Leral.net | S'informer en temps réel

Coup de coeur : Mohamed Kamel Fakhry, un "surdoué"

Rédigé le Mercredi 7 Août 2013 à 14:31

Il a souffert des suites d'une méningite qui a fait qu'il soit atteint de surdité à 100%, en Janvier 2004 alors qu'il était en classe de CM 2. Par euphémisme, nous dirons qu'il est devenu malentendant. Sans complexe aucun, Mohamed Kamel Fakhry a su surmonter tous les obstacles. Venant de décrocher son Bac S2 avec la mention Assez Bien; il a, malgré tout, le triomphe modeste. L’idée d’écrire ce billet nous est venu au détour d’un échange avec M. Hanne, professeur de Mathématiques. A bord de son scooter Burgmann, nous échangions sur les résultats des candidats proposés par l’Institution Al Zahraa au Bac. Nous énumérions les élèves admis d’office avec une mention spéciale réservée à ceux qui avaient la mention assez bien. Parmi ceux-ci, un élève aura cristallisé toute notre attention. Son nom Mouhamed Kamel Fakhry.



Coup de coeur : Mohamed Kamel Fakhry, un "surdoué"
Pourquoi ? Parce qu’il a un profil atypique qui force le respect ou plutôt met en exergue le culte de l’excellence. Fakhry n’a d’yeux que pour la réussite qu’il sait être au bout de l’effort.

A rebours de ce sigle immodérément promu au Sénégal consistant à parler, de manière ironique, d’un nouveau système Lutte-Musique-Danse (LMD) ; Kamel Fakhry se veut intellectuel au sens plein du terme. Il ne se laisse point abrutir par ces trois domaines. Sachant qu’il n’y a rien de tel que les études, il s’y consacre totalement et met même mal à l’aise ceux qui avec lui joueraient aux paresseux, dans le cadre du travail.

A cœur vaillant rien d’impossible, dit-on :

1- Témoignages des parents

Nous avons jugé utile de descendre chez Mme Fakhry afin de recueillir l’avis de ses parents. Ce que nous fîmes tout en respectant l’heure du rendez-vous. A la rue Armand Angrand, nous avons trouvé une famille qui nous a accueilli à bras ouverts. La séance fut empreinte d’émotion avec des séquences où les cœurs avaient parlé en laissant couler beaucoup de larmes. Normal, c’était plus fort qu’eux.

Sur place, nous avons trouvé sa maman Mme Fakhry. Elle avait mis un long foulard sur la tête et un chapelet à la main droite, l’ombre de M. Fakhry aura plané sur la rencontre. Dés l’entame de ses propos, elle rendit grâce à Allah après avoir tenu à magnifier le choix porté sur son fils. Les larmes aux yeux, elle souligna que son fils se reposait à peine. Mohamed dira-t-elle est un cadeau du ciel. Son parcours est teinté d’une grâce divine. Fortement ancré dans sa religion, il m’aide à asseoir certaines pratiques religieuses

Elle mit en avant la capacité de Fakhry à assumer son destin, son handicap contracté suite à une méningite. Il est donc atteint de surdité. Après son hospitalisation, il resta pendant une année sans étudier. Il rejoignit Al Zahraa où il sera de la sixième à la terminale. En classe de troisième, au moment de passer le Brevet de Fin d’Etudes Moyennes, nous pensions qu’il fallait l’amener au Centre Talibou Dabo. On nous indiqua qu’il pouvait passer le BFEM normal. Ma conclusion est la suivante son handicap est salutaire : à défaut il serait parfait. Elle invita ses grands-parents : trois braves dames en foulards rouge, violet et vert qui ont insisté sur le caractère respectueux de Fakhry, sur sa capacité à traiter avec beaucoup d’égard toutes les personnes de la plus petite à la plus grande. Elles ont aussi salué le fait qu’il parvienne à tracer la voie : ses frères n’ont qu’à suivre son exemple, lancèrent-elles en chœur.

Son jeune frère Kemel loua la facette exemplaire de Mohamed et montra que ce dernier était ouvert d’esprit et très humble aussi. Il a le sens de la famille et est un grand poète. Mohamed en profita pour nous retracer la trame d’un de ses poèmes. Il nous confie qu’il faut tout faire pour s’entendre avec les gens sinon on souffre. Mohamed est d’une grandeur d’âme qui fait qu’il peut s’excuser même en étant lésé, lança-t-il pour terminer.

Moussa Fakhry, le puiné de la fratrie, commença par dire : « je ne dirais pas qu’on a le meilleur frère mais aucun frère n’est meilleur que le nôtre». Mohamed fait passer la religion et les études avant toute chose. En dehors de ces deux centres-d’intérêt, il s’intéresse au football et supporte Chelsea et la France. J’allais oublier son joueur préféré c’est Zidane. En outre, il n’aime pas le désordre. Sa réussite au Bac m’a montré à quel point Mohamed avait le sens du partage avec l’argent récolté.

Son cousin Samba Diakho fera remarquer l’attitude volontaire de Mohamed et sa faculté à rendre service. Selon lui, Mohamed est un modèle car il est inébranlable lorsqu’il se concentre sur ses études.

Ses parents le soutiennent et l’encouragent à aller de l’avant. Ces mots mirent fin à cette séance inédite. En nous raccompagnant, Mohamed Fakhry nous dira avoir une pensée pieuse pour ses camarades recalés lors de la session du bac. Ils leur demande de redoubler d’efforts et d’y croire. Nous formions une famille mais le bac a ses aléas. Il remercia tous les professeurs qui l’ont encadré. Pour lui, tous les élèves doivent respecter leurs professeurs.

Le lendemain, au moment de boucler notre article, nous pûmes, in extremis, avoir le témoignage de son père. Il dira :" Mohamed est mon fils ainé. Mais c’est notre fils à nous tous. Il fait ma fierté et la fierté de toute la famille, de tous ses proches et de tout le Sénégal.

Etant Sénégalais avant tout, je sais qu’avec la Grâce du Bon Dieu il sera quelqu’un de remarquable. Mais mon plus grand souhait c’est qu’il marque l’histoire de notre pays pour un Sénégal meilleur.

En voyant mon fils réussir malgré tous les obstacles et toutes les difficultés de la vie, je sais que tout est possible dans ce bas monde si l’intention et la motivation y sont. C’est mon fils, mais comme par hasard il constitue ma source d’inspiration."

Il renchérit : " Je souhaite un succès à tous nos enfants, pour un Sénégal meilleur. Ramadan Moubarak. En tout cas à vous et à vos collègues et à l’institution Al Zahra, on vous doit tout. Bonne continuation."

2 - Témoignages des profs

M. Ndiaye, préfet à Al Zahraa : L’initiative consistant à faire ce billet est à saluer sur plusieurs points. Mohamed K. Fakhry le mérite amplement car il vient de loin. L’institution Al Zahraa en est honorée à travers le travail abattu par son corps professoral.

Mme Diaw, préfet à Al Zahraa : Fakhry fut mon élève en classes de 5e et 4e. Il est d’une intelligence telle qu’il parvient en s’habituant aux professeurs et à ses interlocuteurs à lire sur leurs lèvres. Il avait toujours la meilleure note en dictée 20/20. Il fallait le laisser s’asseoir à côté d’un élève avec lequel il s’entendrait. De fait, il se rabat sur le cahier de cet élève pour recopier. Sa mère est très combattive. Elle a su être présente et s’occuper de son fils. Nous pensions qu’un appareil l’aiderait à recouvrer l’usage de son organe auditif, il faudrait auparavant qu’il subisse une opération chirurgicale.

Mme Ndiaye, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre : : Fakhry a toujours fait montre d’une discipline exemplaire. Son attachement à sa maman constitue, à coup sûr, sa source de motivation. Jouissant d’un don de Dieu, il tient vaille que vaille à réussir dans la vie. Puisse Allah l’aider à aller de l’avant.

M. Oumar Gueye, professeur d’anglais : Je suis à l’aise quand je parle de cet élève atypique. Fakhry est d’une discipline légendaire. La soif qu’il a dans sa quête du savoir me pousse à dire qu’il est « agressif». Il est préoccupé par le travail bien fait. Son mérite doit être loué pour créer une sorte d’émulation.

M. Babacar Thiaw : Dans ma carrière de professeur de mathématiques, encore moyenne certes, beaucoup d'élèves m' ont marqué; certains de par leur assiduité, d'autres de par leur aptitude à toujours chercher à approfondir leurs connaissances, ou d'autres encore à s'accrocher quelle que soit la difficulté,...mais un d'entres eux m'a particulièrement et profondément impressionné. Il s'agit de l'élève Mohamed Kamel FAKHRY, un garçon qui, malgré son handicap et n'ayant pas bénéficié d'une formation scolaire dans une école appropriée, a toujours su mener la compétition avec ses camarades dans toutes les classes. Depuis notre premier contact en classe de 6e, sept ans auparavant, j'ai toujours médité sur son cas et j'observais ses réactions aussi bien à l’intérieur de la classe que dans la cour de récréation. Sa courtoisie, son sens du respect, son innocence et son sourire sont les premiers éléments qui vous frappent quand Mohamed vous aborde. Bravo, bon courage et bonne continuation ; la réussite est au bout de l'effort.

M. Moussa Diallo : J’étais son prof de Français en classe de 3e. Très doué, Mohamed avait toujours 20 en dictée. Il suffit qu’il ait le prof en face pour comprendre. Mohamed est une fierté et je le cite en exemple pour inviter les élèves à être excellent.

M. DIOP, Professeur de Maths : Kamel Fakhry est l’un des meilleurs élèves de sa classe. J’étais son Professeur de Maths de la Seconde à la Terminale. Kamel est un élève discipliné, sérieux, travailleur et attentif. Il a aussi une capacité de compréhension extrêmement développée. Quand il ne comprenait pas une notion du cours, je lui demandais parfois de l’écrire au tableau. Je prenais toujours le soin de recopier la réponse au tableau.

Il a aussi la chance d’avoir des camarades de classe qui ne se moquaient pas de son handicap, ce qui n’est pas toujours le cas chez les adolescents. Je lui demandais toujours de s’asseoir auprès de Baba Sow avec lequel il entretenait de très bonnes relations.

3- Témoignages des élèves

Le but est d'inciter les autres élèves à se mettre au travail et à suivre vos exemples. Nous avouons avoir été mal à l'aise parce que dans notre classe il y avait des élèves doués au même titre que Fakhry donc ceux qui sont susceptibles pourraient se dire pourquoi lui et non pas moi. Toujours est-il que ces élèves ont voulu volontiers témoigner.

Yaye Maty Sarr

Je dirai que rien ne peut empêcher le progrès, quels que soient les obstacles rencontrés il faut persévérer car rien n’est facile sur terre. Suivre les cours, essayer de lire sur les lèvres des professeurs pour comprendre et pourtant depuis qu’on est dans la même classe en 6e, il ne s’est jamais plaint. Bravo Fakhry.

Nasrine Abd’Ali

Personnellement, j'ai beaucoup travaillé avec lui, je lui donnais souvent des conseils et les astuces des profs aussi. Parfois il ne posait pas de questions, c'est un garçon très intelligent donc il comprend vite et d'ailleurs il nous apprend autant de choses qu'on ne peut lui en apprendre. Parfois il avait juste besoin de précisions sur des sujets ou des idées et il demandait au besoin, il savait à quelle porte frapper et qu'on serait toujours là pour lui.

Ce qui m'a le plus marqué c'est que malgré son handicap il parvenait à s'adapter à toutes les situations et à comprendre aussi bien voir mieux que les autres élèves, d'ailleurs ce n'est pas pour rien qu'il fait parti des meilleurs!

Vous avez fait un très bon choix, il a quand même un beau parcours et, il faut l'avouer, un peu plus de mérite que d'autres. En plus, il travaillait tout seul chez lui sans professeur particulier ni rien, alors moi je lui tire mon chapeau et croyez moi que vous ne serez pas déçu.

Ndéye Alassane Fall : Ce qui m’a le plus marqué chez Fakhry c’est qu’il est naturel, simple, croyant, très sociable, rigoureux et un vrai patriote.

Ibrahima Bâ : Fakhry est un ami formidable qui est au service de tout le monde. C'est un vrai croyant. Fakhry, je n' ai pas les mots pour le decrire car c'est quelqu'un d'incroyable. En dépit de son handicap, il n'a jamais cessé de persévérer dans les études. Mes amis de classes ne me démentiront pas c'est un élève brillant à l'ècoute de tous. Que Dieu l'aide à guérir !

Le choix porté sur Mohamed Kamel Fakhry procède de notre souci de l’encourager d’un part et d’autre part du besoin d’inciter tous les autres qui, pour une raison ou pour une autre, se laissent distraire alors qu’ils devraient étudier. Le culte de l’excellence voudrait que chaque élève s’inspire de ce cas et se dise pourquoi pas moi ?

Mohamed Kamel Fakhry espère bénéficier d’une bourse étatique et nourrit le rêve de devenir architecte.



1.Posté par mimacousou le 07/08/2013 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NALA YALLAH LAFAL THIAT AMIN BONNE CONTINUATION

2.Posté par dabo dabo le 08/08/2013 02:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il le mérite vraiment. il lui faut cette bourse d'étude. Chapeau bro félicitation pour le BAC. TU es un modéle. Que le tout puissant t'assiste dans tes projets. RESPECTS BRO!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

3.Posté par Un émigré le 08/08/2013 08:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Mohamed et bonne continuation. Trois conseils:
- Avec le Bac, c'est maintenant que les choses sérieuses commencent, donc dis toi que l'essentiel reste à faire;
- Tu mérites amplement une bourse d'études extérieure dans une Institution spécialisée, car il n'est pas évident qu'il bénéficiera d'un entourage aussi compréhensif que celui qu'il a connu à ce jour
-Peut-être qu'il est possible de tenter quelque chose au plan médical à l'extérieur, pour recouvrer, même en partie, le sens olfactif;
Que Dieu guide ses pas!!!

4.Posté par mohamed kamel fakhry le 05/09/2013 23:28 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour vos commentaires ca me touche .

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site