leral.net | S'informer en temps réel

Découvertes médicales sur le Sida : Les guérisseurs d’Afrique mettent sur pied la formule contre le virus

L’Ong Prometra International a procédé hier à la restitution de ses travaux de recherche dans le domaine de la médecine traditionnelle. Cette Organisation révèle des avancées notables dans la lutte contre le Sida, le diabète et la malnutrition.
Huit cents Africains malades du sida sont enterrés chaque jour. Et l’Organisation non gouvernementale pour la promotion de la médecine traditionnelle africaine (Prometra Internationale) veut faire face à ce drame. Et cette structure qui regroupe dix-neuf pays d’Afrique du l’Ouest et du Centre a réussi à inventer la formule médicale capable de soigner le Sida, à en croire son président, le Dr Erick Gbodossou, de nationalité béninoise. ‘Après avoir soigné une cohorte de soixante-deux patients, 56,4 % des patients ont vu leur charge virale diminuer de 66 % et plus exactement de 66 à 99,9 % ’, révèle-t-il. Des résultats extraordinaires, selon lui, dans la mesure où, ‘au niveau international, on dit qu’un médicament est bon lorsqu’il est capable de faire chuter la charge virale d’au moins 66 %’.


Rédigé par leral.net le Samedi 12 Juin 2010 à 22:32 | | 5 commentaire(s)|

Découvertes médicales sur le Sida : Les guérisseurs d’Afrique mettent sur pied la formule contre le virus
Durant ces recherches de l’Ong, il a été confirmé que ces plantes augmentent le taux de Cd4 qui mesure le système immunitaire de l’homme de 100 à 500 %. Aussi, en observant les patients qui ont servi d’expérience, explique le Dr Gbodossou, ce médicament montre une bonne évolution des maladies opportunistes et une amélioration de l’état psychologique des patients. ‘Des malades gagnent en quelques semaines de 2 à 12 kg en poids. Il y a même des malades que nous avons reçus des hôpitaux à qui l’on a indiqué qu’ils avaient six mois à vivre, et qui, depuis 2000, sont encore vivants’, se réjouit le président de Prometra. Il précisera, d’ailleurs, que ‘depuis que nous utilisons ce médicament, nous n’avons, jusqu’à ce jour, pas encore trouvé ses effets secondaires’.
Ce médicament dont le nom est encore confidentiel, a été homologué, selon le patron des tradipraticiens d’Afrique, par de grands chercheurs américains. ‘Nous leur avons donné cinq plantes de guérisseurs provenant de quatre pays africains pour en faire une étude sérieuse et crédible. Les résultats qui nous sont parvenus, sont que ces plantes individuellement ou en combinaison donnent les mêmes résultats satisfaisants’, souligne le Dr.
Gbodossou. A l’en croire, les produits sont hydrosolubles, alors qu’il n’y en a pas beaucoup comme ça. Car, dira-t-il, au plan mondial, seuls deux produits hydrosolubles injectables existent et coûtent chacun 15 millions de francs Cfa par individu et par an. Ce qui, à ses yeux, n’est pas accessible à tous.
D’après les résultats d’éminents scientifiques américains, rapporte le président de Prometra International, ces plantes au nombre de cinq en combinaison font vingt-cinq produits, tous hydrosolubles. ‘Ils sont virostatiques, virolyses, c’est-à-dire qu’ils tuent le virus, désactivent le virus, et ils sont extirpés par des méthodes naturelles, c’est-à-dire par voie urètre’, indique le Dr Gbodossou. Mais, à son avis, le plus important et qui est sorti de ces recherches effectuées par les tradipraticiens africains, est qu’il est prouvé que ce médicament individuellement et/ou collectivement tue les cellules infectées et protège les cellules saines. Ces produits, ajoute-t-il, dans une étude poussée, ont des principes actifs faciles à extraire. Autant d’exploits qui montrent, selon lui, que dans un défi sanitaire mondial, l’Afrique peut jouer un rôle et peut aussi donner au Nord.
Les tradipraticiens africains qui ont été bien organisés dans ces travaux de découverte ont mis sur pied un comité scientifique international qui veille sur la crédibilité des recherches nationales, et un comité scientifique local qui se réunit chaque mois pour évaluer les progrès à travers les résultats obtenus chez les patients. Ainsi qu’un comité scientifique et juridique international qui a signé des partenariats avec des laboratoires internationaux.
Quid du diabète et de la malnutrition
L’implication des guérisseurs dans la lutte contre le diabète et la malnutrition a été déterminante. D’après le président de l’Ong Prometra International qui faisait hier la restitution des travaux de recherche ès médecine traditionnelle, sur cinq cents patients du diabète soignés, les résultats ont donné satisfaction à 95 %. Ceci, grâce aux plantes médicinales qui régulent le taux de glycémie. Le Dr Gbodossou de rappeler que le diabète est une maladie incurable. Et de la même manière, le traitement des types de dermatose a été encourageant pour le Dr Gbodossou, les découvertes médicales pour lutter contre la malnutrition ont été poussées. En effet, les guérisseurs ont procédé hier à la présentation de ‘Nutristar’ qui est un produit homologué par le laboratoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar selon lui, et qui, au-delà de son efficacité dans le traitement de la malnutrition, combat également le choléra et la fièvre typhoïde.
Pour ce qui est du cancer, nous apprend le Dr Gbodossou, Prometra International a signé avec l’université Morehouse d’Atlanta aux Etats-Unis pour mesurer l’impact de ces cinq fameuses plantes qui leur ont été données sur les cellules vaginales au niveau de leur laboratoire.
Abdoulaye SIDY
walf.sn



1.Posté par Abdoulaye NDAO le 13/06/2010 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Juste dire un GRAND BRAVO, a nos chercheurs, vous êtes en train de donner une autre image de l'Afrique, vous êtes en train de faire participer l’Afrique dans les grandes instances de décisions. Nous sommes vraiment fier de votre travail et de vous, nous vous accompagnerons, partout, pour vous permettre d'atteindre vos buts, vos objectifs. Il faut y croire, même si, le nord, ne voudra jamais qu'un Africain, puisse trouver le remède contre le sida, ou d’autres maladies graves, par complexe,...
On est les meilleurs en matière de santé, parce que, dans notre continent, nous avons pu lutter depuis des centaines d'années à des maladies, avant que le nord ne vienne avec ces médicaments. Ce n’est pas aujourd’hui que nous nous procurons nos propres médicaments, pour notre santé, nous nous sommes toujours bien soigné, bien avant leur arrivé.
Du courage pour la suite, avec la volonté, de la motivation, vous y parviendrais, INCHALLAH !!!!

QUE LA CHANCE SOIT DE VOTRE COTE !!!

ABDOULAYE NDAO, Président de l’Agence Africaine pour la Croissance en Milieu Rural

2.Posté par ramadan le 13/06/2010 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Braco et merci c est cette Afrique que nous voulons entendre et tres certainement les industires de la mort a savoir ceux la qui vendent les capottes et autres anti retroviro vont bloquer votre initiative pour faire aboutir leur desseins economiques mesquins merci a l Afrique qui gagne

3.Posté par lemzo le 14/06/2010 03:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos présidents devraient faire un bloc pour protèger ces chercheurs car cette découverte va marquer la fin de l'ère des antirétroviraux commercialisés par les grandes firmes pharmaceutiques et qui font d'énormes chiffres d'affaires sur le dos des pauvres patients donc la majorité est issue des pays pauvres d'afrique.
Protègeons les pour le mieux de nos populations qui sont trés vulnérables face à cette pandémie.



4.Posté par el hadj hamidou diallo le 14/06/2010 14:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Depuis 2004, mon insuffisance rénale a été découverte à Abidjan par le plus grand néphrologue d’Afrique. A mon retour au Sénégal, j’ai été consulté par les deux imminents néphrologues qui soignaient également ma mère pour la même maladie. Ma mère qui ne suivait qu’un traitement à base de produits pharmaceutiques, oflocet, azilix et je ne sais plus trop quoi, est décédée en 2007. en 2008, j’ai fait une grave crise qui m’a valu une hospitalisation dans une grande clinique de la place. J’ai failli être tout simplement assassiné car dans cette clinique, ils ont sans faire un test de la goutte épaisse, décrétait que j’avis le paludisme et ils m’ont mis sous quinimax en intraveineuse. Je me suis réveillé à 4 heures du matin avec 8.5 de tension. Quand j’ai dit au jeune étudiant médecin de garde, de m’ôter la perfusion, il a refusé. J’ai alors arraché la perfusion et le sang s’est mis à gicler. J’avais mon tensiomètre et c’est ce qui m’ »avait permis de constater que je subissais une hypotension et si je ne m’étais pas réveillé, cette clinique aurait déclaré ma mort à ma famille suite d’un accès palustre alors quelle aurait été l’artisane de ma mort.
Quand le professeur néphrologue m’a examiné, il en a déduit qu’il fallait urgemment que je rentre en dialyse. Puisque tous mes amis et parents entrés en dialyse, sont tous morts, financièrement épongés, au bout de 2 ans, j’entrepris de partager tous mes biens entre mes héritiers, biens mobiliers et immobiliers. Même ma télévision. C’est pourquoi, aujourd’hui, je ne peux regarder la coupe du monde de football..
J’ai fait toutes les analyses pour subir à l’hôpital fann, l’opération pour agrandir mes veines et je devais subir l’opération un lundi, il y a 14 mois.
Je me suis renseigné sur le coup de la dialyse, on m’a dit à l’époque 500000frs par mois, minimum, au moment où la dialyse était en Mauritanie fixée à 5000 frs par séance. J’ai voulu m’expatrier en Mauritanie, il m’a été expliqué que ce prix n’était applicable qu’au mauritanien. J’ai porté plainte contre l’état sénégalais pour non assistance à peuple en danger.
Mais pendant toute cette lutte, j’avais rencontré un marabout qui me vend une bouteille à 2500 frs par semaine.
Je me sens pas malade, mais alors pas malade du tout.. je vais mourir, c’est sûr. Mes reins sont foutus, c’est sûr. Mais depuis 14 mois, ma tension s’est stabilisée à 14..8. je dors et mange bien. Et je suis actif dans bien des domaines.
Notre pharmacopée est puissante et j’en suis la preuve vivante.
En conclusion, en 2004, on m’a prédit ma mort pour 2006.
En 2007, om m’a prédit ma mort pour 2009.
En 2009, on m’a certifié un samedi, une mort violente pour le lundi matin si je n’entrais pas immédiatement en dialyse.
En 2010, j’ai eu 60 ans le 04 juin , je suis encore là à fatiguer Abdoulaye Wade et son régime.
Qui veut essayer de cette bouteille ? je suis certain qu’elle est bonne.
El hadj hamidou diallo,
Secrétaire général du bloc pour le renforcement de la démocratie au sénégal,
Coordonnateur de la coalition des partis non alignés.
12 rue niard sicap rue dix.

5.Posté par beugueu fadiou le 16/06/2010 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M. Diallo, donnez nous l'adresse de votre marabout guérisseur. Vous ferez alors sûrement œuvre utile pour un grand nombre de personnes. Merci d'avance.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image