leral.net | S'informer en temps réel

9 ans après le naufrage du Joola, Le "je m’en foutisme" toujours érigé en règle

Neuf ans que le bateau le « Joola » est sous les eaux au large de la Gambie. Toute la population s’en souvient comme si c’était hier. En effet, des voix s’étaient élevées, au lendemain du drame, invitant les uns et les autres à changer de comportement. A éviter surtout la surcharge dans les transports en commun. Mais neuf ans après, ces pratiques sont visibles et le « je m’en foutisme » est toujours en règle.


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Septembre 2011 à 11:04 | | 4 commentaire(s)|

Il suffit de faire un tour au niveau des arrêts des bus Tata ou King long ou autres garages de clando pour se rendre compte que les comportements n’ont pas changé. Ainsi, au lendemain du naufrage du bateau, la thèse qui avait été émise était le surplus de passagers. "Nous sommes tous coupables. Et pourtant, le naufrage devrait nous servir de leçon mais, que neni" déclare Amadou Fall, chauffeur de car Ndiaga Ndiaye, établi au marché BouBess à Guédiawaye. A 6heures du matin, c’est une course contre la montre. Très pressés, les passagers n’ont plus cette patience d’attendre. Avec la complicités des passagers qui sont pressés, les chauffeurs et les apprentis ferment les yeux en pensant à amasser le maximum d'argent et de ce fait ne ferme même pas les portes. «Tout ceci est un manque d’éducation. Pourquoi ne pas attendre un autre. Les gens n’ont rien retenu du naufrage du bateau » tonne ce père de cinq bouts de bois de Dieu.

Au niveau de l’arrêt de la ligne 38 ou de la ligne 36, qui dessert Guédiawaye –Ngor, l’attitude adoptée best simple. Ici, tout passager doit faire la queue pour entrer dans le bus. « Nous sommes formels. Nous fermons la porte de la porte derrière pour ouvrir celle de devant et tout le monde passe par là. Les passagers ne veulent pas se tenir debout. Mais tel est le cas. Et c’est la règle » explique Ndiaye, le chef de garage.

Pour des chauffeurs de clandos, au niveau du deuxième garage des parcelles assainies, U 10 la règle est peu respectée. « Souvent, ce sont les clients eux-mêmes qui refusent que l’on mette deux personnes à l’avant. C’est pour leur sécurité » lance Babacar Diop, chef des lieux. Ce sentiment est partagé par la plupart des clients interrogés. « Il nous faut revoir nos comportements, nos manières de faire. Le drame doit nous servir de leçon » indique Fatou Lô, marchande au marché Gueule tapée. Lors du magal de Touba, du gamou de Tivaouane entre autres rencontres religieuses, les bus sont bondés de pèlerins. Des chauffeurs, n’hésitent pas à transgresser les règles, bref le statu quo.

Le bateau Le Joola, qui assurait la liaison maritime Dakar-Ziguinchor, a fait naufrage dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, au large de la Gambie. Selon un bilan officiel, donné par les autorités, la catastrophe a fait 1.863 morts et il y a eu 64 rescapés.

Abdoul K. Diop (Correspondant dans la banlieue)



1.Posté par famille de victimes du naufrage du joola le 23/09/2011 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA CORRUPTION A L'ORIGINE DE LA PLUS GRANDE CATASTROPHE MARITIME CIVILE MONDIALE A CE JOUR.

FINANCEMENT OCCULTE EN 2002 : TRES CERTAINEMENT UNE DES RAISONS POUR LAQUELLE LE PRESIDENT CHIRAC A BACHE LE NAUFRAGE DU JOOLA SURVENU LE 26/09/2002 LA PLUS GRANDE CATASTROPHE MARITIME CIVILE MONDIALE A CE JOUR....
NAUFRAGE DU JOOLA 26/09/2002 près de 2000 victimes, 13 nationalités, MAIS DES FAMILLES DE VICTIMES UNIES ET DETERMINEES.

LES INTERETS ECONOMIQUES ET POLITIQUES (Françafrique) doivent- ils entraver la vérité et la justice et bafouer les droits de l’homme.
UNE EPINE ENTRE LE SENEGAL ET LA FRANCE..... CES FANTOMES QUI HANTENT….. DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE.

On ne peut pas tourner la page quand on sait que le drame était prévisible... Tous du Président, son fils, aux ministres savaient que le bateau n’était plus navigable et pourtant on l’a remis en rotation après plusieurs avaries (la dernière 10 septembre 2002, le drame a eu lieu le 26 septembre). 2000 victimes mortes dans d’atroces souffrances pour la plupart des jeunes.
Les secours n’arriveront que 18 h après alors que le drame était connu, pourquoi ???? Tout était possible, des victimes abandonnées….
Pourquoi le président Wade a-t-il refusé que les forces françaises décollent pour porter secours ?

Un pool d’avocats sénégalais payés sur les deniers publics pour faire annuler tous les mandats mais la procédure judiciaire en France toujours en cours et toujours 7 mandats d’arrêts internationaux à l’encontre des présumés coupables. Un drame méprisé et bafoué mais des familles de victimes déterminées.....
Trop de zones d’ombres autour de ce drame.
DES IMAGES DOULOUREUSES, INSOUTENABLES ET DES TEMOIGNAGES QUI ACCUSENT LE POUVOIR SENEGALAIS

2.Posté par PaixSurVous! le 23/09/2011 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi depuis 09ans, une de mes questions attend toujours une réponse: comment un bateau, sous la responsabilité de L'Etat (l'armée) je crois, qui convoie des centaines de passagers, qui doit être en contact radio en permanence, puisse sombrer en mer à 23heures dit-on et qu'on ne s'en rende compte que des heures et des heures plus tard... et bizarrement y'a personne qui est responsable (bien sûr l'Etat, mais l'Etat c'est général et abstrait; des gens étaient quand même payés par le contribuable pour se dévouer à la tâche!
Par ailleurs, il y'a une certaine hypocrisie consistant à prendre la population pour responsable de ses malheurs, certes mais pas entièrement, nous avons mis des élites pour gérer nos affaires alors que font-ils pour mettre de l'ordre malgré la réticence de certains dans nous!

3.Posté par sandaga le 23/09/2011 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour tous les jours, ou pour les grandes occasions, retrouvez toutes nos idées pour des tables chaleureuses ! Assiettes, bols, mugs et coffrets pour des petits déjeuners joyeux, verres à pied ou gobelets, carafes et glacières. une sélection spéciale d'articles pour cadeau de mariage et d'anniversaire. A l’heure du thé, découvrez les saveurs du thé avec la série de théière en fonte ou en inox…Et pour vos dîners savoureux découvrez les plats en mélanine, les saladiers unis ou multicolores et les couverts… Une sélection originale et raffinée de verres, cuillère, fourchettes, couteau, pichets, thérmos, tasses et soucoupes pour donner chaque jour à votre table un air de fête !
FALLCOM VAISSELLE Shop Sandaga (FV2S)
Adresse: 18 av. jean Jaurès Sandaga coté EL MALICK
TEL: +221772213030 - 30 107 74 74 - 77 804 55 55 - 70 330 40 40
http://www.facebook.com/fallcomvaisselle
email: fallcomcom@hotmail.com
ouvert tous les jours de 8h à 19h et les fériés de 10h à 16h
Bientôt! la livraison à domicile.

4.Posté par Bozz le 23/09/2011 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le naufrage du Joola doit servir d'exemple au Sénégal; Ce n'est pas oublié.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image