leral.net | S'informer en temps réel

Manifestations du 23 juillet : Talla Sylla suggère une autre activité

« En décidant de manifester à la date qu’il a choisie pour parader nous ne faisons que pasticher quelqu’un qui ne sait plus où donner de la tête puisqu’il est lui-même dans la réaction », dit le leader du Jef Jel dans une contribution en date de ce jeudi.


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Juillet 2011 à 12:03 | | 0 commentaire(s)|

Manifestations du 23 juillet : Talla Sylla suggère une autre activité
Il suggère par exemple une autre activité en déclarant, « n’était-ce pas une formidable occasion pour organiser une journée d’inscription ou de retrait en masse des cartes d’identité nationale ou de celles d’électeur ? ».
Pour Talla Sylla, présentement c’est l’opposition qui a les cartes à la main et elle ne doit pas suivre Wade. « Depuis quelques semaines nous sommes sortis de l’improductivité de la réaction pour instaurer la méthode de l’action. Nous avons tous constaté qu’Abdoulaye Wade n’est pas à l’aise dans cet exercice et qu’il préfère mener les débats... ». Ainsi, « il ne me semble pas judicieux de suivre Abdoulaye Wade dans la parade du cygne dont le dernier chant retentit dans chacun des actes qu’il pose puisque le parti majoritaire, au Sénégal, est celui des citoyens qui ne militent dans aucun parti autre que celui de leur travail et de leurs familles », dit-il. Par ailleurs M. Sylla craigne des troubles, « à défaut de renoncer à cette manifestation suscitée il faut rassurer ceux qui même terrés chez eux auront la psychose des agressions et des actes de vandalisme et vous assurer que ceux qui manifestent portent des revendications pacifiques ».

Dans sa contribution, Talla Sylla demande aux politiques de respecter le choix du peuple et d’éviter une tentative de récupération. « Les manifestations du 23 juin 2011 devaient nous renseigner sur un changement en profondeur de la donne politique au Sénégal. A aucun moment les manifestants n’ont souhaité ou même invoqué le soutien des dirigeants politiques alors que les historiques de notre pays étaient à leurs cotés. Respectons ce choix et ne cédons pas à la facilité et à la tentation de vouloir les récupérer».


Ndiaga DIOUF pressafrik.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image