leral.net | S'informer en temps réel

Le Sénégal perd son calme

Ce pays, considéré comme l'un des plus stables d'Afrique, refuse un autre mandat au président Wade, 85 ans.

Dakar et sa banlieue se sont réveillées hier matin, assommées par une nuit d'émeutes. En colère contre les coupures d'électricité, des manifestants avaient saccagé et incendié plusieurs bâtiments publics, dont les bureaux de la Société nationale d'électricité, la Sénélec, dans le quartier de la Patte d'Oie. Dans la banlieue de Pikine-Guiédawaye, le siège des services fiscaux avait été totalement pillé. De Ouakam, au nord-ouest, à Guédiawaye à l'est, en passant les quartiers populaires proches du centre-ville, des agences de la Sénélec, des édifices municipaux ou de l'Etat avaient été attaqués, leurs archives éparpillées, vitres cassées ou voitures calcinées. La veille des scènes semblables avaient agité Mbour, ville côtière à 80 kilomètres au sud de Dakar, restée 48 heures sans électricité, ainsi que Thiès, au centre, et Mbacké et L-Kaolack, au sud.


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Juin 2011 à 19:47 | | 2 commentaire(s)|

Le Sénégal perd son calme
Voilà des mois que le Sénégal subit des coupures d'électricité qui perturbent gravement l'activité économique, notamment le petit commerce, et augmentent le mécontentement de la population contrainte au chômage. Or de plus en plus de Sénégalais affirment que les défaillances dans la distribution de l'électricité coïncident l'arrivée au pourvoir d'Abdoulaye Wade en 2000. Parallèlement, la détermination de celui-ci à garder la présidence attise la colère qui couve.

La transmission au fils

Le 23 juin, déjà, des troubles avaient agité le pays. A Dakar, des affrontements avec les forces de l'ordre avaient fait 102 blessés, dont 13 policiers. Les manifestants dénonçaient un projet de loi du président Abdoulaye Wade, 85 ans, au pouvoir depuis 11 ans, visant à permettre, dès février 2012, l'élection simultanée d'un président et d'un vice-président avec un minimum de 25% des voix au premier tour. Traduit par l'opposition, ce texte n'avait qu'un but : favoriser la réélection d'Abdoulaye Wade et lui permettre de transmettre le pouvoir à son fils Karim. A l'issue de son premier mandat de 7 ans, celui-ci était parvenu, en 2007, à se faire reconduire dans ses fonctions grâce à une modification de la constitution.

La semaine dernière, plus de 60 partis politiques et organisations de la société civile se sont rassemblés au sein d'un « Mouvement du 23 juin 2011 » qui, affirme l'ex-Premier ministre, Moustapha Niasse, chef de l'Alliance des forces de progrès (AFP), regroupe « toutes les composantes actives du pays qui veulent le changement dans la paix, dans le calme ». Il recevait le soutien du chanteur Youssou Ndour et du rappeur Didier Awadi. Pour ce dernier, « toute cette agitation, tout ce mouvement populaire (...) disait simplement qu'on ne veut plus de ce régime ». Il ajoute : « Que M. Wade aille à la retraite, parce que je pense qu'il mérite sa retraite aujourd'hui à 85 ans ».

Devant l'ampleur de la contestation, Abdoulaye Wade a finalement retiré son projet. Mais un malaise profond demeure. Et il est ancien. L'an dernier, l'inauguration du « Monument de la Renaissance africaine », gigantesque structure de bronze et de cuivre, de 52 mètres de haut, sur une colline de Dakar, l'avait attisé. Ses détracteurs jugeaient le coût de l'opération (plus de 15 millions d'euros) exorbitant pour un pays en crise.

Par Alain Vincenot



1.Posté par ... le 28/06/2011 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les oppssant doivent revenir à la raison.Wade a étè porté à la tete de ce pays de feçon democratique.La jeunesse consciente, qui l'avait porté au pouvoir est là toujours debout. Descendez sur le terrain avec vos programmes et les electeurs, choisiront liberment le candidat de leur choix. Contester la candidature de Wade est pire que le Ticker.

2.Posté par silatigui le 28/06/2011 20:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo aux jeunes qui ont sccage le repaire des brigands, la corne du diable que constitue le centre fisacl de guediawaye !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image