leral.net | S'informer en temps réel

Aid el Kebir : Tabaski, entre fastes et contraintes

Notre reporter a fait le tour des points de vente de Sotiba et de Mbao. Si les prix des moutons sont jugés un peu chers à Mbao ; ils sont en revanche abordables à Sotiba. Dans ce dernier site, on peut avoir un mouton à partir de 35.000 francs Cfa.


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Novembre 2011 à 09:43 | | 2 commentaire(s)|

Aid el Kebir : Tabaski, entre fastes et contraintes
A Mbao, les quelques points de vente de moutons n’attirent pas encore, à deux jours de la célébration de la Tabaski. Pape Ndiaye, habitant de Grand Mbao extension, rencontré sur le point de vente, près du terrain de football explique que les moutons sont « un peu chers ». « On me propose des moutons à des prix variant entre 80 et 150.000 francs Cfa. J’ai beau négocié mais en vain », explique-t-il, un peu dépité. Il pense aller du coté de Rufisque ou de Sotiba, pendant le week-end, « pour avoir un mouton à un prix abordable ».

En allant vers la cité Ndèye Marie, non loin du terrain de basket, des points de vente sont érigés un peu partout. Les vendeurs assis, devisant tranquillement, attendent d’éventuels acheteurs. M. Diop, habitant de la cité, constate que les prix sont un peu chers. « C’est ma troisième tentative d’achat, je crois que je vais finir par acheter le bélier qu’on m’a proposé à 90.000 francs Cfa », fait-il remarquer. Adji, une dame, la quarantaine révolue, avoue avoir fait plus de deux heures à Sotiba pour avoir un mouton équivalant à sa bourse. A l’aide d’un mouchoir à jeter, elle s’essuie le visage transpirant. Enfin, elle a obtenu son mouton pour la Tabaski à 45.000 francs Cfa. Cette femme chef de ménage, venue de Thiaroye Gare, soutient que les prix des « moutons sont trop chers ». Tirant son mouton par une corde, achetée à 100 francs Cfa, elle se bat studieusement pour regagner l’autre côté de la route de Rufisque. Non loin de là où Adji a acheté son mouton, Ibrahima, un jeune, a acheté, à 180.000 francs deux béliers. « L’un est pour la grande famille et l’autre pour ma petite famille », souligne-t-il. Un vendeur, rencontré à Sotiba, qui préfère parler sous le sceau de l’anonymat, soutient : « le problème, c’est que la plupart du temps, les clients ciblent des béliers que ne leur permet pas leur pouvoir d’achat ». « Il est impossible d’avoir 35.000 francs Cfa et vouloir un bélier de 75.000 francs Cfa. Il appartient aux gens d’être logiques », recadre-t-il.

Aly DIOUF le soleil



1.Posté par schwarzeraal le 07/11/2011 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pourquoi pas une prime tabaski sur les salaires pour ameliorer la consommation des honnetes citoyens obligés de se battre pour satisfaire leurs familles .alors que laye wade ne se font pas de soucis pour tirer des caisses de l´etat pour feter une heureuse tabaski et les malheureux 75% d´electeurs se lecheront les babines .pfui

2.Posté par schwarzeraal le 07/11/2011 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

laye wade et sa bande ne se font pas de soucis....

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image