leral.net | S'informer en temps réel

Les femmes soldats impatientes d’obtenir l’autorisation de se marier: Deux demandes rejetées pour… vices de forme

Au départ, elles avaient l’esprit et le corps obnubilés par la passion de l’uniforme. Mieux, elles éprouvaient un immense sentiment de fierté de servir sous les drapeaux, de crapahuter, de galérer dans les tranchées de Casamance, d’effectuer mille fois le parcours du combattant, de servir sur tous les théâtres d’opérations du monde.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Octobre 2012 à 20:00 | | 4 commentaire(s)|

Les femmes soldats impatientes d’obtenir l’autorisation de se marier: Deux demandes rejetées pour… vices de forme
Et ce, quitte à mourir célibataires ! Hélas, après cinq dans les rangs de l’Armée, les filles qui s’étaient enrôlées en faisant des sortes de vœux de chasteté viennent de comprendre finalement que la vie dans la Grande muette, ce ne sont pas seulement le maniement des armes et les défilés sur le boulevard du Centenaire. Car, en dehors du terrain, la vie militaire se poursuit dans les casernes où elles sont appelées à fonder une famille. Etant finalement des jeunes filles comme les autres, même si elles portent l’uniforme, elles aspirent à se marier comme toutes les autres de leur âge et à fonder des foyers ! Seulement voilà, dans l’Armée, on ne se marie pas comme on veut, quand on veut et avec qui on veut… Le « Al khayri » ou le « oui » devant le maire est en effet soumis est en effet soumis à autorisation… Eh oui, ce n’est pas comme chez les civiles et nos braves soldates l’apprennent à leurs dépens…

7 janvier 2008, il y a presque cinq ans, l’Armée sénégalaise accueillait dans ses rangs les toutes premières femmes militaires. Elles étaient 300 filles recrutées dans trois contingents. La première promotion des femmes pionnières était composée de 120 soldats. Cette incorporation dans les rangs était rendue possible par un décret historique signé par le président de la République d’alors, Me Abdoulaye Wade, Chef Suprême des Armées autorisant les femmes à s’enrôler dans l’Armée sénégalaise dont les rangs étaient jusque-là exclusivement réservés aux hommes. Une mesure salutaire du fait qu’elle symbolisait désormais la parité hommes-femmes dans tous les domaines de la vie nationale. Et de fait, il ne restait plus que le domaine militaire pour faire tomber la dernière Bastille — comme aime le dire Mamadou Oumar Ndiaye — qui résistait encore aux coups de boutoirs des femmes sénégalaises. Près de cinq ans après cette décision historique, force est de reconnaître que le président Abdoulaye Wade n’avait pas finalement eu tort d’ouvrir les rangs de l’Armée — surtout au niveau de la troupe puisqu’il existait déjà des médecins femmes — à la gent féminine. En effet, nos braves « soldates » ont prouvé leur courage et leur compétence professionnelle aux cotés des hommes. Mieux, la plupart des femmes militaires issues du premier contingent sont devenues des gradées puisqu’elles portent les grades de caporal-chef ou sergent après avoir réussi avec brio aux examens et concours comme le CAT 1 ou le CIA qui permettent d’accéder à ces grades. Des examens d’aptitude faits au même titre que les hommes dans les différents parcours du combattant mais aussi dans les salles de classes.

En tout cas, avec la volonté, l’engagement et la détermination, ces militaires du rang, pour ne pas dire ces femmes de troupe, ont pu montrer qu’elles sont bien parties pour faire une très belle carrière dans l’Armée. Seulement voilà, ces braves demoiselles sont confrontées à deux situations, disons deux handicaps, d’ordre disciplinaire et social. Coté discipline, il leur est strictement interdit de tomber enceintes pendant la durée légale, c’est-à-dire avant de boucler deux ans de service. D’ailleurs, il y a deux ans, « Le Témoin » avait révélé la radiation de huit d’entre elles pour… grossesses. Eh oui, elles n’avaient pas su serrer les cuisses ! Une faute très lourde que l’Etat-major général des Armées avait tenu à sanctionner en appliquant le règlement militaire dans toute sa rigueur. Une sanction salutaire et dissuasive du fait que, depuis lors, aucun cas de grossesse n’a été signalé au sein du personnel féminin des armées. A moins qu’elles n’utilisent des méthodes contraceptives efficaces, si elles ne forcent pas leurs partenaires à porter des préservatifs… Car, sinon, il est douteux qu’elles soient devenues brusquement chastes !

L’autre équation à résoudre pour elles, c’est de faire très tôt des enfants comme l’exige ou le recommande la société sénégalaise avec ses mille et une réalités. À cet effet, les femmes soldats sont traumatisées par la perspective d’atteindre la ménopause ou, en tout cas, de devenir vieilles filles sans avoir eu des enfants. Et surtout la ménopause précoce qui survient en général avant l'âge de 40 ans. Et comme on leur interdit la grossesse pendant la durée légale du service, et même, par principe disciplinaire, après la durée légale, elles s’impatientent alors de convoler et de procréer dans les liens du mariage conformément à leur religion.

Pour les hommes de troupe, l’autorisation de mariage survient après cinq ans de service. Et normalement si les femmes n’ont pas de statut social particulier, elles peuvent formuler une demande d’autorisation pour contracter mariage au bout de cette demi-décennie de service. Le problème, c’est qu’aucune d’entre elles n’a encore atteint les cinq ans de présence sous les drapeaux. Et ce même si leurs camarades de la première promo ne sont plus loin de ce délai. A en croire un officier, en effet, ces pionnières vont boucler leurs cinq ans de service dès le mois de janvier prochain. « Si ces femmes n’ont aucun statut particulier, elles seront autorisées à choisir leur époux au même titre que les hommes » nous confie cet officier de l’Armée, à défaut d’avoir la position de la Dirpa sur cette question.

Certaines parmi elles, conscientes de la proximité de ce « dead-line », ont voulu anticiper. En effet, deux demandes d’autorisations de mariages introduites auprès des états-majors auraient été rejetées pour « vice de forme ». Pourquoi ? « Je ne peux pas me prononcer sur une demande que je n’ai pas lue. Mais je suis persuadé que l’intéressée n’a pas respecté la forme et la rigueur procédurale. Ou alors, elle a introduit sa demande sans être dans les délais c’est-à-dire les 5 ans de service. De toute façon, quel que soit le cas de figure, ces filles seront appelées à se marier un jour. Et le ministère des Forces armées sera obligé de leur donner cette autorisation selon le règlement militaire » souligne notre interlocuteur.

Une chose est sûre, les femmes militaires sont pressées de se marier pour fonder une famille avec des enfants. De nombreux enfants ! « Est-ce qu’on aura le temps biologique nécessaire pour faire beaucoup d’enfants si on le désire puisque la plupart d’entre nous vont bientôt avoir 28 ou 30 ans ? » se lamente une soldate servant dans une unité à l’intérieur du pays.

Ah le mariage ! Ce plus beau jour de la vie, les femmes soldats comptent le célébrer en grande pompe. Mais bon, faisons preuve d’optimisme et disons-nous que, durant cette année 2013 à venir, les cercles-mess et les foyers des casernes militaires réserveront des dates pour les bals de mariages de ces charmantes militaires du rang…


Pape NDIAYE

Le Témoin N° 1102 –Hebdomadaire Sénégalais (OCTOBRE 2012)







1.Posté par ILLB le 27/10/2012 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Degoutant comme article!

2.Posté par FocusActu le 28/10/2012 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

3.Posté par doudou ba le 28/10/2012 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans quelle partie du discours de Idrissa Seck y'a-il egratignures ? Idy, a au contraire bien defendu le gouvernement..

4.Posté par Toobalist.com le 29/10/2012 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Achetez et vendez du tout sur www.toobalist.com , le premier site senegalais et africain d'annonces gratuites et exposez vos produits a des millions de potentiels clients a travers le monde.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image