leral.net | S'informer en temps réel

Kolda : Aboubacry Diallo SG régional de l’ODES « Des secrétaires généraux qui ne gèrent que des intérêts crypto personnels »

A Kolda 80 pourcent des arrêtés des enseignant admis aux sessions d’examen de 2000 à nos jours, dorment encore dans les tiroirs. Ainsi, ces derniers sont loin de voir le bout du tunnel malgré le reclassement universel annoncé par le gouvernement. Face à cette situation, Aboubacry Diallo secrétaire général régional de l’ODES (organisation démocratique des enseignants du Sénégal), sort de sa réserve et dénonce ce qu’il appelle « l’intérêt crypto personnel » des secrétaires généraux locaux des syndicats d’enseignants et entend relever le défis.


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Décembre 2010 à 07:51 | | 0 commentaire(s)|

Kolda : Aboubacry Diallo SG régional de l’ODES     « Des secrétaires généraux qui ne gèrent que des intérêts crypto personnels »
La situation est inquiétante et préoccupante. A Kolda, il existe encore des enseignants vus aux examens professionnels (CAP CEAP) des sessions de 2000 à nos jours qui n’ont pas reçu leurs actes de reclassement. Malgré la décision du gouvernement de reclasser tous les enseignants titulaires de ces diplômes, oh combien de fois important dans leur carrière, car leur permettant d’accéder à la fonction publique, c’est le « statu quo ». Tantôt on leur fait comprendre que les dossiers de reclassement sont en cours de traitement, tantôt les secrétaires généraux locaux de syndicats soulignent un problème au niveau du ministère. Ainsi, beaucoup d’enseignants de l’élémentaire ont dû reconstituer leurs dossiers dans l’espoir d’être reclasser au plus vite ; afin de sortir de ces conditions précaires et du calvaire dont ils vivent au quotidien. Face à cette situation, le secrétaire général régional de l’O.D.E.S (organisation démocratique des enseignants du Sénégal), monte au créneau et dénonce ce qu’il appelle « l’intérêt crypto personnel des secrétaires généraux locaux ». En réalité, ces derniers ne sont là que pour « leur propre intérêt », a t il martelé. Et Aboubacry Diallo d’ajouter « nous avons constaté que certains secrétaires généraux de syndicats d’enseignants aussi bien nationaux que locaux, ne jouent pas franchement le jeu ». Et pour preuve, affirme t il « à Kolda au moment où des enseignants attendent depuis 2000 pour être reclasser, certains secrétaires eux, pensent à leur propre promotion, devenant ainsi des professeurs, des principaux et des détachés ». L’injustice est d’autant plus grande selon lui, que souvent ces secrétaires généraux pensent à diligenter la situation de leurs amis et proches au détriment des autres syndiqués. Très engagé, Aboubacry Diallo et ses camarades entendent relever le défi, par le suivi correct du processus de reclassement, la formation de nouveaux militants en matière de syndicalisme et sur le plan pédagogique. Ceci est d’ailleurs l’objectif principal de l’O.D.E.S, un nouveau syndicat créer en octobre passé et dont le secrétaire général national se trouve être Ibrahima wane, en service au ministère de l’éducation national a-t-il fait savoir. A en croire ce dernier, ce syndicat qui se veut crédible est entrain de se massifier dans la localité. En espace de deux mois, le syndicat a noté 184 adhérents. Parmi eux, des enseignants qui occupaient des postes stratégiques au niveau d’autres syndicats. « Le concret, c’est nous » dira Aboubacry car en un laps de temps, l’O.D.E.S a pu régulariser 66 arrêtés de reclassement. Concernant toujours les nombreuses difficultés que rencontrent les enseignants dans la région, le secrétaire général régional de L’ODES lance un appel au coordonnateur du C.U.S.E (cadre unitaire des syndicats d’enseignants), de descendre à la base pour mieux s’imprégner des réels problèmes des militants.

Bocar Kandé leral.net






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image