leral.net | S'informer en temps réel

SAINT-LOUIS- Un sénégalo-suédois et sa belle-mère devant le juge

De l’escroquerie portant sur 10 millions de francs

Gora Kébé, un émigré sénégalais en Suède, a traîné son ex-belle-mère devant le tribunal pour une histoire de marchandises lui appartenant, mais que celle-ci aurait revendues. Le juge tranchera jeudi prochain.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Septembre 2008 à 15:40 | | 0 commentaire(s)|

C’est au mois de mai passé que le Procureur de la République Djibril Bâ a été saisi par le cabinet de maître Baba Diop, avocat à la Cour, d’une plainte du sieur Gora Kébé, un sénégalo-suédois, contre sa belle mère. L’escroquerie invoquée est estimée à environ dix millions de francs Cfa.
En effet, marié à la fille de Mme X, épouse du directeur général adjoint d’une grande société sise à Saint-Louis, Gora Kébé que nous avons interpellé, lors du renvoi de l’audience du jeudi 07 août dernier, estime avoir été escroqué par sa belle-mère. D’après ses explications, cette dernière, lors d’un voyage en Suède, est rentrée avec un conteneur dans lequel se trouvaient deux salons d’une valeur globale de plus de quatre millions, des tables à manger, un lot d’ordinateurs, des téléviseurs, des habits destinés à la vente, des pots de peinture, entre autres. Toute la marchandise lui appartenait, ajoute-t-il. Ce qui a surtout fait râler Gora Kébé, c’est que sa femme a abusé de sa confiance pendant plus de deux ans, le temps pour elle d’entrer en possession de son permis de séjour en Suède. A ses dires, c’est à partir de là qu’elle a changé de conduite, devenant «agressive» et «insoumise». Une tournure qui la poussera d’ailleurs à réclamer le divorce, ce qu’il finit par lui accorder.
Ce qu’il appelle «un coup monté», Gora Kébé indique l’avoir compris par l’attitude de sa femme. Celle avec qui il partageait encore le ménage n’a jamais fait le moindre effort quand il s’est agi pour lui de récupérer sa marchandise, dit-il. C’est seulement au terme des «souffrances» que lui ont fait vivre son ex-épouse et son ex-belle mère, qu’il a compris que c’était là une affaire montée de toutes pièces par les deux femmes. Jusqu’ici, il assure n’avoir reçu, par l’entremise de son chauffeur, que «quelques effets sans valeur», la dame prétendant que l’essentiel du conteneur lui appartenait. Un différend que le tribunal de Saint-Louis jugera jeudi prochain et qui pourrait refuser du monde compte tenu de la «pointure» de la dame accusée d’escroquerie.
Correspondant

Par Amadou Diarra LeQuotidien






Hebergeur d'image