leral.net | S'informer en temps réel

Pour éviter l’humiliation au Président Macky Sall : Le khalife des mourides désavoue ses fidèles

La visite de Macky Sall mardi dernier chez le khalife général des mourides ne plaisait pas à tout le monde. Des proches du khalife avaient cherché à torpiller la rencontre entre le chef de l’Etat et Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké.


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Octobre 2012 à 11:41 | | 9 commentaire(s)|

Pour éviter l’humiliation au Président Macky Sall : Le khalife des mourides désavoue ses fidèles
Le Président Macky Sall avait bien besoin de rencontrer le khalife général des mourides pour s’expliquer avec lui. Les relations entre le nouveau chef de l’Etat et Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké commençaient à prendre ombrage. Des proches du khalife ont eu à faire un travail de sape insidieux, voulant accréditer l’idée selon laquelle le Président Sall manifeste peu d’intérêt et de considération pour les chefs religieux particulièrement ceux de Touba. D’ailleurs, le Khalife a dû faire de la résistance pour pouvoir recevoir le président de la République, mardi dernier, à son domicile au quartier Hlm à Dakar. La délégation présidentielle était arrivée avec un retard d’environ une demi-heure. Mais, les personnes qui ne souhaitaient pas l’entrevue avaient tenté de jouer un sale coup à Macky Sall. En effet, d’aucuns avaient vite fait de chercher à pousser le khalife à se retirer considérant que le retard accusé était la preuve du manque de respect de Macky Sall à son endroit. Le chef religieux leur opposa un refus catégorique et resta sur place à attendre patiemment son hôte.

«J’ai mis un terme à la gabégie»
Sitôt la délégation présidentielle arrivée, le chef religieux s’isolera avec son hôte pour un long entretien, en la seule présence du ministre de l’In­térieur Mbaye Ndiaye et du porte-parole du Khalife Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké. Le chef de l’Etat dira au khalife qu’il a tenu à le rencontrer pour réitérer son allégeance au guide de sa communauté religieuse et a sollicité des prières pour lui, sa famille et pour la réussite de sa mission à la tête du pays. Le président Sall, a eu, rapporte un proche du chef religieux, à dire à son hôte tout son engagement à servir le Sénégal. Il a profité de cette occasion pour rassurer le khalife sur ses relations avec les religieux en affirmant notamment qu’il demeure un fidèle. Evoquant la situation économique et sociale, le président de la République d’expliquer à Serigne Cheikh Sidy Mokhtar que «les gens parlent de difficultés dans le pays, que les choses ne marchent pas encore mais il faut simplement savoir que j’ai instauré la rigueur dans la gestion des affaires publiques. Je n’accepte plus que les deniers de l’Etat soient gaspillés. J’ai mis un terme à la gabegie et les ressources du pays seront exclusivement consacrées à des travaux et activités d’intérêt public». Aussi, a-t-il souligné, à l’endroit de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, qu’il compte, de manière régulière, venir le rencontrer pour échanger avec lui sur la situation du pays, recueillir ses conseils et ses prières. Il faut dire que certaines déclarations du candidat Macky Sall, lors de la campagne électorale pour le deuxième tour de la dernière élection présidentielle, avaient froissé certains milieux religieux. Interrogé sur les rapports qu’il compterait entretenir avec les religieux, Macky Sall avait notamment indiqué que les religieux sont des citoyens comme les autres et que les lois du pays s’appliqueraient à eux.

Serigne Bass, l’émissaire exclusif
Pour sa part, le chef religieux a remercié le Président Macky Sall de sa visite et lui a indiqué qu’il continuera de prier pour lui, pour la réussite de son mandat. Tout en l’assurant de sa disponibilité à le recevoir de manière régulière, le guide religieux a encouragé le chef de l’Etat dans la voix de la rigueur, de la droiture et de la préservation du patrimoine national. Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké a aussi insisté auprès de Macky Sall pour qu’il ne considère que son porte-parole, Serigne Bassirou Abdoul Khadre, comme son émissaire auprès de lui. «Si vous avez besoin de moi pour quoi que ce soit, adressez-vous à Cheikh Bassirou et il sera mon émissaire exclusif auprès de vous», dit-il. Macky Sall a indiqué que le gouvernement verra avec le porte-parole du khalife des mourides comment élaborer une feuille de route pour le suivi des réalisations de voirie et d’assainissement dans la ville de Touba. Il a aussi annoncé que l’Etat va réaliser les routes qui ceinturent la mosquée Massa­li­koul Jinan de Dakar où la communauté mouride organise les grandes prières religieuses. Le guide religieux qui avait visité le site le lundi dernier, s’est félicité des travaux de terrassement et de drainage des eaux de pluies déjà réalisés sur le site aux soins des pouvoirs publics.

Lequotidien



1.Posté par barou le 11/10/2012 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est quoi cet article...faire des "spéculations" sur un entretien privé.toujours chercher la petite bete..jeter de l'huile sur le feu hey wawwwwwwwwww aucun respect pour le marabout et pour le préident

2.Posté par Bounkhatab le 11/10/2012 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est comme avec le M23, les journalistes sont prompts a prendre pour argent comptant, les gesticulations de 2 peles et 3 tondus pour etayer leurs mensonges reccurents.Au senegal l'hospitalite est sacree.Je ne pense pas que les vrais representants d'un khalife vont saboter la visite d'un president de la republique.Ce sera alors un manque de respect a leur serigne et cela n'est pas la philosophie d'un talibe mouride.

3.Posté par wakh wakhète junior le 11/10/2012 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Macky Sall sera la risée de tout le monde, et il prendra ces marabouts comme de marabouts ordinaires pour ne pas dire de citoyens simples.
Heureusement au moins, il y a un éminent marabout, je veux nommer Serigne Bethio le cheikh de serigne saliou mbacké, ( pour avoir soutenu le président Wade à la présidentielle de 2012, ce que ces ennemis n'ont pas supporter et ont provoquer son incarcération au MAC de Thiès) le seul à décortiquer, et récuser les propos de Macky sall qu'il a dénoncer jusqu'au plus au niveau, et c'est le seul reconnaissons-le à combattre cette manière de prendre le marabout comme ordinaire, sinon le reste n'est que rustique, muet et sans verbe.
Macky Sall fait du Wade sans Wade pire même, parce qu'il était de son gouvernement, a eu honte de ce montrer comme un de ces fils putatifs.

4.Posté par NOREYNI le 11/10/2012 13:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les macons l'apellent "le bras armée du Mouridisme.car ils savent que c'est lui qui est cappable d'entraver leur satanique plan d'imposer aux sglais une vision maconique.ILS L'ont combattus mystiqemen,en vain,et ildécide alor l'emprissonnement.CBT

5.Posté par schwarzeraal le 11/10/2012 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au lieu de centrer le debat sur les problemes des senegalais certains s´attardent sur des choses qui ne les nourissent et ne les font pas avancer.quand le khalife refuse ou ses sbires de recevoir le president de la republique cela ne doit deranger persone. chacun est libre de recevoir qui il veut.

6.Posté par republicain le 11/10/2012 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est le khalife qui devait se deplacer et se rendre au Palais de la République. L'Etat doit respecter tous les citoyens mais il doit aussi se faire respecter de tous les citoyens. Il en a les moyens institutionnels;

7.Posté par joob gey le 12/10/2012 00:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@republicain,

QUI EST DEMANDEUR DE CET ENTREVU? MACKY OU LE KHALIF?

JE VOUS SIGNALE QUE LE KHALIF EST VENU A DAKAR POUR TOUT AUTRE CHOSE QU'AVOIR UNE AUDIENCE AVEC LE PRESIDENT.

8.Posté par vérité le 12/10/2012 01:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sénégal est une merdre un président qui fait attendre le khalif 2 fois a touba et a dakar c honteux pour ns les mourides wade n a jamé fait se genre de connerie c pk aujourd8 persone n peu rien contre lui serigne touba moy borom sénégal borom tay ak euleuk les mourides ont perdu leur personnalité sauf ls thiantacounes.tout le sénégal vont payé tres chére et c est déja commencé dina gueuna méti yéna falle framason et pédé macky sall diguénco guiss yagoul dara comenca par le match sénégal diguén dioye ba catenadayam dara doléne ko gagné.

9.Posté par Citoyen le 12/10/2012 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sauvons nos universités publiques du naufrage.

Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l'enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l'UNESCO. Nos instituions d'enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu'à présent, feignent de ne rien savoir (n'ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques!) qui sont nommés à la tête de ses structures et qui agis
sent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.

Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s'évertue à demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d'existence » et parfois au détriment des intérêts de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l'inaction de l’État.

En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le moindre du monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c'est le début du CHAOS.

A l’État de faire l'état de la gestion de ceux qu'il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d'étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti.

L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d'enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées.

Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je propose des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d'être juge et parti.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire un devoir citoyen.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image