leral.net | S'informer en temps réel

Sonatel porte plainte contre le vice-président de Global Voice pour diffamation

«Un voleur ne peut pas crier au voleur». Cette phrase de Serigne Ben Niang, Vice-président de Global Voice Group (GVG), parus dans les colonnes d’un journal de la place en guise de réponse aux accusations des travailleurs de Sonatel sur le contrat de gestion du trafic de communication internationales que l’Etat vient de lui confier a fait très mal à la direction de la Sonatel. Par la voix de son Directeur de la Réglementation et des Affaires juridiques, Seydi Ameth Sy Sarr, la boite va assigner devant les tribunaux M. Niang.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Juillet 2010 à 21:09 | | 0 commentaire(s)|

Sonatel porte plainte contre le vice-président de Global Voice pour diffamation
Très en colère, contre les propos du vice-président de Global Voice Group, Seydi Ameth Sy Sarr, déclare que pour légitimer son projet Serigne Ben Niang les a traités de tous les noms. «Il sera citer à comparaitre devant les juges», lance M. Sarr. Mieux, selon le Directeur de la Réglementation et des Affaires juridiques de la Sonatel , la boite n’a pas de leçon à recevoir de Global Voice encore moins de l’ARTP». Seydi Ameth Sy Sarr s’offusque contre les propos de Global Voice et de l’ARTP arguant qu’avec la hausse de la tarification sur les appels entrants au Sénégal, le trésor public encaisse 5 milliards de F Cfa par mois. Parce que dit-il, «cette somme ne profite qu’à cinq personnes». Répondant aux questions des journalistes, le Directeur de la Réglementation et des Affaires juridiques de la Sonatel déplore le fait que certains Sénégalais veulent jouer avec la Sonatel , une entreprise qui fait 12% des recettes fiscales de l’Etat du Sénégal. Tout compte fait, M. Sarr laisse entendre que Global Voice est un véritable problème, car toute la dynamique de la construction des télécoms au Sénégal était basée sur la baisse des prix et si les appels entrants deviennent plus chers, certains pays comme ce fut le cas avec le Ghana dès l’installation de Global Voice, certains pays ne vont plus s’intéresser au Sénégal et cela constitue un véritable manque à gagner. «Le rôle de l’ARTP n’est pas de se transformer en ministère de finance, il doit jouer pleinement son rôle au lieu de se transformer en pourvoyeur de recettes de l’Etat». C’est en ce sens dira le Directeur de la Réglementation et des Affaires juridiques de la Sona tel que, d’ici le 12 Août, il n’est pas exclu d’attaquer devant la cour des comptes le décret n0 2010-632 du 28 mai 2010 signant la nouvelle tarification en matière de trafic international entrant au Sénégal. D’ailleurs, selon toujours Seydi Ameth Sy Sarr, le Directeur général de la Sonatel absent du territoire national au moment où se tenait la rencontre avec les journalistes, avait déjà écrit aux autorités Sénégalaises sur le danger qu’engendrerait un tel décret.

el malick seck politicosn.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image