Leral.net | S'informer en temps réel

People International
En couple avec le même homme, ces jumelles veulent vivre leur grossesse en même temps !

 

134 VUES 
 134
 
En couple avec le même homme, ces jumelles veulent vivre leurs grossesses en même temps!


Les australiens Ben Byrne, Anna et Lucy DeCinque avaient déjà fait les manchettes pour leur mode de vie inusité. Surnommé l’homme le plus chanceux du monde, il est en couple avec ces jumelles, qui partagent tout, incluant leur lit.

 
 


Si elles ont dépensé près de 250 000$ en chirurgie esthétique pour davantage se ressembler, aujourd’hui, elles veulent vivre l’expérience de la maternité ensemble.

Voulant avoir des enfants avec Ben, elles se sont demandées s’il était possible de tomber enceintes en même temps.

 

 

Mais le plus étrange, c'est qu'elles se demandent aussi quel serait le lien entre leurs enfants, puisqu’ils auraient le même père. Des cousins ? Des demi-frères ou demi-sœurs ?

Si elles n’arrivent pas à concevoir en même temps, Anna et Lucy songe à la fertilisation in vitro, aux mères porteuses ou à l’adoption.

 

Mais pourquoi vivre la grossesse en même temps ? Tout simplement pour se ressembler. Ces femmes veulent toujours être ensemble et faire les mêmes choses.

Toutefois, leurs choix soulèvent bien des critiques sur le Web.

 

 

« Nous savons qu’il y a beaucoup de gens qui se disent « mais c’est quoi ces conneries », mais au bout du compte, ce sont nos corps, c’est notre vie. Nous voulons avoir des bébés avec le même homme et nous voulons nous marier avec le même homme.

Nous sommes si heureuses d’avoir trouvé un gars qui nous aime pour qui nous sommes et nous chérit. Notre relation est merveilleuse, et Ben adore les enfants, il sera un père formidable.
 »

Connu comme étant le plus grand footballeur de sa génération, le Togolais Emmanuel Shéyi Adébayor vit une descente aux enfers depuis un certain moment. Il a donc décidé de partager son histoire avec ses fans. Pour l’ancien coéquipier de Cristiano Ronaldo au Real Madrid, sa famille est la cause de ses malheurs. Il partage son histoire avec le public.


Emmanuel Adebayor « Ma famille est la cause de mes malheurs »
Emmanuel Adebayor « Ma famille est la cause de mes malheurs »
Je me suis rendu compte que la famille voulait que je tombe. Ce que je n’avais pas compris, c’est qu’il y avait un de mes frères qui voulait habiter à Paris et du coup, exigeait que je lui paye un appartement sur-le-champ.

Aussi ma maman voulait-elle que je lui donne 15 mille euros par mois, or à l’époque, ce que je lui donnais, dépassait le salaire d’un ministre togolais. Quand ma fille est née, on a appelé ma mère pour lui faire part de la bonne nouvelle et elle a directement raccroché au nez.

Il y a quelques années, j’ai acheté une maison pour 1,2million $ au Ghana. J’ai trouvé normal de mettre ma grande sœur Yabo Adebayor dans cette maison, ainsi que mon demi-frère Daniel.

Ainsi, quelques mois après, je retourne de vacances et j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de voitures devant la maison. La vérité est que ma sœur a loué la maison sans me prévenir. Elle a aussi renvoyé Daniel de la maison.

Imaginez que cette maison avait environ 15 chambres. Quand je l’ai appelée pour en discuter, elle m’a insulté au téléphone pendant 30 minutes. Ma mère aussi a fait la même chose.

Quand j'étais au Real Madrid, mon grand frère a envoyé une lettre officielle au nom de la famille Adebayor à mon club où je gagne l'argent pour les nourrir, en disant de ne pas me garder, de résilier mon contrat.

Un matin, lorsque je suis arrivé à l'entraînement, j'écoutais la musique, quelqu'un est venu me dire que le président du club veut te voir. C'était bizarre, j'étais vraiment surpris parce que je ne m'attendais pas à ça. J'arrive au bureau du président, il me tend la lettre. Je n'ai pas pu parler et mes larmes ont commencé à couler. Ma famille estimait que je ne faisais rien pour eux, alors que je leur donnais tout ce qu'ils voulaient.

J’ai organisé une réunion de famille en 2005, pour régler tous les problèmes. Quand j’ai demandé leur opinion, ils ont voulu que je leur offre une maison à chaque membre de la famille et que je leur donne un salaire mensuel.

Aujourd’hui, je suis vivant mais ils ont déjà partagé tous mes biens. Pour toutes ces raisons, ma fondation a eu du mal à se lancer. A chaque fois, que je veux aider les plus démunis, ils s’y opposent.

Si j’écris ceci, l’objectif principal n’est pas d’exposer ma famille. Je veux juste que d’autres familles africaines apprennent de ceci.

image_36.png image.png  (2.99 Mo)

Afrique du Sud: Le médecin de Mandela livre des secrets sur sa fin de vie, sa veuve en colère veut saisir la justice
La veuve de Nelson Mandela, Graça Machel a annoncé qu’elle comptait poursuivre en justice le médecin personnel de son ex-époux, après la publication d’un livre sur la fin de vie du héros de la lutte anti-apartheid

En colère , Graça Machel, veuve de Nelson Mandela a annoncé son intention de saisir la justice contre le médecin personnel Vejay Ramlakan, accusé d'avoir trahi le secret médical après la publication d’un livre sur la fin de vie de Madiba .

Intitulé Les Dernières Années de Mandela, le médecin livre des secrets plus intimes, sur les dernières heures de Nelson Mandela .

Il raconte qu’en juin 2013 une ambulance avait pris feu en transportant l'ex-président vers un hôpital de Pretoria et aussi, la découverte d’une caméra dans la morgue.

Il révèle également la façon par exemple, dont Nelson Mandela crachait du sang dans ses dernières semaines, à cause d'une persistante infection pulmonaire.

Veillant à ce que la mémoire de son époux soit protégée, Graça Machel, qui a épousé Nelson Mandela en 1998, a indiqué qu’elle porterait plainte contre le médecin indiscret.

Pour rappel, Graça Machel a été l’épouse du premier président du Mozambique indépendant, Samora Machel, tué dans un accident d'avion en 1986.
Tulinabo Salama Mushingi, nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal
Tulinabo Salama Mushingi est un diplomate américain, le nouvel Ambassadeur des Etats Unis au Sénégal. Il fut ambassadeur des États-Unis au Burkina Faso et a déjà siégé aux bureaux exécutifs des secrétaires d'État John F. Kerry et Hillary Clinton.
 
En février 2017, le Président Donald Trump a nommé Mushingi pour occuper simultanément, le poste d’ambassadeur des États-Unis au Sénégal et en Guinée-Bissau. Mushingi a été confirmé par le Sénat des États-Unis le 18 mai 2017.
 
 On le voit sur cette photo avec notre Ambassadeur à Washington, Babacar Diagne, invité spécial à la prestation de serment de l’ambassadeur Mushingi, en mi-juin, en présence du Secrétaire d’Etat Rex Tillerson et d’autres dignitaires.
 
Durant son parcours diplomatique, l’Ambassadeur Mushingi a servi une série de missions nationales et étrangères, y compris Kuala Lumpur, en Malaisie; Maputo, Mozambique; Lusaka, Zambie; Casablanca, Maroc; Egalement à Washington D.C. au Bureau of Intelligence and Research, au Bureau des affaires de l'Organisation internationale et au Bureau des ressources humaines.
 
De 2003 à 2006, il a été administrateur, chargé de voyager avec le secrétaire d'État adjoint Richard Armitage et, de 2006 à 2009, Mushingi a travaillé comme conseiller en gestion de l'ambassade américaine en Tanzanie.
 
En 2009, il a été promu au poste de chef adjoint de la mission et a été chargé d'affaires pour l'ambassade américaine à Addis-Abeba, en Éthiopie.
 
D’origine congolaise, Mushingi est un des deux seuls ambassadeurs américains, de l’administration Trump, à être confirmé pour l’Afrique subsaharienne.  Il est un parfait modèle d’intégration, avec un remarquable parcours académique. L’honorable Mushingi devrait rejoindre son poste en fin juillet.
Beyoncé: le certificat de naissance de ses jumeaux, Sir et Rumi, a fuité
Le site d'entertainment américain, TMZ, a mis la main sur le certificat de naissance de Sir et Rumi, les jumeaux de Beyoncé et Jay-Z.

Rien - ou très peu - n'échappe au contrôle de Jay-Z et Beyoncé, et ces deux-là manient l'art de la communication comme personne. Mais ça, c'était avant que ne filtre l'acte de naissance de leurs jumeaux, Sir et Rumi. A moins que...

Une avant-première TMZ disponible ici. Et si nous avions pu déduire que les deux précieux étaient nés le 13 juin, après un post sur le compte de Beyoncé célébrant leur premier mois d'anniversaire le 13 juillet dernier, nombre d'informations étaient jusqu'à présent méconnues : à quelle heure ont pu bien naître les jumeaux les plus célèbres de la planète ? A combien de temps d'intervalle ?

Et surtout, surtout, Sir et Rumi disposent-ils de seconds prénoms aussi exotiques que celui de leur grande soeur, Blue Ivy ?

Sir et Rumi seraient nés à une minute d'intervalle l'un de l'autre. Entre 5h13 et 5h14 du matin, comme le stipule le document. C'est le Docteur Paul Crane qui s'est chargé de les mettre au monde. Une célébrité parmi le corps médical : Paul Crane a été cité à maintes reprises dans l'émission américaine à succès Mon Incroyable Famille Kardashian. Et contrairement à leur grand sœur, Blue Ivy, les jumeaux eux, n'ont pas de deuxième prénom.

Blue Ivy, une grande sœur hors pair

Et c'est sa grand-mère qui le dit ! "Elle est extrêmement fière et hyper excitée", a révélé à ET online, Tina Knowles, "C'est une très bonne grande sœur, vraiment", a révélé la mère de Beyoncé sur le tapis rouge de la 19e Cérémonie du Design Care, à Los Angeles, ce samedi 15 juillet.

La cadette du clan Kardashian-Jenner a été immortalisée au musée Madame Tussaud de Hollywood, l'équivalent du musée Grévin.


Kylie Jenner présente sa poupée de cire

En attendant Life of Kylie , la téléréalité qui lui sera entièrement consacrée, Kylie Jenner  a inauguré mardi sa statue de cire au musée Madame Tussaud à Los Angeles, soit l'équivalent du Musée Grevin. 

 

 

 

La réplique en cire du clan Kardashian est inspirée de Kylie Jenner dans sa robe Balmain du MET Gala  2016. Ravie de la ressemblance, sur Instagram , la jeune femme de 19 ans s'amuse : « J'ai fait un FaceTime à toute ma famille... j'ai piégé tout le monde ! ».

 

L'occasion pour le musée Madame Tussaud de Los Angeles, d'accueillir une partie des fans de Kylie Jenner, ayant une grande communauté sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

Vincent Cerutti dévoile sur Instagram une photo amusante d'Hapsatou Sy en train de dormir en voiture, juillet 2017.
7 PHOTOS
Lancer le diaporama
Les deux amoureux ne se lâchent plus...
Depuis leur rencontre en mars 2015, Hapsatou Sy et Vincent Cerutti ne se quittent plus. Ce lundi 17 juillet 2017, les heureux parents de la petite Abbie ont semble-t-il pris la route des vacances. En effet, sur Instagram, l'animateur de 36 ans a partagé une photo au volant de sa voiture. Sur ce même cliché, Hapsatou Sy apparaît au second plan, endormie. De son côté, Vincent Cerutti tire une drôle de tête...


Vincent Cerutti dévoile une photo de sa chérie Hapsatou Sy prise à son insu
Inna Modja : "Je suis une Africaine du Monde"

 

Après une tournée marathon de deux ans pour défendre Motel Bamako sur les cinq continents, Inna Modja peut enfin se poser et se remettre à l’écriture. Retour sur son parcours musical, ses inspirations, ses premiers pas au cinéma et ses engagements féministes.

 

Il nous aura fallu pas moins de quatre mois et un échange de 24 mails avec son manager pour finalement rencontrer l’artiste malienne avant un dernier concert donné en région parisienne sur la scène flottante du lac d’Enghien-les-Bains, nommée ville créative des arts numériques par l’UNESCO.

C’est à cette occasion que celle qui a décidé de mêler rythmes traditionnels maliens, à coups de percussions et de kora, et plages électro, a donc défendu son dernier opus : Motel Bamako. L’auteure du tube « French cancan (Monsieur Sainte Nitouche »), accompagnée d’un multi-instrumentiste et d’un producteur aux machines, partagera ce soir-là le plateau avec les trublions de Naïve New Beaters.

 

A peine le temps de faire ses balances, de passer à sa loge pour troquer son sarouel confortable contre une jupe longue, qu’elle doit déjà se rendre dans la zone catering réservée aux artistes (on apprendra qu’elle est végétarienne). Malgré un planning serré, Inna Bocum – de son vrai nom – 33 ans, nous accordera un entretien dans le paisible jardin du Centre des Arts, à quelques mètres de la grande scène.

Après des semaines d’acharnement pour décrocher cette interview, on la pensait un peu diva… C’est finalement une artiste accessible qu’on découvrira… Presque apaisée au terme de ces deux ans de concerts, se prêtant avec décontraction au jeu des photos taillées pour Instagram et prenant le temps de répondre à nos questions.

 « Je suis une artiste mais aussi une entrepreneure ».

Vous êtes née au Mali, à Bamako, vous avez fait vos armes dans la musique très tôt auprès de Salif Keita. Vos parents vous ont-ils soutenue dans ce choix de carrière ?

Mes parents m’ont laissé faire de la musique dès mes 14-15 ans parce qu’ils pensaient que c’était une passion comme une autre. Je faisais des arts martiaux, de la peinture sur verre, plein de choses ! La musique a commencé à devenir un problème pour eux quand ils ont réalisé que j’y consacrais beaucoup de temps. Quand tu grandis à Bamako et que tu ne viens pas d’une famille de musiciens ou de griots, la musique n’est pas perçue comme un métier stable.

inna modja

J’ai dû négocier. J’ai allié musique et études. Une fois mon BAC en poche, je suis allée en Europe pour suivre un cursus en commerce et étudier le droit et les lettres pendant quatre ans à la fac de Lille. Ce qui m’a amenée à développer mon écriture et à proposer des textes pour des artistes. Ces années m’ont également permis de prendre le temps de trouver mon univers musical.

Aujourd’hui en tant qu’artiste, je produis ma propre tournée, je suis indépendante. J’ai appris à gérer mon entreprise. Je suis une artiste mais aussi une entrepreneure. C’est un métier qui a beaucoup changé. J’avais envie de transmettre mes messages, de jouer où je voulais, avoir cette autonomie.

« Salif Keita a été un de mes mentors. Puis il y a eu Cheick Tidiane Seck, Oumou Sangare… »

En tant que petite protégée de Salif Keita, la musique malienne est-elle votre première source d’inspiration ?

Salif a été un de mes mentors, jusqu’à mes 18 ans. Puis il y a eu Cheick Tidiane Seck et Oumou Sangare. J’ai beaucoup appris d’eux. Tous m’ont dit que le chemin allait être long, fait de travail, de passion et de persévérance. Voir aujourd’hui que ces artistes exceptionnels sont encore là, à nous leader, m’inspire. Raison pour laquelle je n’ai jamais été pressée.

 

Les membres du Rail Band que j’ai rencontré à Bamako m’ont également beaucoup apporté. Avec eux, j’ai appris ce qu’était un groupe, des instruments. J’ai eu une approche pratique de la musique, pas théorique. Je n’ai pas fait d’école de musique. Beaucoup de gens au Mali apprennent comme ça. Ce parcours m’a forgée.

Les gens ont une image un peu figée de la scène malienne. Pour ma part, j’ai aussi écouté ACDC, Guns N’ Roses, U2, Nina Simone, Miriam Makeba… J’ai grandi dans un pays où l’on s’intéresse à ce qui se fait dans le monde, mais le monde ne s’intéresse pas à ce qui se fait chez nous. J’ai appris à apprécier des genres très variés, des langues différentes, à découvrir et à affronter le monde. Je me suis très vite perçue comme une Africaine du monde.

Pour autant, j’ai tout de suite refusé qu’on m’inscrive dans la catégorie world music ! Quand tu es tout sauf Européen ou Américain, on t’enferme dans cette case. Je voulais me positionner en tant qu’Inna Modja avant tout. C’est là que les professionnels ont commencé à m’attribuer l’étiquette « franco-malienne » pour me définir, parce que je faisais de la musique moderne. Ils ne pouvaient pas envisager qu’une Malienne pure et dure puisse faire de la pop ou du folk.

« Le blues malien nous appartient à tous »

Vous vous êtes affranchie de la musique malienne avec vos deux premiers albums (Everyday is a New Word, 2009 et Love Revolution, 2011), pour mieux y revenir avec Motel Bamako

La pop, je sais l’écrire et la faire. Cela m’a beaucoup amusée, puis j’ai ensuite eu envie de revenir à ce qui m’a formée et à ce que je sais faire le mieux. Mais je ne voulais pas faire de la musique malienne comme j’avais appris à la faire. J’y ai injecté des influences très personnelles comme le hip hop, la soul et l’électro.

Notre héritage musical est très riche. Le blues malien nous appartient à tous, mais j’avais besoin d’apporter ma propre couleur.

Sur cet album, vous chantez – entre autres – en Bambara. Aviez-vous besoin de revendiquer votre africanité ?

J’ai toujours revendiqué mon africanité, depuis mon premier album jusqu’à aujourd’hui. L’Afrique est à la mode, on voit du wax partout… Ça fait 10 ans que j’en porte. A travers ma musique et mes vidéos, j’ai toujours essayé de mettre en avant ce côté moderne de l’Afrique. J’ai grandi en achetant mes tissus au marché, en feuilletant et en m’inspirant de Vogue puis en allant chez le tailleur pour confectionner des vêtements modernes.

La cover de mon premier album, en 2009, a été prise par Malick Sidibé. Je me rendais souvent dans son studio. La photo de quartier fait partie de ma culture.

Mon africanité je l’assume à 100% depuis toujours. La différence, c’est qu’aujourd’hui on la voit parce que la création africaine est dans l’actualité. Je rectifie d’ailleurs toujours les gens au sujet de ma nationalité. Je suis Malienne avec une carte de séjour !

inna modja

Vous chantez aussi sur la condition des femmes maliennes, vous êtes marraine de l’association la Maison des Femmes, et vous êtes l’une des figures de la lutte contre l’excision en France. Qu’avez-vous envie de dire aux jeunes filles africaines ou afrodescendantes ?

J’ai envie de leur dire qu’elles doivent être fortes et avoir leur mot à dire. Personne n’a le droit d’abuser de leur corps et de leur imposer des mutilations liées à des traditions. A celles qui ont subi l’excision, j’ai envie de leur dire que la chirurgie réparatrice existe. J’ai aussi envie de dire aux femmes de protéger leurs enfants.

Il y a cela, mais aussi les mariages forcés et les pressions familiales sur la place de la femme dans la société… Et il ne s’agit pas que des femmes africaines. Avec la tournée, nous avons joué en Nouvelle Zélande, au Brésil, en Inde… Les femmes réclament toutes la même chose. Qu’il s’agisse de pays développés ou sous-développés, nous voulons être considérées comme l’égal de l’homme.

Aujourd’hui, il y a les médias et des plateformes pour s’exprimer. Je suis féministe mais le féminisme ne doit pas être genré. Mon père est féministe, mes deux frères et mon mari aussi. Il s’agit d’un combat de tous pour une société plus juste.

« Mon genre ne doit pas être une épée de Damoclès au-dessus de ma tête ».

Qu’est-ce qui a nourri cet engagement ?

Mes parents. Mon père est diplomate et a toujours été engagé. Ma mère est une femme forte qui a toujours défendu le droit des femmes, notamment celles issues des zones rurales qui quittaient la campagne pour la ville pour devenir domestiques. Elle les accompagnait dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Mes sœurs aussi sont comme ça. Et mon caractère y est pour beaucoup. Mon genre ne doit pas être une épée de Damoclès au-dessus de ma tête.

Vous êtes à l’affiche de Wùlu – thriller de Daouda Coulibaly tourné en partie à Bamako et qui traite du narcotrafic – dans lequel vous interprétez Aminata : un personnage fort, qui a souffert et qui s’émancipe à sa façon…

 

L’histoire de cette jeunesse malienne m’a plu. J’ai connu des Aminata et des Ladji. Et j’ai appris à ne pas les juger. Aminata, je l’ai tout de suite aimé. C’est quelqu’un qui a vécu le pire, qui a dû se prostituer très jeune pour pouvoir s’occuper de son frère et d’elle-même. Elle n’a tellement plus confiance en la société que la seule chose qui compte pour elle, c’est le matériel. Elle a envie de s’élever dans la société, peu importe les moyens. Elle est un peu morte de l’intérieur.

J’ai envie que les gens voient Aminata avec de l’affection. C’était notre plus grand challenge avec Daouda. Sinon on passe à côté de l’histoire. Parce que la société n’a pas laissé le choix à ces personnages. Le népotisme est réel, la corruption aussi. Et pas qu’au Mali. Le film a été projeté dans près de 70 festivals dans le monde, et la jeunesse se retrouve toujours dans ces personnages.

Après ce premier rôle au cinéma, avez-vous envie de réitérer l’expérience ?

Oui ! J’ai des projets. Et maintenant que la tournée est terminée, je vais pouvoir prendre le temps d’écrire à nouveau !

En voulant remer­cier le président Macron sur Twit­ter pour son invi­ta­tion, Méla­nia Trump a commis une petite bourde.


Le failt­weet Mela­nia Trump remer­cie Emma­nuel Macron sur Twit­ter, mais fait une petite bourde

De passage à Paris avec son mari pour assis­ter au défilé du 14 juillet, Méla­nia Trump, nous a certes, offert une vraie leçon de style,  mais semble avoir aussi beau­coup appré­cié son séjour dans la capi­tale française. C’est donc tout natu­rel­le­ment qu’elle a tenu à remer­cier Emma­nuel Macron pour son invi­ta­tion. La Première dame s’est donc saisie de son compte Twit­ter offi­ciel, pour envoyer un message au président français mais a réalisé au passage une petite bourde, qui a bien fait rire les inter­nautes.

Cette dernière a, en effet, réalisé une double faute d'ortho­graphe au prénom du président de la Répu­blique en saluant « Emanuelle Macron », oubliant ainsi un -M et en rajou­tant la forme fémi­nine. Problème : le profil @Ema­nuel­leMa­cron existe vrai­ment, et renvoie vers un compte paro­dique… anti-Macron.

Le fail tweet est resté une petite heure sur le compte offi­ciel de la Première dame, avant d'être supprimé par ses équipes et correc­te­ment modi­fié : Thank you @Emma­nuelMa­cron & people of Paris for your kind hospi­ta­lity – @potus & I enjoyed our visit. #BastilleDay2017 #Paris #France", ( Merci à Emma­nuel Macron et aux pari­siens pour votre hospi­ta­lité. Donald Trump et moi avons adoré notre visite),  peut-on désor­mais lire sous une jolie photo souve­nir.

 
PHOTO – Le styliste de Mela­nia Trump explique sa tenue en hommage à la France pendant son dîner à la Tour Eiffel

Hervé Pierre, styliste français, a expliqué le symbo­lisme caché derrière la robe qu’ar­bo­rait Mela­nia Trump au dîner prési­den­tiel qui s’est tenu, ce 13 juillet, au Jules Verne.

."Invité à Paris pour célé­brer le cente­naire de l’en­trée en guerre des États-Unis, le couple Trump s’est d’abord livré à une visite guidée des Inva­lides, au cours de laquelle, le président améri­cain s’est distin­gué par un commen­taire douteux sur le physique de Brigitte Macron, avant de termi­ner la jour­née par un dîner. Et pas n’im­porte lequel, puisque le repas, dont le menu a été soigneu­se­ment élaboré par Emma­nuel Macron, s’est déroulé dans le cadre du somp­tueux Jules Verne, restau­rant situé au deuxième étage de la Tour Eiffel.

Pour l’oc­ca­sion, Mela­nia Trump a revêtu une robe droite trico­lore. Tout un symbole comme l’ex­plique le coutu­rier Hervé Pierre à Paris Match. « Cette robe est évidem­ment un clin d'oeil au drapeau français, mais c'est plus complexe que ça. Si elle m'avait dit : "Faites-moi une robe bleu blanc rouge", ça m'aurait bloqué. Il se trouve qu'elle aimait le haut blanc crème, moi le bas bleu, et pour la cein­ture, la meilleure couleur c'était le rouge. » La First Lady lui a “ simple­ment dit qu'elle voulait un décol­leté carré. Il l'est, arrondi sur les angles. Et elle voulait une robe sans manches. C'est l'été

Un pari réussi donc pour ce Français, qui n’en est pas à son coup d’es­sai avec Mela­nia Trump. C’est, en effet, lui qui a dessiné la robe qu’elle portait au bal d’in­ves­ti­ture de son époux. Depuis, ces deux-là ne se quittent plus.

On se voit presque toutes les semaines, sur New York en géné­ral. Je crois que je suis une bouf­fée d’air frais pour elle, vu l’ac­tua­lité en Amérique. Je ne l’en­nuie pas avec des ques­tions sur la réforme de l’as­su­rance-mala­die aux États-Unis, sujet dont je me contre­fiche, car je ne fais pas de poli­tique” a-t-il confié.

Les amants terribles Mel B: un juge lui ordonne de payer une pension alimen­taire consé­quente à son ex-mari
Divorce entre Mel B et Stephen Bella­fonte : chapitre 10. Aux dernières nouvelles, l'ex-Spice Girls serait contrainte de payer une somme consé­quente à son futur ex-mari en guise de pension alimen­taire.

En avril dernier, après 10 ans de mariage, Méla­nie Brown lançait une procé­dure de divorce à l’en­contre de Stephen Bella­fonte. L’ex-Spice Girl accu­sait le produc­teur de l’avoir trom­pée avec leur nounou (Lorraine Gilles, qui serait même tombée enceinte puis aurait avorté contre une somme d’argent) et d’avoir abusé d’elle.

Violences, menaces, chan­­tage sexuel… Son ex lui en aurait fait voir de toutes les couleurs selon ses dires, et celle-ci aurait fini par obte­nir une mesure d’éloi­gne­ment. Son futur ex-mari est donc toujours dans l’in­ter­dic­tion de l’ap­pro­cher elle et ses trois enfants : Phoe­nix, 18 ans, Angel, 10 ans et Madi­son, 5 ans.

Mel B : sa nounou la pour­suit en justice pour diffa­ma­tion

L’ex-chan­­teuse a pour l’ins­­tant obtenu la garde de ces derniers, mais cela n’a pas empê­­ché Stephen Bella­fonte de faire une demande de pension alimen­­taire. Et selon TMZ, ce dernier aurait obtenu gain de cause. Le média améri­cain révèle en effet, qu’un juge aurait aurait ordonné à Mel B de payer 40 000 dollars par mois à son ex, et comme si ce n'était pas assez, la star devra aussi lui faire un chèque de 140 000 dollars pour lui permettre de couvrir ses frais d’avo­cats néces­saires pour ce procès. Reste à savoir avec quel argent Mel B pourra lui payer ces sommes, car à en croire le Daily Mail, celle-ci serait complè­te­ment ruinée…


Source: Voici
PHOTOS Beyoncé : un mois après son accou­che­ment, elle impres­sionne ses fans avec sa ligne

Sur Insta­gram, Beyoncé a fait sensa­tion en postant plusieurs cliché d'elle, seule­ment un mois après avoir accou­ché de ses jumeaux, Carter et Rumi.

Les jumeaux de Beyoncé sont déjà des stars sur Insta­gram, il n'y avait pas de raison pour que leur maman n'ait pas le droit à son quart d'heure de gloire. Après avoir présenté Rumi et Carter dans une mise en scène qui rappe­lait l'annonce de sa gros­sesse, en février dernier, la chan­teuse a pris la pose seule devant l'objec­tif. Seule­ment un mois après son accou­che­ment, Beyoncé a affi­ché fière­ment sa ligne, moulée dans une robe courte.

 

La star a ainsi montré qu'elle avait pratique­ment déjà retrouvé son corps d'avant la gros­sesse. Elle a surtout fait forte impres­sion à ses fans, qui se sont exta­siés devant les courbes de leur idole. L'un d'eux écrit que la Beyoncé post-partum est « belle », une autre ajoute : « Notre reine est de retour. Jolie maman, nous t'aimons ».

Beyoncé a publié un second cliché, cette fois en compa­gnie de Jay-Z. Ses dernières semaines, le rappeur s'est confié sur son infidélitén qui aurait pu mettre un terme à son couple. Au lieu de ça, Beyoncé et son homme affichent aujourd'hui une compli­cité à toute épreuve. Si l'amour des deux stars a été salué par les inter­nautes, la chan­teuse a aussi reçu une nouvelle fois des commen­taires élogieux concer­nant sa ligne retrou­vée.

Les ESPYS 2017 ont eu lieu mercredi soir à Los Angeles et honoraient les athlètes.
Les Obama font preuve d'une étonnante (et déprimante !) discrétion depuis le 20 janvier, jour de leur départ de la Maison Blanche. Une retenue que Michelle Obama a quittée, le temps d'une cérémonie de récompenses : l'ex-First Lady était l'invitée de marque des ESPY Awards 2017...


Michelle Obama : Magnifique aux ESPY Awards, devant un public admiratif
Angelina Jolie : Virée à Disneyland pour les 9 ans des jumeaux Vivienne et Knox
La star a embarqué ses enfants à Anaheim pour une journée magique.
Sans Brad Pitt avec lequel elle est en procédure de divorce depuis près de dix mois, mais toujours avec le sourire malgré tout, Angelina Jolie a attiré les paparazzi lors d'une journée exceptionnelle organisée au parc Disneyland, à Anaheim (banlieue de Los Angeles), pour fêter les 9 ans des jumeaux Knox et Vivienne.Mercredi 12 juillet, l'actrice et réalisatrice de 42 ans était ainsi accompagnée de ses filles Zahara (12 ans) et Shiloh (11 ans) pour s'éclater dans les nombreuses attractions et passer un moment privilégié. L'aîné du clan, Maddox (16 ans en août), a quant à lui été photographié dans un manège au côté de Knox, comme le montrent des photos publiée sur le Daily Mail. Seul Pax (13 ans) manquait à l'appel, mais peut-être est-il seulement parvenu à contourner l'attention des photographes ?

Panama vissé sur le dessus de la tête et planquée derrière ses lunettes de soleil, Angelina Jolie était très sobre, vêtue d'un caraco noir et d'un pantalon assorti. Visiblement en grande forme, la star hollywoodienne était également accompagnée d'une amie et d'une jeune fille qui avait environ l'âge de Zahara. Vivienne portait entre ses mains une peluche, tandis que Shiloh était coiffée d'une casquette Pluto. La pré-ado, qui a récemment été la cible d'une rumeur sordide sur son identité sexuelle, était aussi vêtue d'un T-shirt du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Preuve ultime que la relève est assurée et que l'héritage de la mère, réputée pour ses engagements caritatif, se transmet chaque jour un peu plus aux enfants.

Début juillet, Angelina Jolie avait d'ailleurs emmené sa cadette et ses frères et soeurs pour un voyage dans son pays natal, la Namibie (Shiloh est née à Swakopmund en mai 2006), afin d'inaugurer le Shiloh Wildlife Sanctuary. Selon People, qui publie quelques photos de leur séjour en Afrique, ce nouveau "sanctuaire" est un refuge pour les espèces menacées, comme les éléphants et les rhinocéros. Une cause très importante pour Shiloh, grande passionnée d'animaux.
source: PurPeople
Blac Chyna filme sa séance de squats pour faire taire les rumeurs de chirurgie

En pleine guerre avec Rob Kardashian, Blac Chyna contre-attaque encore. La mannequin a souhaité mettre un terme aux affirmations du père de sa fille Dream, qui a affirmé que son ex est passé sur le billard pour perdre ses kilos post-acouchement au début de l'année.

Le frère de Kim Kardashian avait affirmé que Blac Chyna avait eu recours à une liposuccion à 100 000 dollars. Pour prouver le contraire, elle a partagé avec les internautes du monde entier sa séance de sport... sur Snapchat. 

Squats, abdos, etc. La jeune femme de 29 ans s'est fait filmer vêtue d'une brassière de sport et d'une paire de leggings très moulante en train de travailler les muscles dans plusieurs positions et sur plusieurs machines. Il y a une semaine, Rob avait posté une série de photos sur Instagram, avec une longue tirade dans laquelle il détaillait les infidélités présumées de Blac Chyna.

Blac Chyna en couple avec un rappeur ?

C'est lors de la fête nationale américaine du 4 juillet que la bimbo a succombé aux charmes du rappeur Rarri True. "Hahahaha Chyna vient juste de m'envoyer cette vidéo (ndlr : document où on aperçoit la jeune femme au lit avec Rarri True) en me souhaitant un joyeux 4 juillet, quelle folle. Passe plus de temps avec ta fille au lieu de faire l'amour avec cet homme juste après moi. Tu as besoin d'aide", avait réagi à chaud, Rob Kardashian.

Beyoncé et Jay Z dévoilent leurs jumeaux pour la première fois !

Quatre semaines après la naissance de ses jumeaux, Beyoncé a dévoilé une photo d'eux pour la première fois.

La chanteuse de 35 ans a posé avec Rumi et Sir Carter sur une photo qu'elle a publiée sur son compte Instagram.

La légende indique: "Sir Carter et Rumi 1 mois aujourd'hui". 

 














Ayant le sens de la mise en scène, Beyoncé porte un voile ble ciel et on peut voir derrière elle un grand mur de fleurs. 

Le cliché rappelle la photo qui annonçait sa grossesse début février. Là aussi, Queen B portait un voile et posait devant une immense couronne de fleurs.

 

Félicitations à Beyoncé et à Jay Z !

Wimbledon : à 37 ans, l’étoile de Venus brille encore
L’ex-numéro un mondiale dispute sa 10e demi-finale à Wimbledon ce jeudi contre la Britannique Johanna Konta.
Une sœur Williams en chasse l’autre. Alors que Serena, la cadette, s’est retirée provisoirement du circuit pour cause de maternité, Venus retrouve une seconde jeunesse en 2017.

Au mois de janvier, elle atteignait la finale de l’Open d’Australie après… 14 ans d’attente à Melbourne. En mars, elle avait sorti l’ex-numéro un mondiale Angelique Kerber en quart de finale du Masters 1000 de Miami. Toujours bon pied, bon œil, elle confirme à Wimbledon dans son tournoi de prédilection, où elle s’est adjugée cinq de ses sept Grands Chelems (2000, 2001, 2005, 2007, 2008).

En 2009, c'est sa sœur Serena qui l'avait privée d'un nouveau titre, comme d'ailleurs lors de ses deux autres finales perdues à Londres, en 2002 et 2003… Mais Serena n’est pas là et Venus en profite. Cela faisait dix ans qu’elle n’avait plus atteint la même année deux demi-finales en Majeurs. Elle est devenue la joueuse la plus âgée à avoir atteint les demi-finales à Church Road depuis Martina Navratilova en 1994, qui avait disputé cette année-là,  sa 12e et dernière finale à Wimbledon, également à l'âge de 37 ans.

Innocentée dans un dramatique accident de voiture

Elle avait pourtant bien d'autres choses en tête que le tennis en début de tournoi. La Californienne avait été en effet impliquée dans un accident de voiture, qui avait causé la mort d'un homme de 78 ans. La police de Palm Beach Gardens a fait savoir par la suite, que la joueuse américaine conduisait «en toute légalité». Au cours de sa première conférence de presse, Venus, encore alors sous la menace d’un procès, a craqué. Sa voix s’est mise à trembler. «Il n'y a pas de mots pour décrire à quel point c'est dévastateur et... oui. Je suis sans voix et c'est... oui. Je veux dire, je suis». Puis un silence et des larmes.

Les coups durs, elle connaît. En 2011, elle a appris qu’elle souffrait du syndrome de Sjörgren (une maladie auto-immune). Elle est ensuite sortie du top 100 fin 2011 et s’est reconstruite pas à pas, pour redevenir presque une joueuse du top 10 (elle est 11e).  

En 2017, elle est de nouveau en pleine lumière pour fêter les 20 ans de ses débuts au All England Lawn Tennis Club. La doyenne a stoppé l’irrésistible marche en avant en quart de finale de la championne de Roland-Garros, Jelena Ostapenko, 20 ans, qui était invaincue depuis onze matches.

«Je ne regarde jamais les statistiques. J’aime vivre dans le futur»

Impressionnante sur son service, (8 aces mardi), Venus semble retrouver les jambes de ses jeunes années sur le Centre
Court, où elle a disputé son 100e match sur la gazon londonien. «Mon service est un vrai atout sur lequel je peux m'appuyer au bon moment, lors des derniers tours. J'espère pouvoir encore compter dessus.»

Mais ne comptez pas sur elle pour analyser ses records de longévité. «Je ne regarde jamais les statistiques. J’aime vivre dans le futur». Et le futur très proche, c’est Johanna Konta, qui rêve de devenir la première Britannique à soulever le trophée depuis 40 ans et succéder à Virginia Wade, dernière british titrée à Londres en 1977. Konta avait dominé Venus Williams au premier tour de l’Open d’Australie en 2016. Mais la vétérante en a vu d’autres…

Père de trois enfants depuis la naissances des jumeaux Mateo et Eva, Cristiano Ronaldo est un homme heureux ! Riche, amoureux et papa comblé, il mène une vie de rêve. Ainsi, depuis la fin de la saison de football, ce dernier prend du bon temps avec ses proches comme ce week-end sur un yacht à Ibiza, avec sa chérie Georgina Rodriguez.


Cristiano Ronaldo : Le ventre de sa girlfriend Georgina Rodriguez s'arrondit à Ibiza...
Photos-Rihanna : Un peu de transparence pour son retour à LA
Rihanna était de sortie mercredi 12 juillet. La chanteuse a été aperçue sortant de son restaurant italien préféré, Giorgio Baldi dans une tenue très... transparente.

Mercredi 12 juillet, Rihanna a refait surface à la sortie de son restaurant préféré, Giorgio Baldi. La jeune femme de 29 ans portait des chaussures de sa collection Fenty x Puma avec un haut transparent. L'intensité des flashes a failli dévoiler ce qui se cachait derrière son look.

La dernière fois qu'on l'a vue, il faut remonter au mercredi 28 juin. Le site TMZ avait publié sur son compte Twitter où l'on voyait la chanteuse, en Espagne en train d'embrasser un charmant jeune homme. Ce dernier se nomme Hassan Jameel, un riche saoudien, héritier de l'entreprise Toyota dont la fortune familial s'élèverait à 1,5 milliard d'euros. Ce dernier compte parmi ses conquêtes, le top Naomi Campbell.
Kim Kardashian accusée de prendre de la cocaïne par les internautes

MOI? JAMAIS! - La star affirme que c'est du sucre....

Et ces deux lignes blanches derrière toi, c’est quoi exactement ? Kim Kardashian est accusée par les internautes, de prendre de la cocaïne. Lundi, la star américaine a posté des vidéos sur les réseaux sociaux pour promouvoir une nouvelle collection pour enfants, mais derrière elle, ses fans n’ont pas manqué de remarquer deux lignes bien parallèles sur une table, le tout ressemblant à s’y méprendre à de la drogue. Et la rumeur s’est répandue… comme une traînée de poudre.

Ohhhhhh @KimKardashian caught out with cocaine .. durtayyyyy pic.twitter.com/ZCnRcpmLSA— Doireann (@Doirs19) July 11, 2017

« Je ne joue pas avec les rumeurs »

Devant les nombreuses réactions, la jeune femme a décidé de clore le débat : « Je ne joue pas avec des rumeurs comme ça, alors je vais y mettre un terme rapidement. C’est du sucre de notre atelier sucré de chez Dylan’s candy shop ».

I do not play with rumors like this so I'm gonna shut it down real quick. That's sugar from our candy mess from dylan's candy shop https://t.co/oICdPQVi8d— Kim Kardashian West (@KimKardashian) July 11, 2017

Kim Kardashian est effectivement allée acheter des bonbons avec sa fille North, note TMZ. Mais, vous faisiez des lignes de sucre quand vous étiez enfant, vous ?

Kourtney Kardashian limite le temps de ses enfants devant la télévision

FAMILLE - La maman préfère les activités en famille…

Kourtney Kardashian ne plaisante pas avec la télévision. Si bien que ses enfants doivent obéir à des règles plutôt strictes pour la visionner. En effet, la star du clan Kardashian n’est pas du genre à se laisser marcher dessus, alors quand ses enfants veulent passer du temps devant la télévision, ils doivent se plier au règlement qui leur est imposé pour leur bien.

La maman de Mason (7 ans), Reign (2 ans) et Penelope (5 ans) a fait part ce mardi, sur son application personnelle, de sa méthode pour lutter contre l’irrésistible pouvoir de la technologie. « C’est dur de savoir ce qu’il y a de mieux pour nos enfants en matière de technologie, a-t-elle d’abord expliqué, ainsi que le rapporte Entertainment Tonight. Maintenant que tous mes enfants ont plus de deux ans, je leur autorise un temps limité pour jouer aux jeux vidéo et regarder la télévision. Nous avons une salle de jeux, alors je leur accorde 30 minutes de jeux vidéo pendant la semaine et une heure le week-end. »

I can not believe my baby girl is 5 years old today 😭 Happy Birthday my sweet angel. I feel so blessed to be her mommy every morning that I wake up next to her. A post shared by Kourtney Kardashian (@kourtneykardash) on Jul 8, 2017 at 10:58pm PDT

Pas de tablettes aux repas

En ce qui concerne les repas, Kourtney Kardashian confie également que les enfants avaient le droit de manipuler leurs iPads au restaurant auparavant, mais ce temps-là est désormais révolu, afin de privilégier le dialogue, toujours le dialogue ! « Nous voulons pouvoir communiquer et avoir des conversations avec les enfants lorsque nous mangeons ensemble - alors nous essayons de ne pas avoir la télé ou les iPads pendant le petit-déjeuner, déjeuner ou dîner », révèle-t-elle.

Un ex de Blac Chyna l'accuse de l'avoir poussé au suicide
L'ancien petit copain de Blac Chyna, Pilot Jones, a estimé que le "revenge porn" de Rob Kardashian n'est qu'un juste retour des choses. Dans une interview pour TMZ, il révèle qu'elle lui a fait subir le même sort...

Rob Kardashian et Blac Chyna sont dans la tourmente, un clash entre les deux parents de la petite Dream, âgée d'à peine 8 mois, qui les a menés jusqu'au tribunal. Après qu'il a publié de photos et vidéos de la bimbo sexuellement explicites sur les réseaux sociaux, elle entend bien tenir son ex-compagnon le plus loin d'elle possible.

La justice américaine a tranché : le petit frère de Kim Kardashian devra se tenir éloigné de la mère de sa fille, à au moins 100 mètres de distance, ne pas tenter d'entrer en communication avec elle, ni partager quoi que ce soit sur les réseaux sociaux ayant rapport avec elle ou leur bébé.

Ultime rebondissement : c'est désormais au tour de Pilot Jones, l'ex de Blac Chyna, de s'exprimer publiquement. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'éprouve pas de sympathie pour Blac Chyna. Pour lui, tout cela n'est qu'un juste retour des choses. "Je trouve ça ironique et très hypocrite que ce cerveau que j'appelle Blac Chyna, fait exactement la même chose, ou accuse Rob de faire exactement la même chose qu'elle m'a fait il y a quelques mois", a-t-il déclaré à TMZ , dans un entretien vidéo, mardi.

Pour précision, Blac Chyna, de son vrai nom Angela White, a posté le numéro de téléphone et l'adresse mail de son ex en ligne, en octobre dernier, après l'apparition de vieilles images du couple en train de s'embrasser. Cela avait eu pour effet de lancer des rumeurs suggérant qu'ils avaient une liaison alors qu'elle était encore en couple avec Rob Kardashian. Elle s'est longuement exprimée sur les réseaux sociaux, dans l'un de ses posts, elle a même révélé la bisexualité du chanteur de Glee, qui cultivait pourtant la discrétion auprès du public.

"Des centaines de menaces de mort"

Les actions de Blac Chyna ont causé d'énormes dommages à Pilot Jones ainsi qu'à sa famille. Il en est même arrivé à faire une tentative de suicide. "Honnêtement, beaucoup de gens ne se rendent pas compte des effets de la cyberintimidation et de la façon dont cela affecte les gens", a partagé le chanteur. "J'ai reçu des centaines de menaces de mort, des appels et des e-mails. [...] En fait, je suis entré dans une dépression très profonde. J'ai quitté L.A. par peur pour ma sécurité, et ce que les gens ne réalisent pas, c'est que j'ai même essayé de me suicider."

Pilot Jones va plus loin : il affirme avoir reçu "plus de 200 appels en moins de 60 secondes" d'inconnus utilisant des insultes homosexuelles, à la suite de la déclaration de Blac Chyna. "Je me suis senti mal à l'aise à propos de qui je suis", a-t-il déploré.

source: Voici
Pamela Ander­son : neuf jours après l’ou­ver­ture de son resto végan à Rama­tuelle, elle claque la porte
Seule­ment neuf jours après l’ou­ver­ture (en grande pompe) de son restau­rant végan à Rama­tuelle, Pamela Ander­son a décidé de se disso­cier de l’af­faire et explique les raisons de ce loupé.

Il y a dix jours de cela, à Rama­tuelle, Pamela Ander­son célé­brait en grande pompe l’ou­ver­ture de son restau­rant végan éphé­mère. Une soirée où, toute habillée de blanc, décol­leté OVER-plon­geant et verre de rosé à la main, elle n’hé­si­tait pas à donner de sa personne pour vanter la restau­ra­tion respec­tueuse envers le monde animal et l’éco­lo­gie.

Seule­ment voilà, une grosse semaine après cette inau­gu­ra­tion pour laquelle tout le Var s’était déplacé, elle a décidé de jeter l’éponge et de se déso­li­da­ri­ser du Marché by Pam. Ce sont nos confrères de Var Matin qui ont annoncé le clash, aujourd’­hui.
Canada: Un ado peint sa jument en rose fluo après avoir mal compris une consigne de sa mère
L'adolescent a mal compris sa mère et a repeint sa jument en rose... 
Il comprend mal les consignes de sa mère et repeint sa jument entièrement en rose fluo.
Cette incroyable histoire, relatée par Metro News Toronto, se passe en Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada. La région est actuellement ravagée par de nombreux feux de forêt, qui ont contraint plus de 14 000 habitants à évacuer leurs logements.Il devait noter un numéro de téléphone sur l’animal.

Ce mardi, alors que les flammes s’approchent de sa propriété, Cindy Roddick comprend qu’elle va devoir relâcher ses chevaux. Elle demande alors à son fils de 15 ans, Jacob Sharkey, d’écrire leur numéro de téléphone sur les chevaux pour que la famille puisse les retrouver plus facilement, après l’incendie.

Sauf que Jacob n’écoute sa mère que d’une oreille et zappe la partie mentionnant le numéro de téléphone. « Je pensais que ma mère m’avait demandé de peindre entièrement le cheval pour le rendre visible, et que de cette façon, si on devait le libérer, les gens pourraient le retrouver facilement », a confié le jeune homme, interrogé par le média local.

« Rose fluo. Vraiment fluo. Mon Dieu ! »

Ce n’est que vingt minutes plus tard, alors que Jacob avait déjà badigeonné l’une des juments, prénommée Rosy, de la tête aux sabots avec un spray non toxique, que sa mère découvre le pot aux roses. « Rose fluo. Vraiment fluo. Mon Dieu ! » crie alors la mère de l’adolescent, selon Metro News Toronto.

Plus de 200 incendies dans la région

Plus de 200 incendies ravagent en ce moment le sud-ouest du Canada, poussant le Premier ministre Justin Trudeau à s’adresser aux familles touchées par cette catastrophe.

La famille de Jacob n’a pour l’instant pas été touchée par les flammes. L’adolescent doit désormais réparer sa bévue : « Je dois encore retourner dans l’enclos et enlever ce qu’il reste de peinture ».

source:20minutes.fr

Geor­gina Rodri­guez, 22 ans, est une femme pleine de mystères pour les fans du foot­bal­leur, Cris­tiano Ronaldo. Serait-elle enceinte? Se sent-elle prête à élever les – déjà nombreux – enfants de la star?

Depuis deux mois, la rumeur fait rage. Geor­gina Rodri­guez, la compagne de Cris­tiano Ronaldo, serait enceinte. Une photo publiée en juin, sur laquelle on voit le foot­bal­leur portu­gais poser sa main sur le ventre de la jeune femme, a éveillé les soupçons des fans. A l’époque, la belle Espa­gnole avait immé­dia­te­ment démenti, promet­tant que c’était juste « une main sur un ventre ». Mais depuis, le désir de pater­nité de CR7 n’est plus un secret pour personne. D’ailleurs, il vient de deve­nir l’heu­reux papa de jumeaux nés il y a quelques semaines par mère porteuse : Matteo et Eva.


PHOTOS – Qui est Geor­gina Rodri­guez, la compagne de Cris­tiano Ronaldo qui serait enceinte ?

 

Georgina Rodriguez, avec Cristiano Ronaldo et l'un de ses jumeaux, nés en juin dernier

Georgina Rodriguez, avec Cristiano Ronaldo et l'un de ses jumeaux, nés en juin dernier

 

 
Les rumeurs de grossesse de Georgina courent depuis le mois de mai

Les rumeurs de grossesse de Georgina courent depuis le mois de mai

 

 
 
 
 
Les rondeurs de la belle Espagnole intriguent le monde entier (ici le couple est en vacances à Formentera)

Les rondeurs de la belle Espagnole intriguent le monde entier (ici le couple est en vacances à Formentera)

Malgré les spéculations, le couple n'a toujours rien confirmé

Malgré les spéculations, le couple n'a toujours rien confirmé

 
Photo 4/10© GTRES / BESTIMAGE
 
 
 
 
Georgina Rodriguez était vendeuse dans une boutique de luxe à Madrid lorsqu'elle a rencontré CR7

Georgina Rodriguez était vendeuse dans une boutique de luxe à Madrid lorsqu'elle a rencontré CR7

.


 
Cette photo, publiée en juin dernier, où CR7 pose sa main sur le ventre de Georgina, a éveillé les soupçons

Cette photo, publiée en juin dernier, où CR7 pose sa main sur le ventre de Georgina, a éveillé les soupçons

 

 
 
 
 
Georgina passe beaucoup de temps avec Cristiano et son fils, Cristiano Junior

Georgina passe beaucoup de temps avec Cristiano et son fils, Cristiano Junior

 

 
La petite famille réunie à la fin d'un match à Cardiff, en juin dernier

La petite famille réunie à la fin d'un match à Cardiff, en juin dernier

 

 
 
 
 
Georgina, qui a un corps de rêve, est aussi mannequin

Georgina, qui a un corps de rêve, est aussi mannequin

 

 
 
La jeune femme, passionnée de danse, aime faire étalage de sa souplesse sur les réseaux sociaux

La jeune femme, passionnée de danse, aime faire étalage de sa souplesse sur les réseaux sociaux


 
Lady Di : qui est l'homme qui aurait pu la sauver ?
Quelques heures avant sa mort,  Hasnat Kahn cher­cha à la joindre au télé­phone. En vain. Comme le révèle le livre Lady Diana, une prin­cesse en héri­tage (ed. First docu­ment). 

Il fut son dernier coup de cœur, peut-être le seul homme qui l’aima vrai­ment. Quand elle rencontre le cardio­logue pakis­ta­nais Hasnat Kahn au cours de l’au­tomne 1995, à l’hô­pi­tal Royal Bromp­ton, Diana tombe sous le charme immé­dia­te­ment. Elle a trente-quatre ans, elle n’a jamais été aussi belle et sexy.  

Elle est venue rendre visite à Joseph Toffolo, un proche parent au mari de son amie acupunc­trice, Oonagh Shan­ley-Toffo­loo, victime d’une crise cardiaque. Hasnat, chef de clinique, le soigne et pénètre dans la chambre lorsque la prin­cesse se trouve au chevet de son ami. Absorbé par les soins, il ne la remarque pas. Diana n’a pas l’ha­bi­tude qu’on l’ignore ainsi. N’est-elle pas la femme la plus photo­gra­phiée au monde, la plus dési­rée aussi ?

Hasnat l’in­trigue, il est diffé­rent des autres hommes qu’elle fréquente. Il a trente-six ans, un enbom­point, des pulls en laine feutrés, aime le jazz et la junk-food. Ce fils aîné d’une famille de quatre enfants, issu de la haute bour­geoi­sie de Jelum, au nord de Lahore, est libre comme l’air. Ni femmes, ni enfants dans ses bagages.

C’est ines­péré pour la prin­cesse. Elle est immé­dia­te­ment sous le charme du chirur­gien musul­man. Elle commence alors une cour sauvage, se débrouillant pour avoir le numéro de télé­phone du chirur­gien, lui envoyant des fleurs, des mots. Elle le drague ouver­te­ment, lui trou­vant des faux airs de l’ac­teur Omar  Sharif. Très vite, l’ap­par­te­ment de la prin­cesse à Kensing­ton Palace embaume l’en­cens, son dres­sing se remplit  de tuniques et de panta­lons en soie portés par les femmes pakis­ta­naises. Douce­ment, le chirur­gien tombe sous le charme de la prin­cesse.

Leur rela­tion s’ins­talle et Lady Di prend l’ha­bi­tude de passer la nuit avec Khan dans la petite chambre où il dormait lorsqu’il était de garde à l’hô­pi­tal Royal Bromp­ton ou chez lui, dans son deux-pièces foutoir de Chel­sea.  Elle a l’im­pres­sion de vivre la rela­tion la plus épanouis­sante de sa vie, l’avoue à ses amies. « J’ai trouvé la paix ! », confesse-t-elle.

Il refuse tous ses cadeaux, veut vivre une rela­tion calme, loin des flashs des photo­graphes. Le luxe, la vie dans les palaces … non merci ! Il aime la discré­tion, la simpli­cité. Quand la prin­cesse le reçoit chez elle, il boit de la bière, regarde le foot à la télé­vi­sion. Chez Kahn, Lady Di passe l’as­pi­ra­teur, repasse, cuisine. Elle a l’im­pres­sion d’être enfin une « femme normale ». Erreur.

Le bruit commence à se répandre dans Londres que la prin­cesse aime un docteur. Kahn se sent traqué, il déteste ça. Diana veut offi­cia­li­ser leur rela­tion, il refuse, il ne se sent pas prêt pour sortir de l’ombre et vivre au bras de la prin­cesse en pleine lumière. Au bout de deux ans de rela­tion, la prin­cesse rompt au mois de juillet 1997, histoire de provoquer Kahn. Elle noue avec Dodi Al Fayed pour le rendre jaloux.

Le soir de sa mort, le 31 août, comme le révèle le livre, Hasnat cherche à joindre Diana. Le télé­phone sonne dans le vide. Lady Di a changé de numéro de portable sans préve­nir son ex-amant. Que voulait-il lui dire ? Nul ne le sait. Hasnat a toujours gardé le secret. Pour ne jamais trahir son grand amour. 
La femme de Kim Jong-Un réapparaît après plusieurs mois d'absence!

Afp:L’épouse du dictateur nord-coréen Kim Jong-Un a été vue pour la première fois depuis quatre mois aux côtés de son mari, coupant court aux rumeurs qui évoquent une rupture.Selon nos confrères du Daily Mail, le couple a assisté à un concert organisé pour célébrer la réussite du tir d’essai d’un missile balistique intercontinental. Les apparitions de Ri Sol-Ju, 27 ans, sont désormais très rares. Durant l’année 2016, elle avait disparu des radars médiatiques durant près de neuf mois.

1 2 3 4 5 » ... 253