leral.net | S'informer en temps réel

Paix en Casamance : Robert Sagna demande de "la volonté politique"

L’ancien maire de Ziguinchor, Robert Sagna, a appelé les autorités sénégalaises à redoubler de volonté dans la résolution de la crise en Casamance, en soulignant le choix des hommes dans la gestion du conflit dans le sud du pays.


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Octobre 2011 à 20:06 | | 0 commentaire(s)|

Paix en Casamance : Robert Sagna demande de "la volonté politique"
‘’Ce n’est pas (le) choix des hommes, c’est un problème de manque de volonté politique de ceux qui nous gouvernent. Il faut que le gouvernement ait la volonté politique affirmée pour résoudre ce conflit’’ a-t-il dit à la Radio locale Zig FM.

Secrétaire général du Rassemblement pour le socialisme et la démocratie/Takku Defaarat Senegaal (RSD/TDS, opposition), M. Sagna était invité à commenter à la gestion du conflit en Casamance.

Le Sénégal, à l’instar des autres pays membres de l’organisation des Nations Unies, célèbre vendredi la journée internationale de la résolution des conflits.

M. Sagna, ancien ministre sous le régime du Parti socialiste et originaire de la Casamance, estime que ‘’c’est au gouvernement de montrer la voie’’.

A partir de ce moment, a-t-il dit, que le gouvernement utilise les hommes qu’il faut pour la négociation avec le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC, rébellion).

‘’Avant de penser aux hommes, il faut d’abord penser à une volonté politique affichée et ensuite il y a des solutions alternatives’’, a-t-il affirmé. ‘’Ce n’est pas suffisant d’aller voir les présidents gambien et bissau-guinéen ’’, a-t-il insisté.

‘’Il faut d’abord commencer par nous-mêmes et n’attendons pas tout de ces deux pays. Montrons la voie et prouvons que nous avons envie de régler ce conflit’’, a-t-il plaidé.

De son côté, Nouha Cissé, observateur du conflit casamançais, estime que l’implication de la Gambie dans la résolution de cette crise n’est pas suffisante.

‘’La même dignité accordée à Yaya Jammeh (NDLR, président de la Gambie) doit être accordée à son homologue bissau-guinéen, Malam Bacai Sanha’’, a-t-il indiqué.

M. Cissé a déploré en outre le manque de ‘’solidarité nationale’’ pour la gestion de la crise en Casamance, qu’il a constaté à l’échelle du pays. Il regrette aussi ‘’l’effet d’accoutumance’’. ‘’C’est extrêmement dangereux parce que ça induit une indifférence au niveau de la région.’’

Situées en la Gambie et la Guinée-Bissau, les régions de Casamance connaissent depuis près de 30 ans un conflit armé. Le MFDC réclame à l’Etat du Sénégal l’indépendance de cette partie méridionale du pays.

Aps






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image