leral.net | S'informer en temps réel

Deux soirées, zéro public: Le monde s’effondre sur Abou Thioubalo

Abou Thioubalo
Qui l’aurait cru ? Pas beaucoup de personnes en tout cas ! Le chanteur Abou Thioubalo, qui drainait des foules, faisait se pâmer les jeunes filles, ne mobilise plus. Bilahi Walahi ! Celui qui faisait fureur à travers son tube « Solution » traverse vraiment une mauvaise passe. Figurez-vous qu’il a été contraint, la semaine dernière, d’annuler deux soirées qu’il devait organiser respectivement dans deux grandes boîtes de nuit dont l’une se trouve aux Almadies, faute de public. Au Madison, il n’a réussi, selon nos radars, à vendre que quelques petites entrées (moins de 10). « Thiat moo mince wayy ! ». Pendant ce temps, Pape Diouf et son groupe la « Génération Consciente » sont en train de casser la baraque. Ils jouent pratiquement à guichets fermés partout.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Décembre 2010 à 07:30 | | 0 commentaire(s)|

Deux soirées, zéro public: Le monde s’effondre sur Abou Thioubalo
Abou Thioubalo
Qui l’aurait cru ? Pas beaucoup de personnes en tout cas ! Le chanteur Abou Thioubalo, qui drainait des foules, faisait se pâmer les jeunes filles, ne mobilise plus. Bilahi Walahi ! Celui qui faisait fureur à travers son tube « Solution » traverse vraiment une mauvaise passe. Figurez-vous qu’il a été contraint, la semaine dernière, d’annuler deux soirées qu’il devait organiser respectivement dans deux grandes boîtes de nuit dont l’une se trouve aux Almadies, faute de public. Au Madison, il n’a réussi, selon nos radars, à vendre que quelques petites entrées (moins de 10). « Thiat moo mince wayy ! ». Pendant ce temps, Pape Diouf et son groupe la « Génération Consciente » sont en train de casser la baraque. Ils jouent pratiquement à guichets fermés partout.

Xaliss

S’il y a des personnes qui souhaitent que le Fesman se tienne chaque mois, ce sont les artistes musiciens. Ces derniers se frottent les mains. Pour des concerts qui dépassent rarement deux heures de temps, ils palpent entre 3 et 5 millions de francs. Et ils n’ont même pas besoin de négocier leur contrat puisque les organisateurs du Fesman dégainent comme pas possible. D’ailleurs, signalent nos radars, un musicien a réussi à empocher 15 millions de francs Cfa pour trois brèves prestations qu’il va faire à l’occasion du Fesman. Un rappeur « moom » s’est retrouvé avec deux millions grâce à un seul concert de près de 2h qu’il a joué. Awadi aussi, se frotte les mains, lui qui négocie les contrats avec certains artistes.

Vidéo

L’As révélait récemment cette vidéo embarrassante où Paul Biya se confiait à Gorgui et à Obiang Nguéma, à Tripoli, dans l’affaire dite des biens mal acquis. Eh bien, « Rue 9 » a révélé hier que la vidéo, qui était présente sur le site de France 24, a été tout simplement retirée, suscitant ainsi la colère des internautes. Nos confrères croient savoir que c’est suite aux pressions d’un ambassadeur africain que la vidéo a disparu du site. Parions que c’est Biya qui a tenu à « plus de discrétions », lui qui en dit des choses dans cette vidéo postée par erreur par le site de la Présidence camerounaise, comme le révélait votre canard préféré.

Confusion

Un Diop peut en cacher un autre. Pour dire que c’est plutôt Awa Diop et non Pape Diop, qui a dit être contre toute forme d’exclusion, lors de la dernière rencontre du Comité directeur du Pds. Il faut dire qu’Awa Diop se distingue de plus en plus par sa constance, puisqu’elle n’avait pas hésité à mettre les pieds dans le plat, lors du Comité directeur durant lequel tous ses frères faisaient feu sur l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck.

Clarté

La volonté des responsables de Benno de contrôler les faits et gestes du Pouvoir, dans le cadre de « Clarté dey léer », lui pose sérieusement problème. Malgré le délai de 15 jours qu’ils s’étaient fixé (au sortir de l’assemblée générale des parties prenantes au Siège des assises nationales) pour la mise sur pied du Bureau exécutif définitif (samedi passé), les choses ne bougent toujours pas. Pour preuve, c’est encore la date du samedi 18 décembre prochain qui a été retenue pour l’installation du Comité national de coordination.

Dey léer

D’après Amadou Daff, du Bureau provisoire de dix personnes initialement retenu avec à charge de conduire le processus jusqu’à l’installation des structures régulières, le Comité national de coordination, qui doit très prochainement être mis en place, sera composé sur la base d’un « consensus », de 63 membres dont 22 de Bss, 12 de la société civile, 10 des non-alignés, 6 de Benno Taxawal Sénégal et 11 autres pour les « retardataires ».

Gorgui

Après « Le Pays », c’est au tour de « France 24 » et « Rfi » de décrocher une longue interview de Gorgui. Prézi n’a pas seulement parlé de sa décision de se « débarrasser » de Habré. Interrogé sur la recevabilité de sa candidature qui fait débat, Pabi tranche : « Si je devais vous donner une brève réponse, je vous dirais qu’il faut laisser aux Sénégalais le droit et la liberté de s’exprimer. Si les Sénégalais s’aperçoivent que je n’arrive plus à gouverner, croyez-vous qu’ils vont voter pour moi ? ». Le pater de Rimka d’ajouter : « Peut-être que dans certains pays, il y a la limitation d’âge. Mais dans d’autres, cela n’existe pas. Il faut laisser les Sénégalais, qui ont le droit de voter pour n’importe quel candidat, sans considération d’âge. Comme vous le dites vous-mêmes, on a l’âge de ses artères. Je me porte très bien. Mais si je me sentais malade, je ne vois pas pourquoi j’aurais insisté davantage ».

Gorgui (bis)

Le Président d’ajouter : « je me sens en forme, à tout point de vue. Je n’ai pas de problème pour ça. Et je n’ai pas non plus de complexe, quand on me parle de mon âge. Ma grand-mère a vécu 121 ans, c’est dommage que je n’aie pas sa photo. Mon père est mort à 101 ans, en gardant toutes ses facultés. Donc, je n’ai pas de problème, c’est peut-être une question de longévité ». Quid de la légalité d’un troisième mandat ? « Il n’y a pas de problème de Constitution. Au demeurant, admettons qu’il y en ait, mais laissez les juges constitutionnels décider. Je suis juriste, il n’y a pas de problème constitutionnel », soutient Gorgui.

Gorgui (ter)

Encore une fois, le « cas » de l’héritier Rimka Ibn Buur Saloum est revenu dans cette interview. Interrogé sur la volonté qui lui est prêtée de préparer son fils, Gorgui répond : « absolument pas. Je ne le prépare pas à être le président de la République du Sénégal. Mais soyons bien d’accord, je ne l’empêcherai pas d’être candidat. Le jour où je prendrai la décision de soutenir mon fils, on ne me fera pas la morale. Je commencerai par retourner chez moi tranquillement, remettre les lieux à quelqu’un d’autre, conformément à la Constitution ; et maintenant, il ira se présenter. Mais ce n’est pas le cas du tout ».

Délestages

Le Premier ministre prend le contre-pied de Rimka Ibn Buur Saloum, qui donnait rendez-vous en 2014 pour la fin des délestages. Invité de l’émission « Point de vue » sur la Rts avec Omar Gningue, Jules a donné des garanties que les délestages ne peuvent pas durer jusqu’au…deuxième semestre de 2011. « Je ne crois pas qu’on puisse arriver au deuxième semestre 2011 avec ces coupures. Je vous en donne la garantie », a assuré le chef du gouvernement, avant d’ajouter avec la sincérité qu’on lui connaît : « la vérité aujourd’hui est que le Secteur de l’énergie va mal et il va très mal ».

Absence

Un faux bond qui a intrigué tout le monde, lors de la cérémonie de lancement du Festival mondial des arts nègres, c’est bien celui de Rimka pourtant présent à la réunion du Comité directeur, tenue, quelques heures auparavant. Nos antennes, tout en signalant que presque tous les officiels étaient aux côtés de Sindély, ont été intriguées par l’absence de son frère. Avait-il repris l’avion entre temps ? Des radars sensibles signalent que c’est seulement avant-hier que Rimka a pris l’avion, direction Pékin. Il reste maintenant à connaître les raisons de cette absence pour le moins troublante.






Hebergeur d'image