leral.net | S'informer en temps réel

Les «sonateliens» maintiennent la pression : Encore quarante-huit heures de black out

L’intersyndicale des travailleurs de Sonatel renouvelle son mouvement de grève. Après leur première journée du jeudi dernier, les camarades de Mamadou Aïdara Diop ont décidé de bouder, encore, le travail aujourd’hui et demain.


Rédigé par leral.net le Mardi 22 Novembre 2011 à 02:49 | | 1 commentaire(s)|

Les «sonateliens» maintiennent la pression : Encore quarante-huit heures de black out
Les travailleurs de Sonatel remettent ça. 5 jours après sa ‘grève d’avertissement’ de 24 heures, jeudi dernier, l’intersyndicale des travailleurs de Sonatel a décidé de monter la pression sur l’Etat pour obtenir le retrait du décret 2011-1271 du 24 août 2011 abrogeant et remplaçant le décret N°2010-632 du 28 mai 2010 instituant un système de contrôle et de taxation des communications téléphoniques internationales entrant au Sénégal. Les camarades de Mamadou Aïdara Diop, coordonnateur de l’intersyndicale des travailleurs de Sonatel, vont, pour ce faire, encore bouder leurs postes pendant deux jours. En effet, après évaluation de leur mouvement, ‘presque suivi à 100 %’, l’Etat les avait conviés à des négociations qui n’ont débouché sur aucune mesure concrète.

C’est pourquoi, révèle Mamadou Aïdara Diop, au terme de leur assemblée générale d’hier après midi, les travailleurs ont convenu de passer à une vitesse supérieure. ‘Nous avons été reçu hier par le ministre en charge des Télécommunications, en compagnie du ministre du Travail. Ils nous ont suggéré de suspendre nos actions et de mettre en place un cadre de concertation. Nous leur avons dit que s’ils suspendent le décret nous suspendrons notre mouvement de grève. Nous, nous sommes prêts pour la concertation sur tout ce qui se fait dans le secteur. Si on a des choses concrètes, on prend, mais si on n’en a pas on continue notre grève’, déclare Diop.

Ainsi, devant ce dilatoire des autorités, l’intersyndicale des travailleurs de Sonatel va poursuivre, crescendo, son combat. De 24 heures, ils passent en effet à 48 heures.

Interpellé sur l’impact que pourrait avoir cette nouvelle grève sur la qualité du réseau de télécommunication, Mamadou Aïdara Diop, note qu’un mouvement de deux jours sur un réseau qui est en maintenance à feu continu ne manquera pas de laisser des traces. ‘Le réseau risque de dégénérer si les travailleurs qui s’en occupaient 24 heures sur 24 sont en grève. Nous déployons des équipes toute la nuit pour surveiller le réseau et régler les problèmes sur tout le territoire national. Donc, si les travailleurs aillent en grève, nous ne pouvons pas garantir qu’il n’y aurait pas de problèmes’, fait-il savoir.

Argument corroboré par El Hadji Malick Bâ, le secrétaire général de l’amicale des cadres de Sonatel qui explique néanmoins qu’ils ne vont pas en grève pour saboter le réseau. ‘On ne sabotera pas le réseau. Mais, un système automatique, quel qu’il soit, a parfois besoin de l’intervention humaine pour pouvoir fonctionner correctement. Si le nombre de jours de grève augmente, cela ne manquera certainement pas d’avoir des incidences sur le réseau. Car, un réseau sans intervention peut forcément connaître des dysfonctionnements’, explique-t-il.

Mais, c’est là où ça craint pour les usagers des télécoms. Cela, parce que les travailleurs de Sonatel se disent aussi déterminés que l’Etat à aller jusqu’au bout de leur lutte.‘Nous utiliserons tous les moyens légaux pour faire face et résister jusqu’au bout’, dit-il.



walf.sn



1.Posté par Bara le 22/11/2011 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'espère que l'on collera une amende très salée à la Sonatel pour service défaillant si jamais leur réseau est perturbé par cette grève. C'est du jamais vu et c'est même pathétique, des employés du privés qui font grève contre l'Etat.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image