leral.net | S'informer en temps réel

Pape Massata Diack : Le « complot » anglais


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Mai 2016 à 10:20 | | 1 commentaire(s)|

Pape Massata Diack : Le « complot » anglais
Radié à vie, le 07 janvier 2016, par la commission d’éthique de l’Iaaf, l’expert en marketing sportif, Pape Massata Diack, est au cœur du scandale. Installé au Sénégal, il refuse de répondre à la convocation du juge Van Ruymbeke, au motif qu’il n’est pas de nationalité française. Selon « Le Monde » et le site « Mediapart », il est accusé d’avoir organisé le système de corruption, mais lui se défend en avançant « un complot anglais » contre son père et sa famille. Son nom apparaît à toutes les étapes de la procédure actuellement en cours devant la Cour d’appel de Paris. L’ancien agent marketing de la fédération sénégalaise de football a approché une athlète turque, Alpetekin-Cakir dont le Pba (Passeport biologique des athlètes) allait la conduire vers des sanctions.

Selon l’accusation et les enquêteurs de l’Agence mondiale anti-dopage (Ama), Massata Diack a proposé à l’athlète de résoudre le problème de son Pba contre un versement de 325 millions F Cfa (500 000 euros). Dix jours après le refus opposé au marketeur, la fédération recevait une lettre annonçant l’ouverture des procédures contre Mme Alpetekin. Son frère, Ibrahima Khalil Diack, reviendra à la charge… ». Tout vient des Britanniques. (…) Tout ceci est lié à leur campagne présidentielle (Ndlr : la campagne présidentielle de Sebatian Coe, élu à la tête de l’Iaaf en août), comme ils l’ont fait dans le cyclisme avec Brian Cookson (Ndlr : le nouveau président de l’Union cycliste internationale). Leur méthode, c’est d’attaquer tout le monde au bas du ventre et dire qu’eux, à l’inverse, sont clean et professionnels. Le président de la commission d’éthique de l’Iaaf est un Anglais, le président de l’Ama est aussi un Anglais, qui a fait ouvertement campagne pour Coe », avait plaidé l’expert en marketing dans la presse sénégalaise.

Les enquêteurs de l’Agence mondiale anti-dopage ont établi que Massata Diack avait la responsabilité du marketing et du sponsoring pour l’Iaaf et que pour ce faire, il était assisté de Me Cissé, le conseil juridique du président de l’Iaaf. Or, une société, Dentsu, intervenait pour commercialiser les événements de l’Iaaf, société au sein de laquelle il semblait avoir eu un intérêt. De même, il avait apporté différents contrats et notamment les droits Tv pour les championnats de Moscou de 2013 et le sponsoring d’une banque russe. Selon le témoin Oleg Popov, un entraîneur russe, l’accord sur les Tv a été remporté en contrepartie de la « mise en sourdine des cas de dopage russes ».

EnQuête






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image