Comment s’en étonner, d’ailleurs, depuis des années, lorsque les élites, pour des raisons de prestige et de la pêche aux voix à n’importe quel prix, font bassement les courbettes et s’agenouillent vulgairement devant le spirituel calé sur son fauteuil, distribuant « sa baraka », en fonction de ses propres intérêts crypto personnels, communautaristes ?
Comment s’en étonner, lorsqu’un précepteur notoirement satanique, collectionne, sans répit des femmes, allant parfois jusqu’à arracher des femmes d’autrui qu’il mette au compte d’un « ndiguël» d’un gangstérisme outrageant ?
Là, c’est la preuve matérielle d’un escroc de grand chemin, car le même gourou, incapable de déclamer la moindre sourate du coran, encore moins de faire la moindre prière, ni jeûner, comme tout bon musulman, si ce n’est la récitation 7 fois du nom de son marabout, mais détrousse impunément ses propres serviteurs et célèbre à merveille des mariages à tort et à travers, sans même avoir la sagesse d’avertir par respect les parents méprisés, pris pour des objets sans valeur ? Le comble d’une société à la renverse, obscurantiste, élit au poste de député à l’Assemblée Nationale, le fils du détrousseur le plus criminogène bien patenté. Un criminel balaie d’un revers de main la mémoire de toutes ses victimes et défie ouvertement la justice de son pays, qu’il considère comme étant le principal commanditaire des crimes, alors que lui-même a participé directement et délibérément aux dissimulations des corps criblés d’armes tranchantes et de balles réelles.
Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Les vérités d’un internaute Africain solitaire
A suivre……..

16.Posté par hugo le 23/10/2012 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur GUNMAN,
Si vous êtes partisan et opposé,c'est votre droit le plus absolu.
Mais ne nus faites pas prendre des vessies pour des lanternes.
Barthélémy Dias était en face d'une vandetta organisée par le garde de corps de Wade,avec des voitures du PDS,filmée au grand jour en présence d'un commissaire de Police a qui la République a confié la sécurité du Peuple.
Il faut oser se regarder dans le miroir et reconnaître que les méthodes et pratiques de violence dans ce pays est de l'apanage de ce vieux aigri de Wade qui fonctionne et actionne son environnement par la haîne et la rengaine.
C'est bien la preuve par neuf que ce fut une cancre devant l'HISTOIRE.

17.Posté par khetalli goor le 23/10/2012 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous guéri des maux liés aux troubles de libido. Il augmente la longueur de la verge de même que son volume. Vous ne vous sentirez comme jamais auparavant ; il vous rend votre virilité en moins de 30 minutes. Il est efficace contre.
gawa danou
le manque d’appétit libido.
la faiblesse.
le dysfonctionnement érectile.
Il agit pendant des jours et guérit les maladies citées plus haut après un traitement qui dure 4 semaines. Tel 77 481 02 14 et 70 338 95 26 et 76 291 48 66.

18.Posté par senebazar le 23/10/2012 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Achetez et Vendez sur senebazar.com

19.Posté par schwarzeraal le 23/10/2012 13:37 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut leur faire payer la facture.si la ministre de la justice couille avec des jeunes c'est sa vie ,pas besoin d'un rat de boite pour nous raconter ces ragots.

20.Posté par une solution au lit le 23/10/2012 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le Vimax est un puissant naturelle à base de plantes mâle amélioration qui augmente le désir sexuel, la santé sexuelle et contribue à la réalisation des érections plus fortes.
100% sûr et naturel. Seuls les ingrédients de haute qualité à base de plantes du monde entier sont utilisés dans la fabrication de Vimax. Nous sommes heureux de pouvoir dire que notre produit est utilisé par les hommes âgés de 18-78 ans, sans rapports de clients d'effets secondaires,un traitement pour lutter définitivement contre l'éjaculation précoce
les pilules vimax augmenter la production de sperme
-Un agrandissement naturel du pénis
-Des érections plus fortes et plus longues
-Un meilleur contrôle de vos éjaculations
-Augmente l'endurance lors d'un rapport
-Améliore l'intensité de vos orgasmes
-Phytothérapie 100% naturel ,
augmente la taille ainsi que d'améliorer vos performance ,
vous pouvez faire une croix sur vos angoisses d'éjaculer trop vite, ce ne sont pas des médicaments pharmaceutiques , mais des suppléments 100% plantes et naturel testé cliniquement elles ne contiennent pas d'agent chimique et de substance potentiellement dangereuse , les Pilules Vimax sont fabriquées dans une installation approuvé par la FDA américaine
Taille de la dose : 1 pilule Vimax par jour
Doses par emballage : 30 pilules par boite
point d'origine :canada
Nous offrons aussi une garantie complète de satisfaction ou remboursement, une garantie total de livraison discrète, partout pour plus de renseignement contactez e-mail , vitamaxusa2@gmail.com 00221708294820 pour le service de livraison contactez AME sur le 00221770274166

http://www.facebook.com/max.coffe.9

21.Posté par kpdp123 le 23/10/2012 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Amateurisme, opportunisme, népotisme et autres : au-delà de l’illusion d’alternance au Sénégal
Il est des situations qui, plus que tout, sont promptes à vous mettre dans l’embarras. Vous pouvez en arriver à vous vous remettre en question, à remettre vos jugements en question, à vous demander si votre avis sur la chose en question est le bon. Mais il arrive que vous ayez tout simplement à vous rendre à l’évidence. Il faut savoir dépasser l’absurde pour l’expliquer, pour en découvrir les soubassements, les motifs cachés. Même si devant l’indicible, le scandaleux, l’incompréhensible, on peine à trouver les mots justes. J’ai évoqué dans un autre texte - que le site leral.net a eu l’amabilité et, plus que cela, le courage de publier- ce qui représentait à mes yeux l’acte fondateur de la gouvernance telle que le régime en place au Sénégal la conçoit. Et de jour en jour, compte tenu de son entêtement, de son acharnement, je peine à croire que ceux qui le composent se rendent compte de l’absurde dans lequel ils s’engouffrent, s’imaginant sans doute qu’ils entraineront tout un pays avec eux. Peine perdue. Les masques tombent et ce n’est que le début. Alors comme tout bon citoyen, j’essaie de me rendre utile en apportant ma contribution avec la seule volonté de faire apparaitre la vérité. Une révolte gronde en moi. C’est le cas aussi chez un certain nombre de compatriotes qui doivent à présent se sentir floués par les individus que je n’hésite pas à pointer du doigt, peut-être se sentiront-ils même coupables d’avoir placé leurs espoirs en des individus aussi médiocres. Ma tristesse n’en a été que plus grande quand le président a cru bon d’exprimer sa « tristesse » en évoquant le cas d’un pseudo-intellectuel (aux méthodes un peu rustiques tout de même puisqu’il a été condamné pour viol) tout en gardant le silence sur le cas d’injustice le plus flagrant dans notre pays à l’heure actuelle, l’ « affaire » Cheikh Béthio. Un président est censé prendre de la hauteur par rapport au reste de la société. On n’attend pas de lui qu’il soit un commentateur. Alors, je me suis demandé ce qu’il fallait déduire :
De l’ AMATEURISME (au sommet de l’Etat) :
Tel un nageur à qui on aurait arraché un bras et qui se retrouverait soudain plongé dans une grande piscine sans que personne n’ait ni la gentillesse ni la sagesse de l’orienter, il tourne, il tourne, notre cher président. J’aurais pu filer la métaphore et aller jusqu’à dire qu’il brasse du vent. Ah le vent ! Voilà un mot qui reviendra souvent dans ce texte. D’abord parce que ce pouvoir n’a pas conscience qu’il n’est qu’éphémère. Et tel le sable sur une plage déserte, il finira balayé par le vent (vent de la révolte tout de même). Au lieu d’œuvrer à laisser une trace dans l’histoire du pays, il fait étalage d’une médiocrité jusqu’ici insoupçonnée. Rien ! Que du vent ! Et des paroles ! Des mois à tourner en rond. Pourtant, l’espoir était là, pendant un moment, d’aucuns se sont laissé bercer par les appels de phares de tous ces marchands de rêves. Encore un peu de léthargie et le réveil n’en sera que plus brutal. Mais si l’on veut se montrer plus conscient et plus responsable que cela, en tant que citoyen, on peut d’ores et déjà se poser quelques questions. Des mois à la tête du pays pour quels résultats ? Il serait temps qu’il y en ait un, parmi la pléthore de conseillers, qui lui dise que le peuple est toujours dans l’expectative. Si, en France, le président connait une certaine impopularité, c’est en partie dû à ce que certains perçoivent comme un matraquage fiscal, au Sénégal, des sondages auraient certainement montré qu’une grande partie de la population se demande à quoi sert l’actuel occupant du palais présidentiel. Sans trop de risques de me tromper, je dirais pas à grand-chose. Médecin après la mort pour ce qui est des inondations en se précipitant au chevet des sinistrés, excellent embrouilleur des foules en supprimant le Sénat tout en augmentant sans cesse le nombre de conseillers et de ministres, c’est en gros le bilan que l’on retient de ces mois passés à la tête du pays. Mais pour être tout à fait honnête, on pourrait lui reconnaitre une activité, activité qu’il faudrait mettre au débit du Sénégal toutes fois, il contribue avec abnégation à augmenter notre bilan-carbone à force de déplacements inutiles. Ses ballades à travers le monde nous coûtent et on se demande toujours en quoi elles sont profitables au pays.
Mais il est un domaine où l’Amateur a failli se professionnaliser : le domaine de l’injustice. S’il faut le répéter des milliers de fois, je le ferais. L’« affaire » Cheikh Béthio est un scandale. Voilà un acte odieux, répréhensible dans toute démocratie digne de ce nom et pourtant entouré d’un silence assourdissant en dehors du cercle des disciples de Cheikh Béthio Thioune. Qui peut sérieusement s’imaginer qu’il en serait ainsi si Cheikh Béthio avait clairement apporté son soutien à l’actuel président durant la campagne pour les présidentielles ? Ou encore que ce pouvoir aurait agi de la sorte du « vivant » de Serigne Saliou ? On voit donc là toutes les limites de cette hypocrisie, de cette parodie de justice. Pourquoi libérer ce Dias et pas lui, alors même qu’après des mois de détention arbitraire le moindre début de preuve de culpabilité de ce dernier n’a été apporté? Il ne s’agit nullement d’une question partisane, dans le sens où ce qui compte n’est nullement de savoir si celui qui dénonce cette injustice est lié à Cheikh Béthio ou pas. L’essentiel porte plutôt sur principe de base de la Justice : l’impartialité. Et le mépris de ce principe ne s’oppose pas un seul individu. En vérité, c’est la société toute entière qui manque à son devoir de vigilance en laissant s’opérer de tels abus sans mot dire. Tout avait failli se dérouler comme sur des roulettes, le coupable ou plutôt le commanditaire était désigné d’avance, sauf que le peuple n’est pas tout à fait idiot, une partie du peuple, plutôt, ne l’est pas.

De l’ OPPORTUNISME (ou comment devenir ministre sans en avoir les compétences) :
A tous ceux qui cherchent une définition du mot opportunisme en wolof, on ne saurait en trouver meilleure que « Fékké ma ci bolé ». Force est de reconnaitre que notre ministre de la culture, décidément je vais finir par donner l’impression que c’est une obsession chez moi, est passé maitre dans l’art de prêter le flanc. Je ne me résoudrais jamais à sa nomination à ce poste, preuve flagrante de l’injustice et du clientélisme qui sont la marque de fabrique du pouvoir en place. A la vérité, je n’ai jamais eu que très peu de sympathie pour ce vil personnage arriviste, affairiste et opportuniste par excellence. En quoi est-il plus légitime que tous ces jeunes qui ont manifesté autant sinon plus que lui contre l’ancien pouvoir, je pense notamment à ceux du collectif « Y en a marre », pour se voir attribuer un ministère ? Au cours d’une discussion avec des amis bien avant les nominations officielles, je leur ai donné le nom du futur ministre de la culture, mais pour cela nul besoin d’être un devin. Il suffit de connaitre à peu près la nature des individus en question. C’est à croire qu’un ancien footballeur ou lutteur qui aurait su faire l’anguille et se glisser dans les mouvements de contestation aurait certainement hérité d’un portefeuille ministériel à l’issue de l’élection, celui des sports forcément! Pourvu qu’il ait ce don qui vous caractérise tant, Monsieur le ministre, de savoir sentir le vent tourner et de sauter sur les bonnes occasions. Pathétique !
J’ai lu dans la presse qu’il était question de donner forme à l’ « idéologie » Fékké ma ci bolé en en faisant un parti politique. Faisant fi de ma désolation et de ma sidération, je voudrais soumettre quelques propositions à ses futurs dirigeants. Comme nom du parti, pourquoi pas GPS pour Girouettes Patriotes du Sénégal ? J’aurais volontiers remplacé Patriotes par Pathétiques, mais je doute que Monsieur le ministre soit un adepte de l’autoflagellation, vu sa tendance à prendre le reste de la population pour des demeurés. Et comme slogan de vos futures campagnes, je n’ai pas trouvé mieux que celui-ci : « Au gré du Vent », pour rester dans la thématique des girouettes qui vous va à merveille. Mais girouette sans vent est condamnée à rester immobile.
Tout juste fallait-il nous éviter de nous donner de l’Italie « berlusconienne » en confiant un propriétaire d’un groupe de médias le portefeuille de ministre de la culture. Et nos intellectuels protestataires dans tout cela ? Même s’il est vrai que l’un des plus célèbres a rejoint les rangs. Ne sont-ils pas attachés à la culture ? Et la presse indépendante ?
Du NEPOTISME (ou l’art de constituer une coalition hétéroclite) :
En cherchant à couper court aux tentations monarchistes de l’ancien pouvoir, le peuple sénégalais a obtenu un résultat pour le moins inattendu : l’instauration d’une véritable oligarchie. Toutes ces nominations de conseillers ne font que renforcer l’opacité qui entoure l’utilisation des deniers publics. Terrible aveu de la part du président de la République que de reconnaitre que « tout le monde ne peut être servi ». Servir et non se servir, telle est l’unique et noble mission de tout dépositaire de l’autorité publique, Monsieur le président. Tous ces ministres qui se répandent dans les journaux pour dire qu’ils ont mis tant de millions sur la table pour que l’actuel président soit élu, dans quel but ? Prouver sa légitimité à occuper un poste ? Ou tout simplement se rappeler au bon souvenir de celui qui les nomme ?
Quoi qu’il en soit, le grand perdant dans toute cette histoire reste le même : la plèbe. Cette masse d’anonymes et de défavorisés si prompte à manifester son mécontentement dans ce cadre favorable, et particulièrement rare en Afrique, qu’est notre démocratie. A cette masse on ne témoigne aucune reconnaissance ni respect en s’attelant, après avoir recueilli son vote, à satisfaire ses besoins les plus élémentaires, comme un minimum pour vivre dans la dignité. En revanche, le mépris dans lequel on le tient s’exprime à travers les nominations de tous ces gens qui n’ont d’autre légitimité que leur célébrité ou leurs fortunes.
Ce ne sont pas là les supputations d’un quelconque intellectuel - Suis-Je Débile ? (la question n’est pas fortuite, ni les caractères en gras d’ailleurs). En vérité, derrière cet acronyme se cache l’une des plus grandes impostures intellectuelles que notre pauvre pays ait connues. Ces trois lettres qui ont donné valeur d’évangile à des pamphlets contre l’ancien président et espoir à des milliers de jeunes qui se reconnaissaient en notre illustre « dissident » exilé. La touche exotique, je ne parle pas des « dreadlocks » mais de ces appels qui nous parvenaient de Belgique ou du Canada, venait ajouter un brin de charme à l’image qu’on se faisait de notre brave exilé qui se laissait aller à des envolées lyriques d’ailleurs, allant jusqu’à appeler l’Armée à se ranger du côté du peuple contre l’ancien pouvoir. Voilà qui portait notre exaltation à son comble. On tenait enfin notre Appel du 18 juin. Las ! Il faut croire que la plume acerbe s’est adoucie au contact des lauriers du pouvoir. Pas un mot sur toutes ces nominations scandaleuses qui auraient valu à l’ancien président un de ces fameux pamphlets dont il avait le secret et qui faisaient notre bonheur, nous autres les frustrés de la République qui n’avions ni la dextérité ni les moyens mis à la disposition de notre illustre exilé. Le pouvoir ou les convictions ? Suis-Je Débile ? Pourquoi hésiter ? Plutôt rejoindre la coalition que s’obstiner à défendre une cause dont les lendemains sont incertains. Autant dire que les girouettes font aussi des vagues chez nos intellectuels.
Aux substantifs en « isme » du titre j’aurais pu rajouter despotisme vu la propension de notre président à se croire tout permis. L’ « affaire Cheikh Béthio » en est la preuve flagrante. Deux poids deux mesures. Comment expliquer la libération de ce Dias, filmé en train de tirer sur la foule, et l’acharnement à maintenir Cheikh Béthio en prison? Les benêts qui n’y voient rien de politique sont libres de le faire mais chez tous ceux qui sont sensibles à la question de la préservation de la justice et de l’équité dans notre pays, cet acte provoque un sentiment de révolte. La révolte gronde et vous n’aurez pas le temps de la voir venir, préoccupé que vous êtes à faire le tour du monde. Faites appel à vos conseillers ! Qu’ils se rendent utiles pour une fois ! Le meilleur conseil qu’ils pourraient vous prodiguer est de faire demi-tour, non pas au cours d’un de vos nombreux déplacements mais dans cette « affaire » dont vous aurez beaucoup de mal à vous départir et qui vous entraine dans une pente dont la sortie ne peut se faire qu’à votre détriment. Soyez-en sûr ! Votre élection est loin d’avoir été un plébiscite et croire que vous pouvez faire taire tous ceux qui s’y sont opposés relève du fantasme.
Ceci est l’avant-garde d’une conscience citoyenne longtemps astreinte à une discipline liée à ses allégeances de toutes sortes mais qui n’a jamais cessé d’aimer ce pays, et qui ne désespère pas de voir un jour des gens compétents et intègres œuvrer à son redressement. Une chose est sure en tout cas : vous n’êtes pas de ceux-là.

GUNMAN

22.Posté par BIP le 23/10/2012 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

POURQUOI NE PAS SIGNER UNE REQUISITION SPECIALE POUR TUER DES THIANTASTOUNES COMME DES CHIENS. IL FAUT LES TUER, LES MASSACRER, VERSER LEUR SANG. FORMONS DES ESCADRONS DE LA MORT POUR ANEANTIR CES THIANTOUNES. TUONS LES HOMMES ET VIOLONS LES FEMMES. PREMIER ROUND POUR VOUS, LA PROCHAINE FOIS VOUS REGRETTEREZ D'ETRE NÉS. NOUS ALLONS TUER BETHIO EN PRISON. ON VOUS ATTEND. L'aigle noir de Carthage

23.Posté par NIOX le 23/10/2012 20:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à lire ce MINABLE gunman ,je me demande si nous ne tendons pas vers le fachisme de HIYTLER.Comment on peut sen prendre à cette MIMI TOURE pour la simple raison quelle ne fait que son boulot de ministre de la justice?Comment peuton comparer les méurtres de MEDINATOU SALAM ET celui de sacré-coeur mermoz?Ce GUNMAN doit aller voir ABDOULAYE WADE qui pensait que le SENEGALAIS était corruptible pour comprendre quil préche dans le désert à coté de ces minables THIANTACOUNES

24.Posté par diallo le 26/10/2012 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Force doit rester à la loi?Nous sommes dans un pays de droit.Ils doivent répondre de leurs actes.Serigne saliou était un homme de paix et n'aurait jamais accepter qu'un de ses disciple tue froidement et gratuitement des personnes et les enterre dans une fosse commune,sans suite.QUI EST BETHIO THIOUNE?

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image