leral.net | S'informer en temps réel

Avec plus de 3000 étudiants, le Dahra de Coki dans l’impasse

Sans doute l’une des plus anciennes écoles coraniques du Sénégal, le Dahra de Coki a été fondé en 1939 par Amadou Sakhir LO. Connu pour être le lieu de redressement des enfants «terribles ou égarés», le Dahra s’est modernisé au fil des années. D’ailleurs, il dispose en son sein d’une école franco-arabe qui commence en classe de CE1 jusqu’au moyen secondaire, pour permettre aux enfants ayant assimilé le Saint Coran de poursuivre leurs études dans les plus grandes universités étrangères avec lesquelles le Dahra a noué des partenariats. Situé dans la région et département de Louga, le Dahra est à vingt-huit (28) kilomètres du chef lieu de département. Il abrite en son sein entre trois mille trois cent (3300) et trois mille quatre (3400) enfants, apprenant le Saint Coran dont presque trois cent (300) filles. Ces enfants admis en général à l’âge de six ou sept ans, sont de nationalité différente. «La majeure partie nous vient de la sous-région comme la Gambie, la Guinée Conakry, le Mali entre autres », selon l’un des maîtres coraniques du Dahra Fallou Lo. Ces derniers sont éduqués, nourris et logés gratuitement. « Certains parents nous offrent parfois des aides en nature ou en argent mais nous n’exigeons rien pour l’admission des enfants ».


Rédigé par leral.net le Lundi 2 Mai 2011 à 19:28 | | 3 commentaire(s)|

Avec plus de 3000 étudiants, le Dahra de Coki dans l’impasse
Sous cet angle, la prise en charge, des enfants internés dans le Dahra, constitue l’une des principales difficultés auxquelles l’école coranique est confrontée. En effet, elle ne bénéficie d’aucune aide venant de l’Etat, depuis le départ du député maire de Bambey, Mme Aida Mbodj, du ministère de famille. « L’Etat nous octroyait chaque année deux millions, mais nous ne recevons plus cette subvention depuis le départ de Aida Mbodj », lance Fallou Lo. Aussi, pour la prise en charge des talibés, les responsables du Dahra, en compagnie de certains talibés pratiquent l’agriculture. En plus, l’agriculture participe à la formation des enfants, pour leur permettre d’avoir un métier au moment de quitter le Dahra. « Quelle que soit la récolte, elle ne peut couvrir plus de 10% des besoins en nourritures », note toujours Fallou Lo. Les seules aides conséquentes, du Dahra, viennent de l’association des anciens de l’institut Amadou Sakhir Lo de Coki, nom avec lequel le Dahra a été baptisé, et de quelques bonnes volontés comme le directeur général de CCBM Serigne Mboup. « Les habitants des environs contribuent aussi à la prise en charge des enfants avec le systèmes de parrainage ».
Violence sur les enfants et promiscuité

Les enfants qui vivent dans le Dahra ne sont pas victimes de violences, selon le maître coranique, Fallou Lo et quelques talibés interrogés sur le sujet. Ces derniers assurent qu’ils sont bien traités, à la limite du possible. Même s’ils ne sont pas choyés comme dans leurs foyers, ils ne sont pas pour autant maltraités. « Il n’y a pas de violences exercées sur les enfants ici, mais le Dahra ne peut pas être comme une maison familiale. Nous avons nos méthodes d’éducation que tous les enfants doivent suivre», ajoute M. Fallou Lo. Sur un autre registre, la promiscuité est aussi une réelle préoccupation au Dahra de Coki. En effet, l’institut ne dispose que de quelques bâtiments pour ses trois mille et quelques étudiants. « Nous avons des terrains destinés à l’extension du Dahra mais les fonds ne sont pas disponibles. On n’a pas les moyens », poursuit notre interlocuteur. A cet effet, l’assemblée générale des anciens du Dahra est organisée chaque année, au mois de septembre, à Coki. Une occasion choisie par ces derniers pour appeler l’Etat et les bonnes volontés à soutenir le Dahra.
Infections respiratoires aigues et affections dermatologiques : principales maladies des résidents du Dahra

Les risques sanitaires sont souvent liés aux infections respiratoires aigues, aux affections dermatologiques et au choléra, même si beaucoup d’efforts sont faits actuellement au niveau du Dahra. Ces maladies sont causées par la promiscuité. « Les affections dermatologiques, comme la gale sont très fréquentes en zone de promiscuité ». Le Dahra de Coki abrite un poste de santé, avec deux infirmiers. En plus, des consultations périodiques sont organisées par d’anciens pensionnaires du Dahra devenus professionnels de santé. Les médicaments sont aussi disponibles, même s’il y a parfois des ruptures de stock. Le fondateur du Dahra de Coki, Serigne Amadou Sakhir Lo, est décédé rn 1988 et l’actuel directeur, Serigne Makhtar Nar Lo, compte perpétuer son œuvre en aidant des enfants et des jeunes de toutes les nationalités à assimiler le Saint Coran. Cette formation dure entre trois et quatre ans.
Anta Nar Ndiaye



1.Posté par saer le 02/05/2011 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ayez lhabitude de traduire dahara ce n est pas du francais......ecole coranique....

2.Posté par medza le 02/05/2011 21:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les autorités doivent soutenir cette ecole
au lieu de jeter l'argent public dans la lutte ou autres futilités

3.Posté par cheikhgayeislam le 03/05/2011 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NOUS PRIONS NUIT ET JOUR QUE L'ISLAM GERE LES AFFAIRES DES MUSULMANS DE LA TERRE.
BRAVO AU DARA DE COKI.IL A PROUVE QU'IL EOUVRAIT POUR L'HUMANITE.
JE NE VOIS DE SOLUTION A NOS PROBLEMES QUE DANS UN UNITE POUR LE BIEN DE TOUS.
TOUS NOS SAVANTS DOIVENT FORMER UN SEUL BLOC
TOUS NOS FINANCIERS DOIVENT AVOIR LE MEME OBJECTIF
TOUS LES MUSULMANS DOIVENT AVOIR LE MEME COMPRTEMENT

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image