leral.net | S'informer en temps réel

La dalle d'un bâtiment s'affaisse et blesse un maçon


Rédigé par leral.net le Vendredi 29 Août 2014 à 11:57 | | 1 commentaire(s)|

La dalle d'un bâtiment s'affaisse et blesse un maçon
Les habitants du quartier Santa Yalla sis à Rufisque 2 ont été, hier matin, les témoins d’une scène d’horreur. Un maçon qui procédait au décoffrage d’une dalle dans une maison a, en effet, vu celle-là s’affaisser sur lui, le blessant au pied et lui causant plusieurs égratignures.

Un blessé grave. C’est le bilan de l’accident de travail qui s’est déroulé, hier matin, au quartier Santa Yalla de Rufisque, quand la dalle d’une maison en construction a cédé. Un maçon qui procédait au décoffrage d’une dalle posée, il y a seulement quelques jours, a échappé à la mort.

Plus de peur que de mal

N’eût été la promptitude des bonnes volontés pour le tirer des décombres, il aurait péri avant l’arrivée pourtant des sapeurs pompiers de Rufisque. Il était déjà 10 heures passées quand le bruit assourdissant de l’effondrement de la dalle a ameuté tout le quartier, comme si un gros baobab venait de s’affaisser. Il s’en est suivi un brouhaha indescriptible avec les cris des femmes qui pleuraient craignant le pire.

Une vendeuse de poissons s’est même évanouie derrière son étal en apprenant qu’un maçon était emprisonné dans les décombres. Les gens couraient dans tous les sens. Un électricien auto, Issa Lèye, a eu l’état d’esprit d’appeler les sapeurs pompiers. Au même moment, son ami Chérif Ndiaye, comme un soldat qui passait le parcours du combattant, sauta par-dessus la maison contigüe et s’infiltra à travers les décombres malgré le danger du mur qui ne tenait plus bien. Aidé par d’autres secouristes, il a réussi à tirer le maçon des décombres. Pris de panique, ce dernier n’avait que ses yeux pour constater les faits, conscient qu’il venait d’échapper de justesse à la mort. Complètement ensanglanté, il attendait les sapeurs pompiers qui l’évacuèrent sur le champ à l’hôpital, après les constats d’usage. Avisé, le propriétaire de la maison n’est pas arrivé sur les lieux. Toutefois, Mamadou Sarr, technicien en bâtiment, a décelé les manquements dansla construction de cette maison.

Non-respect des normes de construction

Une question de sécurité publique et sociale est ici posée. C’est ce qu’a dénoncé Mamadou Sarr. «La première faute technique dans ce bâtiment, c’est les attentes des poteaux. Vous pouvez remarquez que les poteaux n’ont pas des attentes. Les poteaux sont rasés sur le mur. C’est très grave, c’est une faute technique, car la dalle ne peut pas s’affaisser et emporter le chaînage», a-t-il fait remarquer. Il dit ne pas comprendre que le maçon ait mis un poteau sur le balcon, sans pour autant mettre un poteau à l’intervalle du côté de l’intérieur pour supporter le poids de la dalle. Mamadou Sarr est convaincu que si le maçon avait repris le poteau du mur du rezde- chaussée sans le poser sur le balcon, il n’y aurait jamais eu ce drame. «Une poutre noyée qui n’est posée sur rien, sinon le vide, est un danger. C’est un poids qui est dans le néant et finalement ça va céder. Il y a aussi que les maçons ont l’habitude de décoffrer dans les quinze jours. Ce n’est pas bien quant on utilise du fer de 6, 8 ou 10. Ce n’est pas adéquat. C’est trop risqué», a signalé Mamadou Sarr.


Source:Le Populaire






Hebergeur d'image