leral.net | S'informer en temps réel

Dialogue à une seule voix ?

Des responsables de Benno Siggil Senegaal (DR)


C’est un truisme d’affirmer que l’atmosphère politique est plus qu’électrique au Sénégal, où le président Abdoulaye Wade a maille à partir avec son opposition.

Le climat social s’est subitement dégradé par suite des violentes manifestations contre le fameux ticket présidentiel au point que le pape du sopi a vite fait de ranger sa nouvelle trouvaille au placard si ce n’est dans la poubelle. La tension n’était pas encore complètement retombée que les émeutes de l’électricité ont éclaté dans plusieurs villes sénégalaises. Depuis, mais également bien avant, les ponts sont comme coupés entre le pouvoir et ses contempteurs, qui se regardent en chiens de faïence.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Juillet 2011 à 23:50 | | 1 commentaire(s)|

Dialogue à une seule voix ?
C’est dans ce contexte qu’un groupe de six personnalités de la société civile et du monde des affaires ont entrepris de jouer aux facilitateurs entre les deux parties, qui se boudent depuis. Ces hommes de bonne volonté sont : Pierre Goudiaby, Baidy Agne, Mansour Kama, Ismaïla Madior Fall, Anna Ba et Mbaye Sidy Mbaye.

Selon eux, l’absence de dialogue et de communication entre le pouvoir et ses opposants a « engendré d’une certaine manière toutes ces violences, le désordre qui s’installe petit à petit… Et nous pensons que s’il y a un dialogue entre eux, cela peut être dissuasif ».

L’offre a été bien reçue à la présidence, où le locataire des lieux a exprimé toute sa disposition à recevoir ses adversaires. Par contre, au moment où nous tracions ces lignes, on n’avait pas encore la réponse de l’opposition.

On imagine que si l’opposition traîne les pieds, c’est sans doute parce qu’elle a besoin de temps pour se concerter, coordonner ses positions et poser ses conditions. Dialoguer n’est pas parlementer, il faut que les échanges aboutissent vraiment à quelque chose de concret tant dans le comportement que dans l’agir de leur vis-à-vis sinon il ne sert à rien d’aller perdre du temps. L’opposition est d’autant plus fondée à faire la fine bouche que Wade semble quelque peu acculé. Le fait qu’il ait rapidement accepté le dialogue pourrait en être la preuve.

Mais en attendant, on ne peut que louer cette initiative de ces personnalités, qui vise à amener deux parties à se parler. Que l’initiative aboutisse ou pas, elle est déjà un geste louable posé par des enfants du pays qui préconisent ainsi une solution-maison à la crise sénégalaise.

Evidemment, la démarche n’est pas sans comporter des difficultés, la plus importante venant de la constellation même de l’opposition : au pays de la Teranga, il n’y a pas de chef reconnu de l’opposition, cet homme charismatique qui fédère tout le monde ; dans le landernau des opposants, on trouve de grosses pointures certes, mais malheureusement nul ne peut imposer une ligne de conduite aux autres. Alors il ne serait pas étonnant que l’initiative de Goudiaby et de ses camarades divise davantage une opposition qui, visiblement, a mal à son unité.

La nouveauté dans cette démarche, c’est surtout la composition du panel des facilitateurs. Sur les terres de la Teranga, lorsque le mercure social ou politique grimpe trop, généralement, ce sont les marabouts, les cheikhs des grandes confréries musulmanes, qui sont à la manœuvre pour faire baisser la tension.

Du coup, on ne peut que s’interroger sur les raisons de l’absence de ces hommes influents qui ont l’habitude de régler ces genres de situations. Alors que s’est-il passé cette fois pour que ces autorités morales et religieuses soient ou semblent aussi loin de la médiation ? Pourquoi ne se sont-ils pas autosaisis du dossier de la crise pour tenter de rapprocher les positions des uns et des autres ? Faut-il y voir, comme certains le prétendent, l’état exécrable de leurs rapports avec Wade ou ses contempteurs ? On ne le sait.

Qu’importe, il faut surtout souhaiter que les Sénégalais, qui ont horreur de la violence, saisissent cette perche tendue par ces personnalités de la société civile pour ramener la sérénité et la paix dans ce havre d’hospitalité qu’est leur pays.

San Evariste Barro — L’Observateur Paalga



1.Posté par Ndongo Daara le 08/07/2011 02:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le seul langage de verite que vous devez tenir actuellement est de dire a Abdoulaye Wade de partir a la fin de son mandat .
Rien d'autre ...
Bien a vous

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image