leral.net | S'informer en temps réel

Justice : Les greffiers de Dakar boudent les audiences…

Pour les habitués du palais de justice, ce qui s’est passé hier est vraiment un fait vraiment inédit : hier, vendredi, pour un soutien à leur collègue Cheikh Tidiane Ndiaye, greffier en chef au Tribunal de Kaolack, accusé de détournement de derniers publics, ceux de Dakar ont créé la surprise en boudant les salles d’audience pour tenir un sit-in de prostration devant le temple de Thémis.


Rédigé par leral.net le Samedi 5 Mars 2011 à 12:34 | | 0 commentaire(s)|

Justice : Les greffiers de Dakar boudent les audiences…
La cellule de base du syndicat des travailleurs de la justice de Dakar était, hier, en sit-in devant le palais de justice. Ce syndicat qui regroupe les greffiers du temple de Thémis avait boudé les salles d’audience pour tenir un mouvement de soutien à Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye, greffier en chef au Tribunal régionale de Kaolack. Ce dernier, en prison depuis quelques jours est accusé d’avoir simulé un cambriolage de son bureau pour y emporter la somme de 13 millions de francs Cfa. Mais pour ses collègues de Dakar, ce n’est qu’une cabale montée de toutes pièces contre lui. Qu’il n’en est qu’une victime. Car, louant ses mérites, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la justice( Sytjust), Me Malick Kébé a dit que ce dernier est un greffier assermenté qui a fait ses preuves durant les 32 ans de carrières qu’il a passé dans justice. D’après lui, l’enquête qui a été confiée à la section de recherché de la gendarmerie, a été bâclée. «Nous ne comprenions pas que notre camarade qui avait déposé une plainte contre x soit aujourd’hui le prévenu. Je pense qu’on devrait au moins ouvrir une information judiciaire pour situer les responsabilités », a t-il martelé. Le syndicaliste se dit également outré par la manière dont celui-ci a été arrêté et conduit en prison. Selon lui on devait d’abord le traduire devant la Chambre d’accusation de l’Inspection générale de la justice (Igaj) qui, selon lui doit déterminer son sort. Ce qui n’a pas était fait, se désole t-il, estimant que l’Etat ne leur respecte pas. « Du moment que le ministre de l’Intérieur protège les officiers de polices judiciaires, celui de la justice cherche à nous jeter en pâture », s’est indigné Me. Kébé, avant de promettre qu’ils vont durcir le ton, si leur camarade n’est pas libéré dans les plus brefs délais. Toutefois, il a souligné que ses camarades ont déjà commencé à faire des cotisations pour qu’il puisse bénéficier d’une mise en liberté sous caution.

Lamine DIEDHIOU rewmi






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image