leral.net | S'informer en temps réel

Infanticide : Mama Cissé acquittée au bénéfice du doute

La Cour d’assises de Ziguinchor a prononcé, lundi, l’acquittement au bénéfice du doute, de Mama Cissé, accusée d’infanticide, a constaté l’APS.
C’est le 4 septembre 2009 que le chef de la police des frontières de Dialadiang a mis à la disposition de la brigade de gendarmerie de Vélingara, Mama Cissé soupçonnée d’avoir commis un crime d’infanticide.


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Janvier 2012 à 23:51 | | 0 commentaire(s)|

Infanticide : Mama Cissé acquittée au bénéfice du doute
L’accusée a reconnu les faits en soutenant avoir mis au monde un mort-né en pleine brousse. Elle a enterré son enfant par la suite pour éviter le déshonneur à sa famille, puisqu’elle est mariée et mère de cinq enfants.

Le nouveau-né était dans état de putréfaction avancé après son exhumation. Son mari, entendu par les gendarmes, a révélé qu’il a divorcé d’avec Mama Cissé. Par conséquent, il n’est pas l’auteur de la grossesse.

A la barre, l’accusée a reconnu avoir accouché seule sans aucune assistance d’un mort-né, précisant que l’enfant n’a ni bougé ni crié à sa naissance. Elle dit n’avoir jamais fait de visites prénatales.

’’L’enfant est mort-né’’ est toujours la réponse servie par les accusées d’infanticide devant les Cours d’assises et Mama Cissé n’a pas dérogé à la règle, a indiqué l’avocat général Djibril Bâ.

Il a expliqué que l’enfant était vivant à sa naissance et sa mère s’est empressée de le tuer et de l’enterrer dans la brousse sans avertir personne pour éviter le déshonneur à sa famille, parce qu’étant dans les liens du mariage.

Djibril Bâ a requis sept ans de travaux forcés, estimant que Mama Cissé est coupable des faits d’infanticide.

Son mari l’a sevrée de ‘’contacts charnels’’ pendant douze mois lorsqu’il a épousé une autre femme et la nature ayant horreur du vide, Mama Cissé s’est tournée vers son amant pour satisfaire ses ‘’besoins physiologiques’’, a estimé son avocat Me Terrence Senghor.

‘’Le seul élément constant dans ce dossier, c’est que Mama Cissé a accouché d’un enfant et qu’elle l’a enterré en brousse. Il n’existe pas de preuves. Tout est basé sur des déductions dans cette affaire’’, a expliqué Me Senghor qui a plaidé l’acquittement au bénéfice du doute face en l’absence de preuves.

Selon lui, ’’le certificat de genre de mort ne fait mention d’aucune lésion, encore moins de strangulation ou de traumatisme sur le corps du nouveau-né. A partir de quel moment, peut-on affirmer que l’enfant était vivant à sa naissance et qu’elle lui a donné la mort ?’’.

La Cour a finalement acquitté Mama Cissé au bénéfice du doute des faits d’infanticide.

P.-S.






Hebergeur d'image