leral.net | S'informer en temps réel

Mobilisation annoncée des thiantacounes devant la prison : Rebeuss sous haute tension, ce vendredi

Ça risque d’être chaud aujourd’hui à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Rebeuss où est transféré, depuis lundi dernier, Cheikh Béthio Thioune. Un affrontement entre thiantacounes (les disciples du Cheikh) et policiers se profile à l’horizon en ce jour de visite dont les inconditionnels de Béthio comptent jouir au maximum.


Rédigé par leral.net le Vendredi 19 Octobre 2012 à 13:20 | | 10 commentaire(s)|

Mobilisation annoncée des thiantacounes devant la prison : Rebeuss sous haute tension, ce vendredi
Comme ils en bénéficiaient lorsque leur guide était détenu à la Mac de Thiès, les thiantacounes s’obstinent à avoir les mêmes privilèges pour voir leur Cheikh ce vendredi. Cependant, aucun appel à la mobilisation n’a été fait en ce sens par ses proches. Du moins, selon Ibrahima Bocoum de la cellule de communication. Joint hier au téléphone, M. Bocoum souligne : «De­main (aujourd’hui, Ndlr) c’est un jour de visite à Rebeuss. Il est possible que des thiantacounes se déplacent pour aller voir le Cheikh, du moment où ils sont munis de permis de visite. Cependant, on n’a pas appelé à une mobilisation.»

Le changement de Parquet -de Thiès à Dakar- n’inquiète pas pour autant ce dernier qui pense que les permis de visite délivrés par le juge d’instruction du Parquet de Thiès sont toujours valides. Même si ce transfèrement frappe de nullité ces papiers. «En matière d’instruction, l’autorité compétente pour délivrer des permis de visite c’est le juge d’instruction. Et le juge d’instruction dans cette affaire n’a pas changé à ce que je sache, c’est toujours M. Thioune», argue-t-il. D’après Bocoum, quoi qu’on ait changé de Parquet, ces permis de visite qui offraient aux thiantacounes détenteurs le privilège de voir le Cheikh tous les jeudis, sont valables à Rebeuss. Par conséquent, personne ne peut leur dénier ce droit légitime de rendre visite à leur guide. «Le fait que le Cheikh ait été transféré à la Mac de Dakar n’empêche pas que c’est toujours le même juge d’instruction qui délivre les permis de visite. Ces permis sont toujours en cours de validité et ses détenteurs peuvent en jouir», ajoute-t-il.

Ce qui semble mettre du souffre dans cette atmosphère encore très chargée depuis que le Cheikh est transféré à Dakar. En effet, le risque d’affrontement se fait ressentir cha­que jour qui passe. D’ailleurs, depuis lundi, des éléments de la police sont postés aux alentours de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss afin de parer à toutes éventualités. Les autorités policières comptent, par ailleurs, prendre les devants cette fois-ci, parce que prises de court par la mobilisation des Thiantacounes mardi dernier.

«La Police est en train de faire son travail normalement»

Du côté des autorités policières, on ne s’emballe pas trop sur une éventuelle mobilisation des thiantacounes aujourd’hui, mais, rien n’est minimisé sur cette affaire tout de même. Toujours fidèle à son «secret défense», la police s’emmure du voile du silence. Joint tard dans la nuit, le commissaire Tamsir Diouf Diakhaté de la police centrale affiche la sérénité, car, dit-il, ses hommes tiennent l’affaire sous contrôle. Très avare en mots, le remplaçant du commissaire Harouna Sy, qui était par ailleurs en réunion nocturne avec ses collègues de la surêté nationale sur un sujet «top secret», souligne : «On n’a pas reçu de déclaration de manifestation. Pour le moment la police fait son travail normalement.»

Lequotidien



1.Posté par FocusActu le 19/10/2012 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

2.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 19/10/2012 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non à la république des Talibés !
PS : un vrai Sénégalais de pur sang, musulman !
Un débat nécessairement salutaire pour une refonte d’une république normale des valeurs républicaines !
Contre la république des Talibés ! Face à un obscurantisme clientéliste, ahurissant, place maintenant à celle des valeurs démocratiques !
Fini le temps magico mythique de l’arrogance ! Aux oubliettes, la surabondance magico mythologique ! Simultanément, le réveil sera brutal et les consciences en berne, s’imposent d’ores et déjà pour inverser la tendance satanique des marchands d’illusions !
Nous passons plus de temps à célébrer des cérémonies religieuses destinées aux seules familles des confréries qu’à travailler réellement. Et l’état y dépense des mds de CFA chaque année. Cela n’est pas raisonnable ! A qui profite donc cette manne ? Absentéisme et présentéisme ! On invoque des raisons souvent bidon pour s’absenter pour un oui ou pour un non, alors qu’ils sont payés. Le présentéisme est plus grave, car certains fonctionnaires sermonnés de respecter les heures du travail, passent leur temps à surfer sur internet, à dialoguer au téléphone ou à draguer des femmes tout simplement, plutôt qu’à travailler.
Sénégalais, sénégalaises, vieux et jeunes, vous qui dormez encore; l’heure est venue pour jeter les bases d’une société égalitaire, juste et fraternelle, fondée sur la valeur travail, la justice pour tous devant la loi, réveillez-vous donc de votre léthargie et brisez donc vos chaînes autour de vos cous marqués au fer rouge !
Hier, la royauté et la noblesse régissaient la société coupée en deux : « les badolos » d’un côté, les esclaves relégués au second plan, aujourd’hui, les confréries, sous l’apparat des rosaires, se sont substituées à la féodalité d’antan.
Entre la noblesse et les congrégations religieuses, la frontière est éminemment poreuse. Laquelle des deux est donc pire ? Puisque les deux se valent finalement, car le peuple ordinaire, laissé pour compte, est le principal perdant. La laïcité est antinomique aux chapelles corrompues, qui se nourrissent de l’épaule de la république. La casquette de marabout est plus rentable que tout autre dans ce pays. Qui peut parler de progrès, lorsqu’une certaine minorité, au nom d’Allah, prétendument exemplaire, utilise la religion comme système héréditaire, pour se remplir les poches, comme si celle-ci est automatique ?
Nous sommes au cœur d’un paradoxe dans lequel les dépravations des mœurs sont en totale contradiction avec l’image véhiculé. Hypocrisie, mystification à grande échelle, sans que rien ne l’arrête, jusqu’à preuve du contraire. C’est assurément une perte des vraies valeurs laissées aux vestiaires.
Que cela ne tienne ! « Patial », lorsque des jeunes filles, presque dénudées aux strings légers montrent ouvertement leurs fesses dans les rues de Dakar, cela prouve l’échec cuisant d’une société en perte de vitesse, coupable qui prétend être ce qu’elle n’est point. Où est donc la valeur ajoutée d’une société fortement fausse dans laquelle on distille, oui, ici et là : « fi daniou fée niane »-« c’est une terre bien choisie et bénie ».Certes, mais question. Pourquoi donc les descendants de ceux qui sont sensés porter la bonne parole, soient les seuls nantis matériellement et financièrement, contrairement à la majorité laissée sur le quai ?
Faire sauter les verrous devient une œuvre de salubrité publique. Une thérapie favorable. Même si la question heurte les consciences scotchées, il est impératif d’en débattre. Un tabou qu’il faut absolument dénoncer quoique cela puisse coûter. Pour faire de la mayonnaise, il faut casser des œufs. Nous sommes des musulmans éclairés et non des moutons dressés. La prolifération des mosquées plus établies que les usines pour réduire le chômage, ne développent jamais un pays, mais profitent à leurs actionnaires majoritaires. Ce sont en réalité des écrans de fumée, des entreprises unipersonnelles très lucratives, puisque l’argent généré va directement à des familles particulières.
Comment accepter une société contradictoire à deux vitesses où les uns portent des lunettes ray ban cerclés d’or, voyagent sans compter aux quatre coins de la planète, à la seule fin de racketter des citoyens soumis et corvéables, pour leurs seuls noms, s’enrichissent ostensiblement et insolemment avec des comptes bancaires plus que fournis, roulent non seulement sur des bolides rutilants dernier cri et qui sont des collectionneurs de belles femmes, souvent très jeunes, livrées à la merci de ces gens lesquels promettant un paradis hypothétique, au prétexte qu’ils sont nés sous la bonne étoile ?
Comme si cela ne suffisait pas encore, des châteaux à la pelle, en sus, ils sont logés dans des hôtels luxueux aux notes exorbitantes payées aux frais des talibés-esclaves, assujettis à l’impôt, sous formes de dons bidon, quand on sait que des téléphones portables, entre autres, accessoires démesurés, black Berry, ordinateurs portables, Apple coûtant très chers, leur sont fournis gratuitement, alors que leurs propres familles tirent le diable par la queue et se nourrissent exclusivement d’eau fraîche. Dire que nous sommes à la pierre taillée, relève d’un euphémisme extraordinairement condamnable au regard de la morale.
Qui peut donc nier ces fléaux plus que néfastes, gangrénant notre société totalement en retard, si ce n’est la mafia clanique, au nom de l’islam, imbue de mauvaise foi et leurs chiens de garde chiourmes immédiats, qui blanchissent l’argent sale et illicite ? Non, on aura beau crier et dénoncer les lobbies de la franc-maçonnerie, mais la réalité est autre. Parlons de ceux qui dénoncent la franc-maçonnerie et qui y tirent leur jeu !
Lorsque wade inaugurait en grande pompe sa statuette satanique en 2007, qui étaient donc ces invités d’honneur apparemment respectables ? Point n’est besoin de les citer, ils se reconnaissent publiquement et notoirement par leur posture des leurres. Ce n’était pas le petit peuple, qui n’en avait cure, mais bien la bourgeoisie locale conservatrice, réactionnaire, qui était très représentative, ce jour-là, oubliait même sa raison d’être ?
Finie la république de la vache à lait et des fromages modulables, extensibles !
La république humiliée, agenouillée, prête le flanc et s’accroupit bassement devant ce que l’on appelle la servilité, en échange d’un clientéliste comme retour de l’ascenseur.
La mythification n’est qu’une vue de l’esprit entretenue par une certaine mafia maléfique, qui se refugie derrière la religion, à dessein de se gloutonner sans discontinuité. La république n’est pas à la merci des marchands d’illusions.
Privilèges, passeports de service complaisants, distributions de mallettes incongrues, indues, favoritismes, cultes de personnalité qui ne reposent sur rien. Une simple vue de l’esprit. Refonte des mentalités dans le sens du progrès et non dans le fatalisme.
Le paradis n’est pas automatique, le débat se pose et la république n’y échappera pas.
La république n’a pas vocation à s’agenouiller devant des confréries qui se remplissent les poches, alors qu’elles n’apportent rien à celle-ci. Il faut changer maintenant ! Inutile d’ergoter, l’impunité est désormais vaincue, place à une république normale !
Honneur à la morale républicaine et des valeurs démocratiques ! Vous le savez parfaitement, quoique vous fassiez, la bataille d’une république des Talibés est déjà perdue ! Le Sénégal debout contre le recul n’échappera nullement au débat ! Fini l’état wade et l’abondance des chapelets !
Finie la secte satanique aux apparences immortelles ! Pour ceux qui ne le savent pas encore, qu’ils libèrent donc le gourou démoniaque dans son cachot !
«Ku xamul buur saay na, ñu nela buur dee na»-à qui ne comprend "le roi a disparu", on lui dit : "le roi est mort». A ce prisme là, la république ne doit plus être l’otage permanent des confréries et montrer qu’elle détient à elle seule le vrai pouvoir et n’a pas à se plier ridiculement devant un quelconque chef religieux, fut il un descendant de telle ou telle famille, d’où qu’il puisse être, sans quoi la démocratie est biaisée. A défaut, c’est l’unité nationale qui serait en jeu.
Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye
Les vérités d’un internaute Africain solitaire
A suivre…….

3.Posté par Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye le 19/10/2012 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" La révolution Macky sallienne » menace-t-elle la secte satanique ?"

PS : article publié sur leral, le 3 septembre 2012
Le pds, souteneur du bandit au cachot ne peut avoir une quelconque prise sur la décision des juges en intime conviction. Un voyou ne peut être un détenu politique. C’est un criminel dangereux de droit commun aux mains de sang, qu’il fa ut traiter comme un délinquant publiquement notoire. Les tapages médiatiques et les récriminations stériles ne réussiront pas à le faire sortir d’affaire. C’est une question de justice aux victimes. Fini le règne de l’arbitraire et de la terreur ! Y a-t-il donc des bons et des mauvais criminels ? A suivre prochainement……

J’ai décidé de répondre, en empruntant un pseudo, non pas par peur, mais au risque de lui donner une quelconque publicité. La bassesse avec laquelle il fait montre, indique un ignare très loufoque, dément et désemparé devant l’embastillement éloquemment justifié de son chef incarcéré pour complicité d’assassinats au double meurtre.

Tout le discours infect repose, en filigrane sur ce postulat. Libre à la presse de reprendre cette chronique ! L’objectif majeur, c’est de sauver nos sœurs, frères, la plupart fragiles, qui sont les principales victimes de cette secte condamnable et dangereuse. Puisqu’il s’agit bien de cela. Le gourou utilise un paravent imparable religieux et scotcher ses fidèles pour arriver à ses fins. Le modus operandi est le même partout : la religion pour copter sa clientèle fragile et non avertie, de façon à l’embrigader. Ici au Sénégal, il y a une analogie stupéfiante, car la religion constitue la voie la plus sûre pour tromper malheureusement des populations crédules.

Le gourou est peint sous les couleurs d’un être exceptionnel, alors qu’en réalité, il n’en est rien puisqu’il est maquillé sous un autre faux visage pour sortir ses fidèles de l’obscurantisme, alors que lui-même est potentiellement un obscurantiste. Il le sait-lui-même. Ce n’est pas parce qu’on est un intellectuel qu’on ne tombe pas sur l’émaille du filet. Qu’est- ce qu’une secte ?

L'auteur, professeur émérite à Paris I- Sorbonne, a commencé par rappeler un certain nombre de faits divers tragiques qui, depuis les années 80, ont marqué l'actualité (suicides en Guyanne de la secte Temple du peuple de Jim Jones, attentats au Japon, condamnations de 9 membres de la Scientologie, etc). Ces événements ont conduit le gouvernement français à se pencher sur le sujet (Rapport Vivien en 85, liste controversée de la mission ministérielle MILS 1999-2001, instauration de la MIVILUDES en 2002, rapport Fenech). L'Eglise catholique, elle-même, s'est interrogée sur le phénomène des sectes, comme nouveaux mouvements religieux générant un défi pastoral. La secte, désormais, apparait comme un fléau social. Mais quelle définition lui donner ? Tout le monde l'utilise, même les juristes, sans qu'aucune définition juridique n'existe... La confusion règne donc.
Dans l’Antiquité Philippe Sellier a choisi l’approche linguistique et historique.
- Le terme secte, dans son sens le plus ancien, vient de latin sequi, secutus, c'est-à-dire suivre. Commençons d’abord par citer cet adage. Qui se ressemble, s’assemble !
Communautarisme du banditisme, caste de rats paresseux, bande de danseurs, bavards, voleurs, fumeurs de chanvre indiens, maudits, vous inspirez le dégoût, le poison que vous incarnez, vous perdra-les thiantacounes-un embrouillamini ! Drogues, sexes, détrousseurs, voilà ce à quoi excelle le groupuscule ! Du Sénégal où ils prolifèrent dans les rues de Dakar, en passant par l’Europe jusqu’aux Etats-Unis, ils se reconnaissent par leur accoutrement de patchwork de tissu, drealocks sur leurs têtes teigneuses et crasseuses.
Sur le prétexte fallacieux de servir pour l’humilité, leur vie se résume exclusivement à la mendicité, à la danse et aux chants. Ils sont formatés tels des animaux. Tantôt, ils sont « baye fal », soi- disant pour se référer à leur unique dieu, tantôt, ils se déclarent « thiantacounes »- « baye fal des leurres »-un verbiage creux que personne ne peut comprendre.
Qui est béthio thioune ?
Un ancien administrateur civil atypique, controversé, né vers les années1938. IL est impliqué dans plusieurs affaires de détournements d’argent. Pour échapper à la justice, il se réfugie dans le mouridisme. Pendant les élections de 2012, arrosé de mallettes, il soutient WADE, son candidat. Sur une population de 13-14 millions, il déclarait 7 millions de disciples. Un délire. Béthio : "Si Wade ne gagne pas l’élection, qu’on ne me fasse plus acte d’allégeance !". On connaît la suite.

Le péril de la pieuvre s’érige en victime expiatoire.

Mais les victimes sont oubliées et leurs familles niées sur l’autel du mépris le plus démentiel. Non.
Les adeptes de la peste rivalisent d’audace et aux titres burlesques dans les journaux :
« Béthio couloir de la mort », « Face à l’oppression, l’existence est un droit, la résistance un devoir », « S.O.S. Un régime réactionnaire - Un état orsec - un gouvernement arc-en-ciel».

Déformation, dénigrements des institutions et des nouvelles autorités politiques, manipulations, désinformations à tout vent, propagandes, mensonges et pures affabulations pour libérer un délinquant notoire. Idolâtrie d’un chef précepteur, manipulateur, sous les défroques victimaires, en inversant les rôles pour faire avaler une supercherie gigantesque et justifier des inepties monstrueuses. Les victimes ne comptent plus. L’existence du gourou prime sur la mémoire des victimes. Faire croire coûte que coûte à un complot du plus haut sommet de l’état. Une stratégie improductive. Béthio, le coupable est obligatoirement la sempiternelle victime. La pieuvre : le gourou de la secte n’en est pour rien, au contraire, il est persécuté sous de faux postulats. Et l’état est le coupable idéal, l’organisateur principal des coups tordus montés de toute pièce. Ce n’est pas Bethio, complaisamment exalté, « la sainteté », qui a commis le double meurtre, mais c’est bien l’état. Béthio L’état est le vrai commanditaire, fait porter le chapeau à Bethio, le sauveur des ténèbres.

Bref, on dénature tout. On invente des histoires pour discréditer la justice et innocenter un criminel. On ne parle plus des complices directs, les exécuteurs, que sont les adeptes de la secte font l’objet d’abstraction systématique. Parler d’eux, c’est condamner le commanditaire principal, c’est à dire Bethio C’est la personne du gourou qui compte après tout. C’est le paroxysme d’une criminalité qu’on tient « à légaliser » à tout prix, en blanchissant le voyou. Mais les faits prouvent une culpabilité du gangster pris dans son propre piège. Mais Jusqu’où iront-ils pour sauver leur maitre, leur soldat ? Ce qui est sûr, c’est que la justice ne lâchera jamais le morceau, au risque de pérenniser l’impunité.

Après les auditions remarquablement menées par les enquêtes minutieusement diligentées par le procureur et malgré les dénégations et les incohérences foudroyantes à répétitions du gourou, qui est directement impliqué dans cette affaire rocambolesque, pour avoir été le commanditaire principal du double meurtre à keur samba Laobé, baptisé sous le nom emphatique «Médinatoul Salam »-relève assurément’ d’une supercherie extraordinairement grotesque, est depuis lors sous les verrous, de même que sa bande de malfrats, lesquels interrogés, l’accablent sèchement comme étant l’organisateur de la tuerie barbare. Force reste à la loi. Ils sont sous bonne garde. Ce ne sont pas des attardés psychiques, formatés par cette chapelle ordurière qui doivent dicter leur musique satanique. C’est sous le magistère de Macky sall que nous avons vu qu’un criminel encagoulé sous la casquette d’un prétendu « cheikh » est arrêté pour ses crimes. Et les masques tombent. La semaine dernière, à toute fin utile, sur ma chronique « l’apologie vulgaire d’un médiocre perroquet de service aux ordres d’un criminel notoire », j’ai reproduit en fac-similé le rapport du parquet de Thiès sur le double meurtre de keur Samba Laobé l’affaire béthio thioune, A Z [DAOUDA MINE ET OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE SOURCE LOBSERVATEUR]. Une pièce à conviction.

D’ailleurs le grade de « cheikh » ne s’octroie nullement. C’est bien Béthioune, le commanditaire principal. Il doit rester au cachot. Le gouvernement gouverne, mais les opposants s’opposent conformément aux institutions. Mais quand même ! C’est un simple citoyen, il est justiciable et un non un justicier qui agit selon ses propres pulsions névrotiques. Venir nous sortir des inepties au prétexte d’un MBA bidon, cette peau d’âne, qui s’achète à la pelle comme au marché rime à la petitesse d’esprit de cet homme improductif.

Cet individu est le prototype même du mythe des diplômes. C’est un pauvre type, un affabulateur, un vulgaire arriviste attaché au culte de personnalité et qui cherche piteusement une place pour se vendre. Un vrai intellectuel digne de ce nom ne peut être inféodé à une quelconque secte, parce qu’il est digne, libre d’esprit et agit en toute conscience, en faisant part de ses analyses sur la question publique, de par son expertise et prenant position pour l’intérêt général à son intime conviction. Là il est juge et partie, donc il n’est pas neutre. Son discours est totalement décousu, car il fait preuve de nullité absolue et de platitude manifestes. Il est loin d’être ce qu’il croit être. Un abruti, un drogué de son espèce. C’est un abrogé parfait, passé maître du ridicule. Il défend des dividendes crypto personnels sur des bases mensongères.
Cette horde d’énergumènes phagocytés sans foi ni loi ne dispose d’aucune prise réelle sur les décisions d’une justice libre et libérée, qui agira en conséquence contre les délinquants, quel que soient les auteurs; d’où qu’ils puissent venir. Finie l’impunité. Ses avocats, qui demandent en vain sa liberté provisoire pour raison médicale, ne s’en lassent pas et continuent de solliciter des demandes déclarées irrecevables.
Questions.
Est-ce parce que les juges ont l’intime conviction que derrière cette sauvagerie indescriptible, que rien ne justifie, se cachent les preuves matérielles d’une secte incorrigible, manifestement dangereuses, aux apparences religieuses obscures, s’autorisant tout ?
Deuxième hypothèse possible : si le chef de gang était réellement malade, comme l’expliquent mordicus, ses avocats, pourquoi alors, a-t-il donc l’énergie nécessaire de se déplacer en 4 X 4 en pleine nuit, pour accompagner ses complices à la seule fin de dissimuler les corps, sans autorisation ? Troisième hypothèse : alors qu’il dispose d’une autorité, qu’a-t-il fait pour empêcher le massacre ?

Le wadisme décrié de ces douze dernières années ont-elles donc crée les conditions de l’impunité ? En tant que président de la république, sa préférence spirituelle et son allégeance à une certaine communauté religieuse ont- elles ouvert la boîte de pandore, jusqu’à porter son propre marabout sur la liste des députés ? Dans une république normale, la sagesse aurait voulu que même si le président est libre de son choix, mais qu’il puisse le faire de façon discrète, sans qu’il soit obligé d’en faire une quelconque publicité, au risque de heurter l’unité nationale. wade était-il vraiment sincère lorsqu’il s’accroupissait devant son guide, sous l’œil des caméras qui immortalisaient l’événement à chaque déplacement célébré en grande pompe à Touba, la ville sainte des mourides ? Wade était-il le président d’une communauté ou du Sénégal ?

Au prétexte qu’ils appartiennent au mouridisme, les adeptes « thiantacounes »- on ne sait ce que cela signifie, ostensiblement armés de gourdins et portant une photo à l’effigie de leur chef, bethio thioune, paradent quotidiennement dans les rues de Dakar et dans le reste du pays, crient : « dieureujef cheikh béthio thioune » avec un tapage démoniaque ,comme pour montrer leur force, alors que celui-ci s’autorisait à célébrer à longueur de journées des mariages, sans nécessairement avertir les parents des nouveaux mariés, ceci dans un brouhaha infernal, pis encore, il lui suffisait de réciter simplement 7 fois le nom de son guide. Ces gens-là ne sont ni des mourides, ni des musulmans, mais une bande de malfaiteurs terroristes, qui n’est autre qu’une secte moribonde, qui utilise bassement la confrérie mouride, comme échappatoire, à dessein de créer l’arbitraire.

L’arrestation du voyou mettra un terme à cette secte inique. Wade n’étant ni immortel, encore moins invincible, est parti par la petite porte, comme l’ont décidé vaillamment l’ensemble des sénégalais le 25 mars 2012 au soir. Les incantations d’un garnement en quête de notoriété ne peuvent modifier guère le cours de l’histoire. Le mentor pour lequel il se bat n’est qu’un usurpateur, un détrousseur qui doit moisir derrière les barreaux jusqu’à la fin de ses jours pour avoir l’outrecuidance de commettre un sacrilège. La justice doit être rendue proportionnellement selon le degré de gravité du double meurtre qu’il a délibérément commis en toute conscience. Aucune excuse n’est autorisée. La vie est sacrée. Aucune Liberté provisoire n’est pas négociable sur ce plan là. Quiconque décidera d’enlever la vie à quelqu’un répondra de ses actes. La pègre pleurnicharde, satanique représentée par ce clan diabolique devra s’attendre au pire, si d’aventure, des actes délictueux seraient commis n’importe où dans tout le territoire. Il n’y a nullement dans ce pays un no man’s land. Le laxisme clientéliste de l’état a conduit trop d’injustices. Aucune ville, ni aucun village, ne peuvent être des titres fonciers privés. La république est une et indivisible. Si elle l’estime nécessaire, la justice peut bel et bien s’attaquer à des intentions lorsque celles-ci menacent l’unité nationale. Dans ces conditions, peut-on dire que « La révolution Macky sallienne » menace-t-elle la secte satanique ? Les gesticulations ombreuses d’un guignol ne peuvent arrêter les bras d’une mer.

Modou ngoné Fall DéguèneNdiaye

Les vérités d’un internaute Africain solitaire

4.Posté par gooryallah le 19/10/2012 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

modou ngoné,qd tu pourras assumer tes propos par une signature,on pourra te lire.beuss boko signer beu niou hamla,sa tounou ndeye leu gni tépi,rof ko,...bolé sa baye ak jupiter moukoy diouteul!kou ma tontou sa data ndeye sayo noyé!

5.Posté par limoowor le 19/10/2012 12:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur, inutile de pleurnicher, le chenapan ne sortira pas de son trou. Qu’il sorte donc de sa cage, s’il est vrai un walilou en chair et en os ! Vous êtes ce que vous représentez ! C’est votre gourou, qui a crée sa propre culpabilité !

6.Posté par limoowor le 19/10/2012 12:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur, inutile de pleurnicher, le chenapan ne sortira pas de son trou. Qu’il sorte donc de sa cage, s’il est un vrai walilou en chair et en os ! Vous êtes ce que vous représentez ! C’est votre gourou, qui a crée sa propre culpabilité !

7.Posté par limoowor le 19/10/2012 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur, inutile de pleurnicher, le chenapan ne sortira pas de son trou. Qu’il sorte donc de sa cage, s’il est un vrai walilou en chair et en os ! Vous êtes ce que vous représentez ! C’est votre gourou, qui a crée sa propre culpabilité !

8.Posté par Lick le 19/10/2012 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Modou Ngoné,voilà un débat de haute facture dont nous avons besoin sur la toile et sur l'ensemble des média afin d'éveiller les esprits de cette jeunesse inconsciente qui suit à l'aveuglette des esprits tordus qui les mènent en bateau.Laissons aux hommes éclairés de tels propos afin que le débat puissent continuer.

9.Posté par limoowor le 19/10/2012 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur, inutile de pleurnicher, le chenapan ne sortira pas de son trou. Qu’il sorte donc de sa cage, s’il est un vrai walilou en chair et en os ! Vous êtes ce que vous représentez ! C’est votre gourou, qui a crée sa propre culpabilité ! Les insultes, c’est la marque de fabrique des faibles et des bourricots, n’est-ce pas ?

10.Posté par Habib ndiaye le 19/10/2012 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La seule chose qui me désole dans toute cette diatribe (c'est bien le mot) c'est que tu t'appelles NDIAYE!! Honte à toi, suppot de Satan. Qu'Allah te réduise en cendres Etre Infernal!! Dieuredieuf Serigne Touba, tu l'entendras chaque jour et chaque nuit jusqu'au jour où tu disparaitras de cette terre où tu n'as rien à faire, toi et ta race. Et de l'Enfer, tu entendras encore célébrer le Magal et toutes nos Manifestations religieuses!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image