leral.net | S'informer en temps réel

Louga: Le pan du mur d’une Maison s’écrase sur une famille: Un enfant de quatre ans meurt, le père et ses trois autres enfants évacués à l’hôpital.

Un drame s’est produit dans la nuit du samedi au quartier Artillerie de Louga. Il était environs vingt et une heures lorsque, sous le climat chaud qui sévit en ces moments de pré-hivernages, la famille de Bocar, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, a choisi de tromper cette canicule en s’intallant dans la cour de leur maison.


Rédigé par leral.net le Samedi 5 Mai 2012 à 13:39 | | 0 commentaire(s)|

Louga: Le pan du mur d’une Maison s’écrase sur une famille: Un enfant de quatre ans meurt, le père et ses trois autres enfants évacués à l’hôpital.
Mais en le faisant, ils igoraient qu’ils avaient rendez vous avec le danger. Quelques minutes seulement après avoir pris place sur la natte avec ses quatre enfants, un bruit fort s’invite dans l’atmosphère jusque là paisible de la maison. Le temps de réaliser ce qui devrait se passer à cet instant, le mur de la maison s’abat sur Bocar et ses quatre enfants qui commençaient à être gagnés par le sommeil. Le bruit alerte le voisinege qui rapplique sur les lieux et contate, médusé, que tous les membres de la famille étaient sious les décombres. Très vite les secours s’organisent pour sauver les victimes. Mais ils constateront que l’un des enfants âgé de quatre ans est mort sur le coup. C’était la consternation totale des riverains qui, sans démordre continunt de tirer les autres des décombres. Tous les quatre autre autres ont subi de sérieuses blessures et acheminés tous par les services d’un véhicule particulier de passage dans les environs au moment du sinistre, à l’hôpital régional Ahmadou Sakhi M’Baye de Louga. C’est finalement le père et tous ses enfants qui ont subi les foudres du sinistre dont le plus malheureux, à succombé de ses blessures sur place.
Un événement douloureux qui pose à nouveau l’épineux problème du contrôle par les services de la protection civile des bâtiments et autres constructions vieillissantes. Car là, au premier constant, le mur qui a causé cet accident était dans un état de délabrement tel qu’il ne pouvait résister au moindre coup de vent.
Le second enfant de Bocar Diop est décédé quelque heures aux environs de dix heures. Pendant ce temps, un des enfants est encore en réanimation alors que le père, selon des sources proches de l’hopital a le buste fracturé.



SOURCE:XALIMA NEWS






Hebergeur d'image