leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Ama Baldé : Le policier Barka Ngom et le lutteur reviennent sur les faits

Le policier Barka Ngom et son bourreau Ama Baldé sont revenus sur les faits qui se sont déroulés lors du face à face qui a dégénéré. Le policier Barka Ngom a brandi le certificat médical de 7 jours et explique les faits qui ont fait couler le fils de Falaye Baldé. Le lutteur de Pikine estime que les policiers étaient déterminés à lui faire du mal.


Rédigé par leral.net le Samedi 4 Juillet 2015 à 11:32 | | 5 commentaire(s)|

Affaire Ama Baldé : Le policier Barka Ngom et le lutteur reviennent sur les faits
Selon L'Observateur, face à ses collègues enquêteurs, Barka Ngom est largement revenu sur les péripéties de sa « bastonnade » par le lutteur de Pikine. « Nous étions régulièrement désignés de service à la Place du souvenir. Nous devons assurer le service d’ordre relatif à un point de presse sur le tournoi de lutte opposant les lutteurs Ama Baldé à Gouy-Gui, Zoss à Tapha Tine. Je signale que c’est le frère d’Ama Baldé qui s’en est pris au camp de Gouy-Gui en les insultant. Quand il a été pris en chasse, il s’est réfugié chez les siens qui étaient composés d’une trentaine de personnes environ. C’est à ce moment qu’Ama Baldé a décidé de réagir. Il a alors commencé à balancer des coups de poing. L’un d’eux m’a ainsi atteint au visage, au niveau de l’œil, sur mon front et sur ma main gauche. C’est par la suite que j’ai rendu compte à mon chef hiérarchique. Je me suis rendu à l’hôpital Principal, et on m'a délivré un certificat médical de 7 jours d’incapacité temporaire de travail (Itt).

Devant les policiers enquêteurs, le lutteur Ama a expliqué qu'il a été rossé par les policiers. « Je reconnais les faits qui me sont reprochés. Les policiers étaient en train de tabasser un de mes fans, Boubacar Baldé. Il est aussi le fils de mon grand frère Jules Baldé. Il était tombé par terre, je l’aidais à se relever en m’inclinant vers lui. Les policiers m’ont roué de coups. J’ai reçu des coups de pieds et de casques en plein visage. Pour sortir du guêpier, parce que j’étais entouré de plusieurs policiers qui étaient déterminés à me faire du mal, j’ai finalement riposté en essayant de les repousser de toutes mes forces. C’est ainsi que j’ai atteint l’un des policiers qui a été identifié plus tard sous le nom de Barka Ngom. Je regrette profondément l’acte que j’ai commis à l’encontre de l’agent de police. Je demande pardon aux autorités policières et judiciaires ».






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image