leral.net | S'informer en temps réel

Macky: 3 ans, grandes annonces...petits effets

Depuis le 25 mars dernier, le Président Sall a entamé la 4éme année de sa présidence marquée au début par le Tohu Bohu de la traque des biens supposés mal acquis, du tâtonnement quand à la couleur à donner à sa Présidence, et comme nous le verrons beaucoup de grandes annonces suivies de peu d'effets sur le terrain du concret, terrain où l'attendent les Sénégalais au tournant. Mais avant tout commençons par le commencement.


Rédigé par leral.net le Dimanche 3 Mai 2015 à 12:41 | | 4 commentaire(s)|

Macky: 3 ans, grandes annonces...petits effets
L’avènement du «Président Yakaar»

C’était le 26 Mars 2012, plébiscité de prés de 65% des voix, Macky Sall devenait le premier Sénégalais né après les indépendances à être élu Président de la République et de quelle manière. Le premier aussi à faire entrer une première dame «sénégalaise bon teint» et du thiouraye au palais? Le premier à «décider» de la réduction de son mandat dès son élection pour réintroduire le quinquennat alors qu'il a obtenu un mandat de 7 ans. Autant de premières pour susciter de grands espoir de la part des Sénégalais et tous les ingrédients pour le début d'une grande histoire d'amour entre nous et le «Président Yakaar». Et puisque l'espoir fait vivre, ne pourrions-nous pas vivre de Yakkar et d'eau fraîche? Pour l'eau fraîche malheureusement il faudra compter avec la SDE qui comme on le sait aime à nous pomper l'air, mais pas toujours nous pomper l'eau. Au moins pour l'espoir nous serions servi par le Président en personne. C'est le chapitre des grandes annonces.

Grandes annonces et grands espoirs

Dès les premières semaines de son élection, le Président Yakaar ne se dérobait pas, il entamait les grandes annonces qui allaient colorer les premières années de son magistère. Réduction du mandat de 7 à 5 ans, prise en charge de la demande sociale, bourses de sécurité familiale devant sortir 250.000 familles de l’extrême pauvreté, Couverture Maladie Universelle pour les enfants de moins de 5ans, tournées économiques dans nos régions avec à chaque fois leur lots d'annonces de milliards, Reddition des comptes et «traque des biens mal acquis» création de 100.000 emplois par an pour les jeunes, autosuffisance en riz, Groupe Consultatif et déferlement de milliards sur le Sénégal, Création d'un fonds souverain, Plan Sénégal Émergent. Autant dire que l'espoir nous etait de nouveau permis avec même un grand E cette fois. Mais 3 ans plutard que reste-t-il vraiment de ses «grandes annonces»?

Mesures grandement symboliques et petits effets

Le constat est sans appel malgré les grandes vagues d'espoirs suscités les unes après les autres par le Président Yakkar qui ne s'est pas prier pour surfer dessus, ses réalisations elles ne peuvent pas se prévaloir d'un tel sobriquet. Même avec beaucoup de complaisance ces réalisations se comptent sur les doigts d'une main et pas toutes.

• La première chose qui vient à l'esprit bien sur, c'est l’érection en un temps record du Centre International de Conférence Abdou Diouf pour les besoins de la Francophonie. Puis viennent une série de mesures à grande valeur symbolique mais aux effets limités.

• La reddition des comptes symbolisée par et limitée au procès Karim Wade en est la plus parfaite illustration. Depuis les Sénégalais ont un seul mot à la bouche «Tout ça pour ça»? On nous avait annoncé des milliards de Francs cfa détournés et reversés dans les caisses de l’État. Il y'a même eu cette fameuse conférence de presse d'une certaine ancien ministre de la justice ou devrais je dire ancien ministre d'une certaine justice qui avait brandi un chèque de 2 milliards à l'appui pour justifier sa traque et son efficacité. La suite on la connaît, ça a fait long feu, Quand à Karim Wade dont nous a annoncé qu'avec les derniers de l’État il s’était payé tous les aéroports du continent et l'un des premiers groupe portuaire au monde, et des milliards dans tous les paradis fiscaux du globe, on attend encore le premier milliards.

• La réduction de mandat: Au départ, ça devait être assez simple le Président Sall avait «décidé de faire 5 ans au lieu de 7» à l'arrivée (on se rend compte)? c'est plus compliqué qu'il n'y parait. Le Président Sall l'avait pourtant dit aussi clairement que possible, il ferait 5 ans au lieu de 7 et s'était même offert une note de grand démocrate par le maître ou plutôt par son homologue Français d'alors Nicolas Sarkozy devant les caméras du monde. Puis l'engagement s'est muée en référendum populaire qui installera le pays dans une campagne électorale permanente avec le risque d'avoir deux élections majeures en deux ans comme s'il s'agissait là d'une priorité pour les Sénégalais.

• La bourse de Sécurité Familiale dont l'objectif de départ était de soutenir 250.000 familles en 2015 avec des dotations de 8.000 f.cfa par mois et par famille. il a été inscrit un budget de 20Milliards f.cfa dans Loi des Finances 2015 soit pour un soutien à 200.000 familles. Si cette mesure est tout à fait louable, on reste dans le domaine du symbolique lorsqu'on sait qu'au Sénégal 46% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté, et que la population du Sénégal est proche des 15 millions de personnes, un petit calcul suffit pour savoir que la bourse de sécurité familiale pour être effective devrait concerner au moins 5millions de personnes.

• La Couverture maladie Universelle: Tout aussi symbolique que la dernière puisqu'une couverture maladie sérieuse ne se limite pas seulement à des consultations gratuites, puisque jamais -dans l'histoire de la médecine- une consultation fut-elle gratuite n'a guéri de malade. Il faudrait donc inclure la gratuité des soins et des médicaments qui restent la partie la plus onéreuses pour les couches défavorisées. Surtout qu'au Sénégal, les médecins et pédiatres patriotes n'ont pas attendu la CMU pour consulter gratuitement ceux de leurs patients qui n'ont pas les moyens de s'acquitter des frais de consultation.

• Tournées économiques : Ces tournées économiques avec conseils des ministres décentralisés devraient tous commencer par la mention d'usage «Ceci est une tournée économique, toute ressemblance avec une campagne électorale ou une tournée politique serait totalement fortuite» pour la forme. Pour le fond, ça reste sans-doute le plus grand tour de passe-passe du Président Yakaar. On réunit le gouvernement, on s'offre des bains de foule et des démonstrations politiques, on annonce des milliards à faire tourner la tête des pauvres habitants de ces villes qui, désabusés et n'y comprenant rien se mettent à espérer que tous leurs problèmes seraient réglés par le Président Yakkar..... Puis il se réveillent et il n'y a ni eau pour se rincer le visage, ni électricité pour voir le Président Yakaar à la télé.

• Création de 100.000 emplois jeunes par an. C'est la promesse la plus grotesque parmi toutes, promettre 100.000 emplois par an à des jeunes désabusés et au bord de la crise des nerfs tant leur avenir parait incertain, avec à l'appui l'organisation de sessions de recrutement où des milliers de jeunes espérants s’étaient rendus pour au final se voir expliquer que l’État n'avait pas vocation à créer des emplois.

Espérons encore et encore

Pour ce qui est du reste on a encore un dernier espoir dans le PSE et les projets y afférant, et on veut s'efforcer d'y croire jusqu'au bout même si on est encore à l'état de balbutiements, d'études de faisabilité, et de bricolage budgétaires.. Et même conscients que nous sommes que l’émergence ne se décrète pas, pas plus qu'on ne l'atteint en mode pilotage automatique où l'introduction d'une succession de paramètres suffit pour arriver à destination, on ne peut pas ou du moins on ne veut pas critiquer ce qui n'est encore visible.

Espérons -encore et encore ce mot- que ces projets ne subiront pas le sort de ceux cités plus haut, et surtout prions pour que lors du bilan en 2017 ou en 2019 le «Président Yakkar» ne devienne le «Président Tass Yakkar» Ce serait là bien trop pénible pour notre Sénégal et une désillusion sans précédant? Vraiment? Pour le savoir, rendez-vous dans un an pour voir dans quel sens iront les choses, parce que malheureusement la désillusion est proche.

Arabi Niasse
Juriste
Science Po Lyon
Rewmi France
arabiniasse@gmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image