leral.net | S'informer en temps réel

Rapport des Sapeurs-Pompiers sur la statue de la Renaissance : Un monument d’insécurité – Il n’existe aucun plan d’évacuation

La vigilance des pèlerins doit être de rigueur une fois devant le monument de la Renaissance africaine. Car, un rapport établi par les sapeurs-pompiers fait état de nombreux risques liés surtout à l’utilisation du courant électrique et des lacunes dans les aménagements bétonnés. Mais surtout, il n’existe pas de plan d’évacuation.



Rapport des Sapeurs-Pompiers sur la statue de la Renaissance : Un monument d’insécurité – Il n’existe aucun plan d’évacuation
La sécurité des visiteurs est-elle une priorité pour le promoteur du monument de la Renaissance africaine, le Président Abdoulaye Wade ? L’on se rappelle que le chef de l’Etat sénégalais avait fait accélérer les travaux pour ne pas rater le rendez-vous du 03 avril dernier, date à laquelle l’inauguration de l’édifice était programmée. Résultat : aujourd’hui les normes sécuritaires les plus élémentaires ont été bafouées.
C’est d’ailleurs ce qui est à l’origine de la visite de sécurité et de prévention du Groupement national des sapeurs-pompiers (Gsnp) effectuée mercredi 24 octobre dernier. En présence de Marc Roche, le maître d’ouvrage délégué, la statue en cuivre qui trône sur l’une des Mamelles de Ouakam a été inspectée par ceux qu’on appelle les soldats du feu. Et jeudi dernier, l’état-major des responsables de la sécurité au niveau des sapeurs-pompiers s’est réuni autour de ce rapport. A l’issue de ce conclave, un seul mot d’ordre a été donné : «Motus et bouche cousue.» Il n’est pas question que quiconque l’évoque car le premier et principal destinataire est la Présidence.
Cependant à l’issue de la visite de terrain, le rapport établi par les sapeurs-pompiers précise que de gros «risques spécifiques» guettent le monument de Wade. Des risques qui sont surtout «liés à l’utilisation de chalumeau, aux travaux de coupage et d’oxycoupage, et à l’emploi de l’énergie électrique sous toutes ses formes». Ainsi, le bureau de prévention tire la sonnette d’alarme. Ceci, après avoir constaté que l’alimentation électrique et l’éclairage du monument sont entièrement assurés par «le courant du secteur par dérivation d’un poste transformateur de 400kw, secouru par un groupe électrogène de 425 Kva». Les risques d’accidents ou d’incendies sont donc manifestes. Ce, au moment ou le dispositif de secours mis en place présente plusieurs failles avec entre autres, l’étroitesse de l’escalier de secours construit au centre du bâtiment de quatre étages. On imagine aisément les dégâts en cas d’incendie.
DE NOUVEAUX TRAVAUX RECOMMANDES
A ce jour, l’ouvrage tarde à disposer d’un plan d’évacuation encore moins d’un système «d’alarme de type 1», pour évacuer l’établissement en cas d’incendie comme le recommande le Gnsp. En outre, aucune consigne de sécurité-incendie n’est affichée au niveau des étages.
Ainsi, une amélioration du dispositif sécuritaire déjà mis en place exigera des coups de marteau et quelques rafistolages. Ce qui signifie de nouveaux travaux qui vont engendrer de nouvelles dépenses qui vont s’ajouter au coût tant décrié de la statue : 14 milliards de francs Cfa. D’ailleurs à propos de coût, jusqu’à présent personne ne peut dire avec exactitude à combien a été chiffrée la construction du monument de la Renaissance. Car, il se susurre une somme de 30 milliards de francs Cfa.
Le rapport suggère aux autorités d’aménager au niveau de la cage d’ascenseur un système d’ouverture et de fermeture manuel de la trappe de quatre étages dont la largeur ne fait pas 1,40m. Le Groupement national des sapeurs-pompiers préconise un respect des dimensions des marches concernant la hauteur de 13 à 17cm et la largeur de 28 à 36cm au maximum. Puis, un service de sécurité permanent doit être garanti.
Mais ce qui urge, c’est de «concevoir et doter l’établissement d’un plan d’évacuation». En attendant que le monument de la Renaissance en soit doté, il ne reste plus qu’à croiser les doigts et à prier pour que malheur n’arrive pas.
lequotidien.sn

Mardi 16 Novembre 2010




1.Posté par amoul le 16/11/2010 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quell beau décor vs voyez ce que je veux dire!!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par djoloff le 17/11/2010 03:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


« Comment des appartements de l’immeuble Tamaro sont tombés entre les mains des Wade ». Cette anecdote rapportée par Abdoulaye Bathily lors de son passage à La Gazette, renseigne sur les méthodes utilisées par le Chef de l’Etat pour enrichir son patrimoine.

« J’ai rencontré le vieux Seydi lors de la réception organisée à l’occasion du départ de l’ambassadeur du Canada. Il m’a fait part de ses inquiétudes concernant son immeuble en construction bloqué par le pouvoir. Il m’a rapporté que depuis des semaines, il cherche à rencontrer Me Wade, mais il lui refuse une audience. Cela m’a surpris. Je connaissais ses relations avec Me Wade et tout ce qu’il a fait pour l’aider quand il était dans l’opposition. C’était en 2002 et je n’étais plus dans le gouvernement. Au sortir de la réception, vers 22h, je téléphone à Me Wade au Palais. Je lui dis : ‘’M. le Président, j’ai rencontré le Vieux Seydi et il se plaint. Il a demandé une audience mais n’arrive pas à vous joindre’’. Il me répond : ‘’Ce vieux Seydi veut tordre le coup à la loi. Il y a une loi qui interdit les constructions à une certaine hauteur dans Dakar-Plateau, surtout dans le périmètre de sécurité du Palais présidentiel. Je lui ai dit que tout cela était vrai mais il fallait qu’il reçoive le vieux Seydi, ne serait-ce que pour ce qu’il avait fait pour lui. Par la suite, il a accepté de le recevoir. Mais après son audience, Seydi m’a encore appelé pour me dire que l’affaire était réglée. Il m’a expliqué que le chef de l’Etat voulait qu’il donne un appartement à ses enfants, dans son immeuble en construction (actuel immeuble Tamaro). C’est la seule condition pour que la restriction soit levée. Je lui ai demandé alors qu’est-ce qu’il allait faire ? Il m’a répondu qu’il n’avait pas le choix : « Cet immeuble est mon dernier projet et je ne voudrais pas mourir en laissant au cœur de Dakar un immeuble inachevé. Je dois accepter ».

12,5 milliards

Tout le monde le sait, le fils du chef de l’Etat dispose à tout instant d’un jet privé qu’il peut affréter à souhait. La Gazette avait révélé que les locations d’avion ont coûté à l’Etat du Sénégal 12, 5 milliards de nos francs. L’avion qui est souvent affrété est un jet Falcon 50 immatriculé FGUAJ en France au nom d’une mystérieuse société domiciliée au 124 rue Victor Hugo à Paris. D’après les sources de La Gazette, les principaux actionnaires de cette société ont parties liées avec les plus hautes autorités du Sénégal. De plus, la société qui loue ces avions a un important business au Sénégal depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. En définitive, font remarquer les experts du ministère du budget, la location d’avions privés par l’Etat n’est pas simplement justifiée par un goût de luxe et le confort, il y a derrière un vaste business qui permet de spolier le Trésor public pour le compte de tiers qui ont pris en tenaille l’économie nationale.
On se demande au bout du compte à quoi sert l’avion de commandement du Président réfectionné pourtant en 2002 pour un montant de 32 milliards de FCFA.
http://oumar@hotmail.com

3.Posté par wakh sa khalaat le 17/11/2010 05:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et on pretend accrocher une foule de visiteurs avec autant de salete?

4.Posté par cissé le 19/11/2010 08:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On en apprend tous les jours sur les méthodes d'arnaque et /ou de racket de ces criminels économiques .Leur seul et unique progralmme de gouvernement depuis le début c'est s'enrichir par tous les moyens et au détriment de la grande majorité.
Nous rendons un hommage sonnel et perpétuel au véritable timonier de l'économie Nationale que fut Mr Idrissa Seydi.Il a travaillé jusqu'au seuil de sa tombe pour sa Patrie et l'Afrique.Il a maintenu "artificiellement " au travail des centaines de pères de famille et aidé des milliers de personnes dans le désarroi.
Que Dieu l'acceuille Au Paradis.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site