leral.net | S'informer en temps réel

Il y a 59 ans disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, le dernier Bourba Djoloff

Il y a 59 ans, le 28 juillet 1952, disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, fils aîné du Bourba Alboury Ndiaye auquel il succéda, comme dernier souverain, sur le trône du royaume du Djoloff en 1895.


Rédigé par leral.net le Jeudi 28 Juillet 2011 à 18:13 | | 5 commentaire(s)|

Il y a 59 ans disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, le dernier Bourba Djoloff
Bouna Alboury fut investi à Yang-Yang (nord-ouest de Linguère) roi du Djoloff, le 17 décembre 1895, une nomination confirmée par décret du président de la République française en date de janvier 1896.

Né en 1878 à Yang-Yang, le jeune Bouna Alboury a subi les turpitudes du règne paternel, passant des mains des maures à celles des colonisateurs français après la bataille que le père a livrée contre les Français, fin juillet 1890.

Bouna Alboury Ndiaye a laissé à la postérité l’image d’un grand bâtisseur. Avec la moitié de son salaire et la participation de la Société de prévoyance du Djoloff, il a fait construire environ 80 puits (1930) ; il a contribué à la construction d’un chemin de fer de 128 Km de 1928 à 1931 et à la construction d’un bassin de rétention à Labgar (1931).

En 1946, il refuse d’être le candidat des colons contre Lamine Guèye et Léopold Sédar Senghor, estimant qu’il ne faut ‘’pas toujours écouter ceux qui nous divisent pour pouvoir régner éternellement dans le pays’’.

Imbu de valeurs morales et politiques, Bouna Alboury Ndiaye avait traduit sa conception par une devise qu’il aimait répéter à ceux qui aspiraient à des postes de direction : ‘’Quiconque profite des deniers d’un pays qui lui est confié ne servira jamais ce pays’’.

Bouna Ndiaye était lié aux foyers religieux et avait des relations privilégiées avec le chef coutumier Abdou Salam Kane de Kanel. Bouna a été élevé au rang de moqadem de la Tijaniyya par El-Hadji Malick Sy. Deux de ses enfants portent les noms d’El-Hadj Mansour et de Serigne Babacar Ndiaye Bouna.

Le dernier roi du Djolof a en outre octroyé 200 hectares de terres à Cheikh Ahmadou Bamba à Mbacké Bari où repose Mame Maharame Mbacké, le grand-père du fondateur du Mouridisme. Il donna en mariage à Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké sa fille aînée Seynabou Ndiaye Bouna.

Il a été délégué à l’Exposition universelle de Paris en 1900, délégué des chefs de province de l’Afrique occidentale française (AOF) à l’Exposition coloniale de 1906. Cette même année, il est membre du conseil privé du gouvernement du Sénégal et fait chevalier de la Légion d’honneur.

Bouna Alboury Ndiaye a aussi été : commandeur de l’Etoile noire du Bénin, chevalier de l’Ordre du Cambodge, commandeur de la Légion d’honneur en 1935, chef de province du Djoloff, membre du conseil privé du gouvernement du Sénégal de 1906 à sa mort, grand officier de la Légion d’honneur en 1947.

Il est décédé le 28 juillet 1952. La prière mortuaire a été dirigée par El-Hadji Mansour Sy Malick assisté de ses frères, de Serigne Mountaga Daha Tall et de Serigne Modou Bousso Mbacké, fils aîné de Serigne Fallou Mbacké. Sa dépouille fut ensuite transférée par train spécial à Linguère.

Aujourd’hui, un lycée porte son nom dans cette ville. Il existe aussi une Association des descendants de Bouna Alboury Ndiaye (ADEBAN), qui organise vendredi à Linguère un récital de Coran en la mémoire du souverain.



1.Posté par ndiaga le 28/07/2011 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voici un exemple pour la jeunesse daujourdui et la postérité

2.Posté par Dof Diop le 28/07/2011 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ndèysane Alboury bireum penda ndièmè ali seynabou mi dess Dosso , yaa beunone tènya waa diollof dissa naane

3.Posté par bourba le 28/07/2011 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La classe doit s'inspirer de lui,Q la terre du djolof lui soit légere.Eternel Bourba le Djolof se souviendra toujours de son chef

4.Posté par BY le 29/07/2011 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour le texte mais ayant l'amabilité de citer au moins vos sources. Archives Nationales autant pour moi Archives du Sénégal

5.Posté par feuze le 03/08/2011 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cé mon grand-père direct. c''était le meilleur je suis fière d''avoir son sang.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image