leral.net | S'informer en temps réel

La Société civile prend date

«Le Sénégal dont le taux de prévalence nationale du Sida est estimé à 0,7% pourra respecter les engagements mondiaux pour l’émergence d’une génération sans sida. Nous avons déjà amorcé le passage à l’échelle dans le cadre du Programme de transmission mère-enfant (Ptme) grâce à la mobilisation de tous les acteurs communautaires. » L’assurance a été donnée hier mercredi par Massogui Thiandoum, chargé de programme de l’Alliance nationale de lutte contre le Sida au Sénégal (Ancs). C’était à l’occasion de la quatrième journée de la Conférence mondiale sur le Sida dont la clôture des travaux est prévue ce vendredi à Washington.


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Juillet 2012 à 17:17 | | 0 commentaire(s)|

La Société civile prend date
Les travaux des différentes sessions de la conférence internationale sur le Sida se poursuivent intensément à la Convention center de Washington Dc. L’objectif commun de tous les participants c’est de maintenir les acquis réalisés dans la lutte contre cette pandémie mondiale. Ainsi, suite à l’appel lancé au monde entier pour faire émerger une génération sans sida, les acteurs sénégalais de lutte contre la maladie qui se sont déplacés en masse aux Etats Unis ont décidé de ne pas baisser les bras dans la croisade contre cette épidémie. Ils veulent rester en phase avec les préoccupations mondiales. La société civile sénégalaise a fait remarquer à la conférence que le Sénégal avait déjà une bonne longueur d’avance sur la nouvelle voie que vient de tracer la communauté internationale.

A en croire Massogui Thiandoum, le chargé de programme de l’Ancs, « le programme sénégalais visait le ciblage des femmes enceintes et leurs orientations vers les services de consultation prénatales » Les femmes se font dépistées, selon lui, au niveau des structures de santé. Rien qu’au niveau de l’Ancs avec la collaboration de l’Asbef, Swaa et Acdev 481 759 femmes enceintes ont pu être sensibilisées et dépistées cette année dans le cadre du programme du Fonds mondial. Selon toujours le chargé de programme de l’Ancs, «les avancées de la science ont permis actuellement de lutter efficacement contre la transmission de la mère à l’enfant. Mieux, si une femme séropositive est bien suivie, elle pourra faire naitre au monde un enfant sans sida. C’est pour cela qu’il faudrait que l’ensemble des femmes enceintes songent à se faire traiter très tôt pour qu’on puisse les prendre en charge,» a-t-il encore plaidé.

Il faut rappeler également qu’hier, une grande marche a été organisée par les activistes mondiaux à travers les rues de Washington jusqu’à la maison blanche pour exhorter les partenaires et les pays donateurs à soutenir et à maintenir le financement accordé pour la lutte contre le Vih.

Plusieurs manifestants soutiennent que leur action vise à maintenir les résultats palpables réalisés au cours de ces 30 années et qui ont permis à un grand nombre de personnes vivant avec le VIH d’avoir accès au traitement dans le monde et de réduire sensiblement la propagation de l’épidémie au niveau mondial.

D’autres organisations internationales de la société civile sont également en train de mener des tractations avec les bailleurs pour un meilleur accès aux financements des organisations de la société civile partenaires incontournables dans la réponse pour la neutralisation du VIH.


Source:sudonline.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image