leral.net | S'informer en temps réel

PROBLEMATIQUE DE L’EAU A TOUBA : Serigne Cheikh Aliou Mbacké édicte 16 mesures

Les banques, les stations d’essence, les boulangeries, les usines et autres entreprises commerciales devront, désormais, débourser de l’argent pour pouvoir utiliser l’eau de Touba. Chez les populations locales, il sera question d’une participation responsable, financière et individuelle. Confirmé à la tête de « Aynou Rahmati », Serigne Cheikh Aliou Mbacké édicte 16 mesures.


Rédigé par leral.net le Lundi 11 Avril 2011 à 09:35 | | 0 commentaire(s)|

PROBLEMATIQUE DE L’EAU A TOUBA : Serigne Cheikh Aliou Mbacké édicte 16 mesures
Loin de vouloir, d’emblée, rendre l’eau payante dans la cité religieuse, Serigne Cheikh Aliou Mbacké semble avoir trouvé des solutions transitoires censées juguler les déficits financiers occasionnés, jusque-là, par la gratuité du liquide précieux à Touba. Depuis le Khalifat de Serigne Fallou, en effet, la consommation en eau n’était assujettie à aucune condition et à aucune restriction. Au fil du temps, avec le fulgurant développement démographique de la population, des impairs ont émergé, impliquant la nécessité pour les autorités religieuses de prendre les décisions qui s’imposaient. Ainsi, une batterie de mesures a été prise par le responsable moral de Maou Rahmati. D’abord, « les structures à vocation commerciales seront sommées de payer l’eau. Il en est de même pour toute entreprise intervenant de façon temporaire dans la cité religieuse ». Cette mesure semble être la plus déterminante. Toutefois, une quinzaine d’autres mesures ont suivi. Pour les maisons clôturées et inhabitées à l’intérieur desquelles se trouvent des fuites d’eau, le branchement fera, désormais, l’objet d’une fermeture systématique. En cas de rétablissement sans l’aval des agents techniques du Comité, le propriétaire pourrait être soumis à une amende pouvant atteindre 3 fois le montant de l’autorisation de branchement. L’interdiction de toute appropriation privée des canalisations a, aussi, été faite. En effet, dès l’instant qu’elles sont raccordées au réseau, elles tombent sous la tutelle du Comité Initiative Eau de Touba qui s’arroge alors de tous les droits notamment dans la délivrance des autorisations de branchements. Ensuite, tout demandeur de branchement devra se conformer aux normes, surtout en ce qui concerne les branchements d’une certaine distance. Maou Rahmati exige, ainsi, des conduites de gros calibre jusqu’à hauteur des domiciles des demandeurs. Il sera, par ailleurs, procédé à l’interdiction systématique du transport d’eau hors des limites de la circonscription de Touba. En outre, Il y aura la circonscription du réseau hydraulique de manière à lever toutes les équivoques qui s’y prêtent. Il sera procédé, par ailleurs, à la réalisation d’un documentaire dont le scénario est d’ores et déjà disponible et le chômage par des professionnels de renommé imminent. Sur un autre plan, Les opérateurs téléphoniques seront approchés pur un sponsoring, de même d’ailleurs que les institutions financières. Pour apporter beaucoup plus d’efficacité, des rencontres sectorielles par catégories socioprofessionnelles afin de spécifier les modalités de participation des différentes structures à vocation commerciale dans la ville de Touba. Le service d’Hygiène sera associé dans l’interdiction des fosses sceptiques en pleine rue et qui sont de nature à affecter les canalisations d’eau potable. L’on exigera, en plus, la prise en charge, notamment, en carburant, des rotations des camions citernes pour tout demandeur. Il sera décidé de ne réserver l’intervention sur le réseau qu’aux seules équipes du Comité, de l’élaboration du devis à l’installation définitive de la canalisation. Les chefs de village seront invités à servir de relai dans l’exécution de la mission d’Aynou Rahmati. L’aménagement à l’intérieur de la maison sera l’apanage des autres plombiers. Toutes les nouvelles constructions et réparations de bâtiments nécessitant de l’eau sont, préalablement, soumises à une autorisation au niveau de Maou Rahmati sur la base d’une demande. Le montant des branchements domiciliaire sera fixé à 25 000 francs Cfa, et les branchements commerciaux à 100 000 francs. Enfin, un numéro vert accessible à tous sera mis à la disposition des populations locales.

Mama Moustapha MBAYE (Correspondance)
source L'Office






Hebergeur d'image