leral.net | S'informer en temps réel

Sur la Petite Côte du Sénégal

LERAL.NET - Invité de l'agence nationale de promotion du Sénégal et de la Compagnie aérienne Royal air Maroc, Richard Saindon décrit ici la petite cote. Un endroit sublime prisé par les touristes. Leral.net l'a repris pour vous.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Septembre 2011 à 01:14 | | 0 commentaire(s)|

Sur la Petite Côte du Sénégal
Dans le delta formé par la rencontre des fleuves Siné et Saloum, le soleil tombe sur un horizon mêlé de terre et d'eau. On ne sait trop ou s'arrête la première et ou commence la seconde.
C'est que dans ce lieu situé à trois heures de route au sud de Dakar, l'océan Atlantique s'est octroyé le droit d'entrer loin dans les terres, créant ainsi des milliers d'îles et d'îlots. Il s'agit d'un environnement unique constitué de mangroves, de lagunes, de forêts et de cordons sablonneux.

Un parc magnifique

Le gouvernement du Sénégal acréé à cet endroit le Parc national du delta du Saloum afin deprotéger cet écosystème fragileainsi qu'une faune incroyablementdiversifiée composée de chacals, singes, chats sauvages d'Afrique,lamantinstortues, crocodiles et plus de 200 espèces d'oiseaux.
Dans cette région des tanns,curieuses étendues de sable séché, se trouve le village de N'Dangane, un mot qui signifie «le havre» endialecte Sérère. En mi-journée,après avoir cassé la croûte aucharmant petit hôtel Les CordonsBleus, un nom emprunté à l'oiseaufamilier dans cette régionnousmontons à bord d'une longue etétroite pirogue motorisée pour unebalade dans cette immense volièrenaturelle que représente la mangrove. À bordnotre guide,Babacarexplique que le deltaregorge d'oiseaux migrateurs qu'il pointe les uns après les autres : cigognesflamants roses, pélicansaiglespêcheursmaraboutsmartins-pêcheurs et spatules rosés. Au bout d'un moment nous atteignons Mar Lodjl'unedes nombreuses îles dans le delta du SaloumMesurant 15 Km sur 10 Km, Mar Lodj abrite une population de 5 500 personnes réparties dans quatre villages. On y vit à peine d'agriculture, (riz, mil, arachidepastèque) de lapêche et maintenant un peu grâce au tourisme. Au village de Mar Fafaco, je me suis entretenu quelques instantsavec l'imam de la mosquée. Le village est d'ailleurs un modèle de cohabitation entre les adeptes de trois religions,l'Islam, le catholicisme et l'animisme. Le tout est symbolisé par trois arbres géantsmais d'essences différentes,dont les racines et les frondaisons s'entremêlent sur la place au centre du hameau.

Une passerelle relie l'îlot du cimetière au village de Fadiouth (Photo Richard Saindon) Une passerelle relie l'îlot du cimetière au village de Fadiouth (Photo Richard Saindon)

La Petite Côte
Un peu au nord du Parc national du delta du Saloumnous remontons la route longeant l'océan Atlantique.Partout le long des routessénégalaises, on ne peut queremarquer les femmes vêtues deboubous richement colorés quimarchent en portant divers objetssur la tête avec une élégancedésinvolteNous arrivons au boutd'un moment dans une régionappelée la Petite Côteconsidéréecomme la «Côte d'azur duSénégal». Première étapeJoalFadiouthl'un des plus jolis villages du pays. Ancien comptoir portugaisdatant du 15e siècleJoal étale sesvieilles maisons sous les cocotiers. Ils'agit aussi du village natal del'ancien président Léopold SedarSenghor qui l'a chanté dans sespoèmes. Sa maison d'enfance estouverte à la visiteMais ce quidistingue la commune, ce sont cesénormes amoncellements de coquillages consommés par les habitants au fil des sièclesIls forment des îlots surlesquels les baobabsces arbres aux formes tourmentéesont réussi à prendre racineL'un de ces îlots artificiels,relié à Joal par un long pont de bois, porte le pittoresque village de Fadiouth.

Un baobab de belle taille ! (Photo Richard Saindon) Un baobab de belle taille ! (Photo Richard Saindon)

Cette commune est connue pourses anciens greniers à mil sur pilotis, le ballet incessant des pirogues, sesporcs noirs qui déambulent partoutet les crabes munis d'une seulepince. Il faut voir le cimetièreluiaussi aménagé sur un îlot decoquillages  se côtoient lessépultures chrétiennes etmusulmanes. En fin d'après-midi, je me suis rendu à la case à palabresde Joal écouter les gens discuter.Voilà une riche expérienceculturelle.
Une plage à Saly Portudal (Photo Richard Saindon) Une plage à Saly Portudal (Photo Richard Saindon)

Saly Portudal

Plus haut sur la Petite Côte setrouve Saly Portudal, le plus vastecomplexe touristique de toutel'Afrique de l'OuestCette stationbalnéaire renommée offre un largeéventail d'hôtelsdont un certainnombre d'établissements luxueuxsur des plages de sable fin. On propose aux touristes un vastechoix d'activités : pêche au gros,plongée sous marine, équitation, voile, golf, parachutisme, quad, sansoublier discothèques et casinos.

Une belle rencontre dans la réserve de Bandia (Photo Richard Saindon) Une belle rencontre dans la réserve de Bandia (Photo Richard Saindon)

Réserve de Bandia
À 15 Km des plages de Saly, laréserve de Bandia met la mythiquefaune africaine à la portée de tous. Pour le plus grand plaisir desphotographes, on a réintroduit dansce vaste territoire de savane, de grands mammifères disparus sous lapression démographique et lebraconnageC'est à bord de 4 X 4,avec des guides expérimentésquenous parcourons les 40 Km de pistequi sillonnent la seule réserve privéedu SénégalNous rencontrons desrhinocéros, des buffles, des zèbres, des impalas et autres gazelles ainsique des phacochères. Le guidenous amène ensuite à pied dans lasavaneNous marchons vers de grands arbres un peu décharnés.Après quelques minutes, nousapercevons un petit groupe degirafe. «La girafe craint peud'animaux car ses coups de sabotspeuvent même tuer un lion»,précise notre guide avant d'ajouter: «Le plus souvent, la girafesuccombe à l'arthrose qui attaquesa longue colonne cervicaleFichtre alors...

Le fascinant spectacle du retour des pêcheurs à M'Bour (Photo Richard Saindon) Le fascinant spectacle du retour des pêcheurs à M'Bour (Photo Richard Saindon)

M'Bour

Dernière étape de ce périple sur la Petite CôteM'Bour est l'un descentres de pêche les plus actifs du littoral sénégalais. En fin d'après-midi, le retour des pêcheurs à bordde dizaines de pirogues et de bateaux est un spectacleabsolument fascinant. Descentaines d'hommes déchargent lescasiers remplis de poissonsmulticolores et les portent sur leurtête vers les entrepôts en sefrayant un chemin à travers unefoule colorée de plusieurs milliers depersonnes massée sur la plage.Plusieurs dizaines de femmesachètent directement des pêcheursde petites quantités de poissonsqu'elles vont revendre plus loin. Il y a aussi des claies de branchages surlesquelles le poissonétalé sur descentaines de mètressèche ausoleilformant un tableaupittoresque et...odorant.
Le Sénégal représente une belle destination francophonefacilementaccessible par Royal Air Maroc àpartir de Montréal. On dit duSénégal qu'il est le pays de la «teranga», un mot wolof signifianthospitalitéJ'ai pu vérifier que c'est bien le cas.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image