leral.net | S'informer en temps réel

Légalisation de l’avortement au Sénégal: une véritable problématique

LERAL.NET La question de la légalisation de l’avortement au Sénégal risque de refaire surface lors de la Journée de l’infirmier ce 12Mai.


Rédigé par leral.net le Samedi 12 Mai 2012 à 20:00 | | 4 commentaire(s)|

Légalisation de l’avortement au Sénégal: une véritable problématique
« L’Etat comme je le défends partout, doit légaliser l’avortement médicalisé ; ce qui certainement aurait permis à la jeune de neuf ans violée, de ne pas perdre la vie deux jours après avoir, par césarienne, donné la vie » soutient-Awa Ndiaye ancienne ministre lors de sa visite au centre de guidance infantile de Thiès d’après L’Enquête repris par leral.

Sa position est renchérie par Fatou Kiné Camara. «Cette question ne devrait pas être un débat car il s’agit de respecter la Constitution, à travers l’ article 14 du Protocole de la charte africaine sur les droits des femmes, qui donne aux femmes le droit le droit de décider de leur maternité( donc de mettre un terme à une grossesse non voulue) et d’autre part impose à l’Etat de donner accès à l’avortement médicalisé », argue Fatou Kiné Camara juriste.

Cependant cette position n’a pas encore l’adhésion de tous les sénégalais, selon Mme Maguette Sy Gaye présidente du réseau Siggil Jiggéen sage –femme de formation. « On a eu à participer à différentes concertations sur la question mais nous estimons que les Sénégalais du fait des pesanteurs socioculturelles, ne sont pas prêts à accepter la dépénalisation de l’avortement, même en cas de viol et inceste », martèle-t-elle. Une position partagée par les religieux.

Toutefois, pour iman Assane Seck titulaire d'une maîtrise en droits islamiques, c'est une farce de l' occident."L'Occident veut nous imposer ses modes de vie et ses règles qui ne sont pas conformes à nos valeurs et croyances. Le prétexte des grossesses non désirées, d'avortement sécurisé ou médicalisé, ne passera pas. C'est juste un moyen d'encourager la liberté sexuelle et de pousser nos femmes vers le libertinage sexuel" avertit le religieux.



1.Posté par pos d''''''''''''''''''''''''''''''''importance le 13/05/2012 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous qui êtes pr la légalisation de l'avortement, j’espère que vs n'êtes po dé musulmans.

2.Posté par ndiaye le 14/05/2012 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c`est triste de creer des lois qui nont aucune valeurs chez nous autre ment di de copier ce que les occidantaux font
sa ne fait k autoriser nos jeunes a faire des enfants et ensuite les faire avorter
pourtant si je me trompe pas l`avortement est condamne chez nous oubien et pourkoi ve,ir aujourdui l`autoriser
suivez la religion au lieu de creer des circontances sit disant des lois ki relfetent pas a nos valeurs
Que Dieu ne vous done pas les facultes de voter cette lois

3.Posté par daniel petit (dit papa ndiaye" le 17/05/2013 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est triste de lire les commentaires qui vont à l'encontre des "Droits de la Femme, qui donne à celles-ci, le droit de décider de leur maternité." - Article 14 du protocole de la Charte africaine.
Il est inquiétant de penser que beaucoup d'hommes africains sont des machos, des vaniteux, qui ne pensent qu'à leur bien-être. Qui ne respectent pas leurs soeurs, leur(s) femmes et celles des autres. L'avortement est devenu une affaire courante dès le début du pouvoir musulman, avec le consentement des Ulémas. Les Fogahas le déclare licite (sous condition). Relisez les pensées de Mahomet (570 - 632) ou taisez-vous. Cela vaudra beaucoup mieux

4.Posté par daniel petit (dit papa ndiaye) le 17/05/2013 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute approche religieuse ou morale islamique des problèmes de la reproduction a son point de départ dans un fait historique dénommé "AZL". AZL est le coït interrompu que pratique le Prophète lui-même, ainsi que ses commensaux avec sa permission expresse, et qui fut depuis considéré par les musulmans comme légitime et licite puisque Mahomet, lui-même s'y était adonné. Que les pourfendeurs des Droits des Femmes essais de s'instruire sur ce qu'est réellement l'Islam, avant d'écrire de telles erreurs de jugement.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image