leral.net | S'informer en temps réel

Nimzatt : un jeune pèlerin sénégalais meurt dans un accident de la circulation

Meïssa Sow, un pèlerin sénégalais de 23 ans venu de Kébémer (nord-ouest), a trouvé la mort samedi dans un accident de la circulation, alors qu'il se rendait dans la cité musulmane de Nimzatt (Mauritanie), a annoncé à l'envoyée spéciale de l'APS l'un de ses amis, Ousmane Fall.


Rédigé par leral.net le Samedi 18 Août 2012 à 19:25 | | 0 commentaire(s)|

Nimzatt : un jeune pèlerin sénégalais meurt dans un accident de la circulation
Le jeune homme a rendu l'âme lors de son évacuation à l'hôpital régional de Saint-Louis, après avoir été touché par un véhicule au moment où il a sorti son buste de la voiture dans laquelle il avait pris place, selon des témoins.

L'accident a eu lieu à hauteur d'un village mauritanien situé à une quarantaine de kilomètres de Nimzatt, selon les mêmes témoins. Le corps de la victime, maçon de profession, a été ramenée à Nimzatt, où il pourrait être inhumé, selon les vœux de son marabout, Chérif Alwaldi Aïdara.

Oumar Bèye, un autre pèlerin sénégalais âgé d'une vingtaine d'années, venu de Bambey (centre), s'est ''gravement blessé'' en tombant d’un bus en circulation, a rapporté à l'APS l'infirmier Elhadji Diop, qui lui a administré ses premiers soins.

M. Bèye a été ensuite évacué à l'hôpital de Saint-Louis, selon l'infirmier qui a déploré l'absence de dispositif sanitaire adéquat à Nimzatt, dont le pèlerinage accueille chaque année de nombreux fidèles sénégalais de la communauté des Khadres.

''Aucun dispositif sanitaire sénégalais n’est installé ici. La localité de Nimzatt, située 150 kilomètres de Rosso (au Sénégal), n’a aucun dispositif sanitaire sénégalais'', a déploré M. Diop.

''A Nimzatt, il n’y a aucune structure sanitaire en mesure de prendre les pèlerins en charge. Cette situation dure depuis plusieurs années. La seule équipe sanitaire de la localité, c’est la Mission sanitaire du pèlerinage'', a expliqué à l'APS son coordonnateur Mamadou Diamé.

Ce dernier déplore la qualité de l'outil de travail de la mission qu'il coordonne. ''Nous n’avons même pas d’ambulance pour assurer le transport des urgences. Des fidèles de la communauté des Khadres tentent de combler les défaillances de la mission sanitaire'', a dit M. Diamé.

''C’est grâce à l’intervention d'un guide religieux, auprès de la mission sanitaire mauritanienne, qu’une ambulance a été trouvée pour évacuer les deux blessés (Bèye et Sow) à Saint-Louis'', a-t-il affirmé.



Source:MMF/ESF






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image