leral.net | S'informer en temps réel

ABROGATION DU DECRET DE DECOUPAGE ADMINISTRATIF : La population de Sangalkam approuve et exige le départ du sous-préfet


Rédigé par leral.net le Mercredi 18 Avril 2012 à 18:46 | | 0 commentaire(s)|

ABROGATION DU DECRET DE DECOUPAGE ADMINISTRATIF : La population de Sangalkam approuve et exige le départ du sous-préfet
Les habitants des 33 villages et cités qui composent la Communauté rurale de Sangalkam ont bien accueilli la décision du président Macky
Sall d'abroger le décret découpant leur localité. Ils se sont rencontrés, hier, dans le village de Kounoune, à l'occasion d'une conférence
publique pour se féliciter de cette décision du chef de l'Etat. Pour eux, cette décision de découper la Communauté rurale ne visait qu'à affaiblir le Pcr Omar Guèye, dans le dessein de récupérer cette localité. Lisant la résolution finale, Alioune Lèye, Coordonnateur des étudiants de ladite Communauté rurale, a montré les limites de l'argument fourni par le défunt régime, à savoir rapprocher les administrés de l'administration, pour légitimer ce découpage. «Pourquoi des villages comme Kounoune, Keur Ndiaye Lo, Cité Mbaba Guissé, Keur Douda Sarr et Ngalap et une
partie du village Ndiakhirate Digue, doivent sauter de la Commune de Sangalkam pour être rattachés à la Communauté rurale de Bambilor, située à une dizaine de kilomètres ?», s'est-il interrogé, sous les applaudissements de l'assistance. Avant de faire un bilan comparatif entre les réalisations de la délégation spéciale et celles du président Omar Guèye qui, a-t-il révélé, avait réalisé une dizaine de postes de santé, avec des ambulances médicalisées, un lycée, deux brigades de gendarmerie... «Nous défions quiconque de nous montrer une seule réalisation des 4 délégations spéciales dans les zones découpées. Alors que, du temps du président Omar Guèye, chaque mois, les populations avaient droit à une inauguration », a ajouté M. Lèye. En ce qui concerne les manifestations d'hier contre cette «décision salutaire», les populations accusent le sous-préfet, le marabout Thierno Amadou Ba et l'ex-ministre Aliou Sow d'être de tirer les ficelles. «Nous réclamons le départ immédiat d'Ibou Diop, sous-préfet de Sangalkam qui, sous les ordres de l'ex-ministre Aliou Sow, continue toujours de manipuler les populations. Sa présence à la tête de notre collectivité locale est une source d'instabilité et de conflits pour nous habitants des 33 villages», a martelé Alioune Lèye, tout en
exhortant Macky Sall d'aller plus loin en réparant les injustices, notamment la mort de Malick Ba. Les populations de Sangalkam exigent que justice soit rendue dans l'affaire Malick Ba et que les principaux responsables de ce «crime» soient châtiés.



Source le Populaire






Hebergeur d'image