leral.net | S'informer en temps réel

Crise énergétique au Sénégal : remue ménage sur fond de tension électrique sociale ambiante

leral.net-Les coupures récurrentes d’électricité qui persistent ne sont pas de nature à consoler les sénégalais déjà très frustrés et coincés par des difficultés nées d’un train de vie cher. Il y a longtemps, très longtemps même que l’Etat a annoncée la fin imminente des délestages mais en vain. On a préféré Karim Wade au fauteuil de ministre de l’énergie à la place de Samuel Sarr sans pour autant que la situation ne s’améliore véritablement. Les explications fournies par les autorités faisant état de la panne de machines sont bien loin de convaincre le plus naïf des consommateurs. Le déficit énergétique dont il est question aujourd’hui a dépassé le seuil alarmant de 80 Mw avancés avec les fluctuations. Les consommateurs crient leur ras-le bol. Les zones de tensions sociales sont perceptibles et se signalent aussi bien à Dakar qu’à Thiès. Et jamais dans le passé, pareille situation est connue.


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Décembre 2010 à 14:05 | | 5 commentaire(s)|

Crise énergétique au Sénégal : remue ménage  sur fond de tension électrique sociale ambiante
Il faut dire que la Société nationale d’électricité vit des périodes de difficultés financières qui empêchent un approvisionnement correct en combustibles. Il s’y est ajouté la panne de nombreuses machines loin d’être mises en service. La question énergétique reste entière de sorte que la situation risque d’empirer très prochainement’ c’est-à-dire en période de chaleur. Ces déclarations sont à prendre très au sérieux car faites par des responsables du Syndicat unique des travailleurs de l’électricité (Sutelec). Autant dire que l’heure est grave et le sens de la responsabilité doit obliger la Senelec à briser le silence dans lequel elle s’est emmurée depuis le retour sans interruption des délestages. La meilleure manière de s’y prendre est de communiquer vrai afin de désamorcer des réactions musclées des consommateurs.
Des difficultés de la Sénélec s’articulent autour d’une double équation de trésorerie exsangue empêchant toute possibilité de s’approvisionner correctement en combustible avec des machines tombées en panne faute d’entretien. Au niveau du Cap des biches, 4 groupes sont à l’arrêt. Pourtant lors d’une de ses visites des lieux, Karim Wade, le ministre de l’énergie avait fait la promesse de changer la manière de fonctionner la centrale électrique du Cap des biches. La responsabilité du régime libérale est avérée dans cette situation chaotique de la Sénélec affirment les syndicalistes qui disent ne pas connaitre ce genre de problèmes du temps des socialistes. De sources dignes de foi, on apprend que les autorités projettent d’appliquer une solution consistant à louer un groupe de 50 MW. Une formule chère qui va davantage crever le budget de la trésorerie de la Senelec obligée de fonctionner à perte. Parce que la machine fonctionne au diésel oïl qui est très cher.
Les preuves sont aujourd’hui établies que le problème de la Senelec n’était pas lié à la personne du ministre limogé qui est Samuel Sarr. Les maux dont souffre la Senelec sont le manque d’argent et la mauvaise gestion. Et ces maux seraient loin de connaitre un début de traitement approprié. La Senelec n’arrive plus à honorer ses factures face à ces fournisseurs. La situation est aggravée avec l’arrivée de Karim Wade dont la gestion est jugée solitaire dans un contexte où tous les secteurs de la boite sont paralysés. Le silence dans lequel s’est emmuré la Senelec depuis le retour des délestages est la preuve qu’elle n’a de respect pour les consommateurs. Pas une moindre sortie servant des explications aux clients.
A en croire certains responsables Karim Wade loin d’être l’homme du salut est celui qui étouffe la Senelec. Et face au ministre de l’énergie qui chamboule, le Directeur de la Senelec qui est sensé avoir des responsabilités est appelé à les assumer. Et c’est d’hommage qu’il ne soit pas senti en aucun moment. Voilà que les conséquences des délestages n’épargnent aucun secteur. De la santé aux ménages en passant par les pme, pmi et l’éducation où le quantum horaire est considérablement réduit. Dans les hôpitaux les blocs opératoires tout comme les services de radiologie et de scanner sont interrompus. Le paradoxe est malgré les signaux au rouge, la Senelec continue à mener un train de vie dispendieux.


Bakary Ndiaye leral.net



1.Posté par schwarzeraal le 08/12/2010 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

regardez cette dame avec son compteur bricolé de fils.du consommateur á la senelec tout est foutu.c´est ce qui arrive á la senelec ,bacler pour se remplir les poches.il faut recommencer á zéro et cela permettra de creer des emplois pour assainir le secteur.

2.Posté par Seydina Alioune le 09/12/2010 07:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour vous dire que le problème de l'énergie est trop inquiétant. Vous êtes d'accord Wade n'acceptera jamais que son fils échoue et ne ménagera aucun effort pour cela et lui donnera tous les moyens pour réussir. Or depuis peu Karim a le ministère de l'énergie et malgré tout il ne parvient pas à faire mieux que ceux qui l'avaient auparavant cela en dit long sur la gravité du la situation, ce n'est pas un problème de combustible. Vous aussi Wade père n'acceptera jamais que son fils sombre encore moins que cela passe par lui.

Je vous dis qu'à Dakar ou Thiès les gens n'ont pas à se plaindre. Ils ont au moins un peu d'électricité par jour, si vous interrogez des régions du Sénégal où il y a des coupures de près ou de plus de 24 heures (Ourossogui Jeudi 4heures du matin jusqu'à samedi 17 heures il n'y avait pas d'électricité, Fatick Mardi 22 heures jusuqu'à Mercredi 16heures au moins, Diourbel hier 18 heures jusqu'à 23 heures et ce matin de 6heures jusqu'à 8heures puis de 8heures 41mn à maintenant and so and so ).

En 2000 quand nous votions contre DIOUF on avait mieux que cela, Monsieur le Président je ne vous insulterai jamais ni ne dirai du mal de vous encore moins faire un jugement de votre personne ou faire des commentaires sur votre vie privée, mais le constat est là vous n'êtes pas capable de nous offrir mieux que nous avions en 2000. Moi personnellement je n'ai pas voter pour vous en 2000 mais contre DIOUF, c'était la volonté du peuple et il y avait deux candidat et j'ai pris l'autre qui était contre DIOUF. Monsieur le Président partez avant qu'il ne soit trop tard.


Où est l'armée? Vivement que l'armée arrête le Président Wade et l'amene à la DIC. Les chefs d'inculpation ne manquent pas je n'en cite que deux :

Abus de confiance : Peut être qu'il a eu le suffrage majoritaire donc la confiance des sénégalais et sous cette hypothèse il abuse de cette confiance

Non assistance à personnes en difficulté : Cela se passe d'explications vous le vivez et un refrendum permettrait de traduire Wade et son "en tout rage" je voulais dire entourage à la CPI.

Je voulais continuer mais la batterie de mon ordinateur se décharge (signal 15 mn restant).

3.Posté par fall le 09/12/2010 08:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je m'adresse à ce journaliste qui publie la photo de cette grand mère à son insu et sans son accord. C'est un délit. UN peu de respect way. Vous ne maitrisez pas les régles qui régissent votre métier. Et si on porte plainte vous nous crevés les tympans en parlant de liberté de presse à laquelle vous ne comprenez rien.

4.Posté par El hadj le 09/12/2010 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Fall il faut savoir d'abord si ce n'est avec le consentement de vielle dame avant de verser le discrédit sur le journaliste.
Cela dit si des machines sont en panne elles ne roulent plus et si elles ne roulent plus elles ne doivent plus consommer du gaz oil et les facures sont plus élevées qu'au moment oú ces machines étaient en marche;et on nous dit qu'on a un problème de trésorerie.OU EST DONC PASSE L'ARGENT EMPOCHÉ.
CES GOUVERNANTS ET TOUS CEUX QUI LES SOUTIENNENT CE QUI LES INTERESSE C'EST QUE LEURS COMPTES BANCAIRES(OU PLUTOT) LEURS COFFRE-FORTS SOIENT BIEN ALIMENTÉS.

QUE LE BON DIEU AIT PITIE DU SENEGAL ET DES HONNETES SENEGALAIS.

5.Posté par saidou le 10/12/2010 03:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le probléme de l'electricité est trés grave car si la senelec n'a pas d'argent pour acheter du diesel donc ce sera toujours comme ça mais il faut avoir confiance á karim si karim n'arrive pas a regler cette situation il faudra faire un appel internacional un autre pays peut founir de l'energie au senegalais il suffit de faire l'annonce liberaliser le secteur faire entrer de l'argent privé ce sera plus chére mais il y aura de l'electricité pour tous ceux qui ont de l'argent.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image