leral.net | S'informer en temps réel

A cause du retard dans le paiement des bourses : La fermeture du campus social renvoyée à une date ultérieure

D’ordinaire, le campus social de l’Université Cheikh Anta Diop ferme ses portes le 15 août de chaque année.Mais, cette année, tel n’est pas le cas à cause du retard enregistré dans le paiement des bourses.


Rédigé par leral.net le Dimanche 29 Août 2010 à 04:25 | | 0 commentaire(s)|

A cause du retard dans le paiement des bourses : La fermeture du campus social renvoyée à une date ultérieure
La fermeture des pavillons universitaires qui relèvent de l’administration du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud), avait été arrêtée au 15 août dernier. Mais les responsables du Coud se sont ravisés. Le principal souci de la direction en prenant une telle mesure est, d’après Matar Ndoye, directeur des cités, de ‘permettre aux étudiants de percevoir leurs bourses’. En effet, les opérations de paiement des bourses académiques de vacances n’ont débuté que le 13 août dernier après plusieurs jours d’affrontements entre les étudiants et les forces de police. Et le rythme lent des paiements laisse présager que la prolongation accordée par le Centre des œuvres universitaires de Dakar à ses pensionnaires risque de durer encore.
La conséquence c’est que, comme le soutient Mactar Ndoye, le chef de service des cités, ‘c’est la première fois que le campus social reste jusqu’à la fin du mois d’août sans fermer’. ‘On a connu une situation exceptionnelle avec le retard enregistré dans le paiement des bourses académiques de fin d’année. Il fallait faire avec cette nouvelle donne et on a décidé de reporter ultérieurement la date de fermeture qui était fixée initialement au 15 août dernier. Mais ce qui est sûr, c’est que la fermeture des pavillons ne va pas tarder compte tenu du rythme de paiement des bourses’, explique-t-il sans donner de nouvelle date. Selon lui, la plupart des étudiants qui bénéficient de ce prolongement sont là pour percevoir leur bourse sociale ou académique.

Selon le chef de service des cités, la fermeture du campus social répond à plusieurs exigences dont la principale est la ‘réfection’ des chambres et du mobilier défectueux ainsi que la plomberie et autres. ‘Les universités vivent les mêmes réalités que cela soit ici ou ailleurs dans le monde. Si l’on veut que le campus soit fonctionnel à la rentrée d’octobre et à même de recevoir les étudiants dans les meilleures conditions, il faudrait penser aussi à refaire les choses. Il n’y a une structure de ce type qui peut continuer à fonctionner sans arrêt’.

Mais au-delà de la réfection, la fermeture du campus entre le août et octobre est souvent liée à des questions de budget. En effet, durant cette période, sur les six restaurants que compte le campus social, un seul est ouvert pour assurer tant bien que mal la restauration des occupants des 5 083 lits du Coud en cette période de jeûne du mois béni du ramadan. De l’avis d’un étudiant qui a préféré garder son nom, ‘c’est normal que le campus ne puisse pas fermer le 15 août de chaque année’ dans la mesure où les bourses académiques comme sociales tardent toujours à être payées. ‘C’est normal que les étudiants refusent de rendre les clefs de leurs chambres parce que c’est la seule solution qu’ils ont. Ils n’ont pas où aller, en plus ils attendent de recevoir leur bourse. Mais cela n’est pas de leur volonté. Car il n’y a pas le confort ici. Les robinets sont défectueux, les toilettes ne sont plus nettoyées et plus encore, il n’y a qu’un seul restaurant qui marche pour tout ce monde, pénible ici pour les étudiants’, constate Moustapha Sarr, un étudiant en troisième année qui loge au pavillon L. D’après un autre étudiant, au rythme où se fait le paiement des bourses, la prolongation risque de durer des semaines encore.

Mamadou SARR
Source Walfadjri






Hebergeur d'image