leral.net | S'informer en temps réel

Le ramadan de Tons

Quand il s’est agit de construire pour la mosquée une nouvelle toiture en ces temps d’hivernage qui rime avec ramadan, Tons leva la main et décida ourbi et orbi qu’il serait le principal bailleur. Qu’il en avait les moyens et la surface financière nécessaire.


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Juillet 2012 à 17:43 | | 0 commentaire(s)|

Le ramadan de Tons
Dans l’assistance tout le monde écarquilla les yeux. Tons était connu de tous pour son attachement excessif à ses deniers et son désir de les accumuler. Ses congénères disaient de lui qu’il était un vrai mange mil. Prêt à profiter des autres mais sans jamais bourse déliée. Voici qu’il surprenait son monde. Dans cette subite générosité quelqu’un flaira un coup fourré.

Tons jura de tous les saints que la générosité était la fille aînée du ramadan. On laissa Tons faire. Il se fit conducteur des travaux, surveillant avec efficacité l’exécution des maçons. Le plafonneur avait à peine posé le dernier enduis que Tons déclara qu’il serait désormais imam à la place de l’iman. Le perchoir lui revenait de plein droit sinon la mosquée prendrait le nom de «Mosquée sans toit». On fit les «sapé» et l’on propulsa Tons au-devant des fidèles.

D’une voix rauque, il commença la prière quand son portable fit ring et une voix radiophonique de lui annoncer que son numéro de téléphone lui rapportait cent mille francs au tirage du «Ndogu de la chance». Tons se retourna vers l’imam titulaire pour lui dire «Imam dieuleul seu palass. 100.000 francs sukaru koor la. Ken du ka xarlo». Et un fidèle de lui emboiter le pas pour lui souffler à l’oreille : «bayil ma escorter la»


Source:sudonline.sn






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image