leral.net | S'informer en temps réel

Vers un mandat d’arrêt contre El Hadj Boubacar Badiane l’ancien directeur de la Suneor de Diourbel

L’étau est entrain de se resserrer autour de l’ancien directeur de l’usine de la Suneor de Diourbel, dont le procès pour détournement d’un camion de 600 sacs de graines d’arachide, a finalement eu lieu ce mardi 18 octobre 2011 au tribunal régional de Diourbel, et ce, après plusieurs reports. Bénéficiant d’une liberté provisoire, El Hadj Boubacar Badiane pourrait retourner en prison si le tribunal suit le procureur qui a demandé une condamnation d’un an dont six mois ferme aussi bien pour le prévenu, que pour le convoyeur Alioune Ndiaye et le commerçant Moustapha Dieng accusé de recel. Un mandat d’arrêt risque aussi d’être lancé contre les sieurs Badiane et Ndiaye. Délibéré au 08 Novembre prochain.


Rédigé par leral.net le Mercredi 19 Octobre 2011 à 16:06 | | 1 commentaire(s)|

Vers un mandat d’arrêt contre El Hadj Boubacar Badiane l’ancien directeur de la Suneor de Diourbel
Un emprisonnement d’un an dont six mois de sursis ! Voilà ce qu’a demandé le procureur de la république pour El Hadj Boubacar Badiane l’ancien directeur de l’usine Suneor de Diourbel, le chauffeur Alioune Ndiaye, et le commerçant Moustapha Dieng établi à Touba. Dans ce procès qui s’est finalement tenu le mardi 18 octobre 2011 au tribunal régional de Diourbel, El Hadj Boubacar Badiane est poursuivi pour détournement d’un camion de 600 sacs de graines d’arachide en avril 2009, Moustapha Dieng, lui, a été attrait devant le tribunal pour recel, quant au convoyeur Alioune Ndiaye, il a répondu pour les délits de complicité. Pour rappel, c’est en avril 2009, que les limiers ont mis la main sur les trois présumés coupables de détournement, après qu’une plainte soit déposée auprès du commissariat urbain de Touba. En fait, c’est suite à un appel d’un opérateur semencier établi dans la cité religieuse, et qui mis au parfum de la vente d’une importante quantité de graines d’arachide, interpelle directement Madoro Niang, le coordonnateur de l’usine Suneor de Louga. C’est seulement après constat que l’info s’était avérée juste, que M. Niang s’en est ouvert à la hiérarchie qui ne tarda pas à déléguer Omar Samb, le directeur du service des audits et contrôle de la Suneor à Dakar. « Vous nous aviez affirmé que la vente n’avait pas encore débuté alors qu’il y a présentement une importante quantité de vos graines qui circulent à Touba », aurait confié l’opérateur par téléphone à Madoro Niang. « Je n’ai jamais transporté de graines de Louga vers Diourbel, et je n’ai jamais discuté, ni de vive voix, encore moins par téléphone avec El Hadj Boubacar Badiane au sujet de ces graines », a déclaré Madoro Niang devant la barre. Et de poursuivre « je suis proche de la retraite. J’ai 33 années de carrière derrière moi, j’ai une famille. Et je n’ai pas besoin de tout hypothéquer maintenant pour une affaire d’arachides ».

Le mea-culpa de Moustapha Dieng accusé de recel : « j’avais une extrême confiance en Badiane »


« Je ne savais pas que l’arachide que j’achetais était détourné. J’avais une confiance extrême en Badiane. En un certain moment, j’avais cessé de faire ce commerce, mais c’est lorsque mon marabout Serigne Mbacké a obtenu un agreement que j’ai recommencé à m’adonner à la commercialisation. C’est Badiane qui m’a téléphoné pour me dire que la Suneor avait besoin d’argent au plus vite, et vendait 30 tonnes d’arachide. C’est là que je suis allé voir des amis commerçants pour rassembler le montant. Nous sommes tombés d’accord sur le prix de 260 francs Cfa le kilo. J’ai même supplié de me vendre à 250 francs, mais il m’a dit que le prix était fixe. Je lui ai demandé un délai de cinq jours avant de lui apporter les 15 millions et 600 mille francs dans son bureau. Je signale qu’auparavant, il lui avait suggéré d’envoyer la somme sur le compte de l’usine, mais il m’en a dissuadé. En aucun moment je n’ai eu de doute parce que je ne pouvais pas imaginer qu’un directeur d’usine pouvait s’adonner à ce genre de pratique »      
 

 El Hadj Boubacar Badiane accablé par les différents témoignages

 

Bénéficiant d’une liberté provisoire après avoir versé plus de 12 millions, El Hadj Boubacar Badiane ne s’est pas présenté au tribunal. Il en a été de même pour le convoyeur Alioune Ndiaye. Et les différents témoignages recueillis par le tribunal ont clairement établi la culpabilité de l’ancien directeur de l’usine Suneor de Diourbel. Aussi bien Marie Madeleine Sarr la conseillère juridique de la Suneor, Omar Samb le directeur du service des audits et contrôles de la Suneor, Madoro Niang, Khalifa Mboup chef du service de réception de l’usine Suneor de Diourbel, Mamadou Fall responsable du transport de l’usine de Diourbel, et même les aveux du « receleur » Moustapha Dieng ; ont désigné M. Badiane pour avoir délibérément planifié son forfait. Quant à Me Assane Dioma Ndiaye l’avocat commis par la Suneor, il a demandé à la cour le versement par El Hadj Boubacar Badiane de la somme de 18 millions de francs Cfa à la partie civile en plus d’un montant de 5 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts. Aussi, Me Ndiaye a demandé la restitution du véhicule toujours en possession du prévenu « comme l’avait du reste ordonné le juge ».


Le procureur requiert un an dont six mois assortis de sursis pour El Hadj Boubacar Badiane, Moustapha Dieng, et Alioune Ndiaye
 

A l’issue de son réquisitoire, le procureur de la république pour qui la culpabilité des prévenus ne fait aucun doute, a demandé au tribunal de condamner les mis en cause, chacun à une peine d’un an dont six mois avec sursis. « Alioune Ndiaye ne pouvait pas méconnaitre le caractère délictuel de la procédure dans laquelle il s’était engagé », a –t-il justifié. Quant à Moustapha Dieng poursuivi pour le délit de recel pour avoir été au courant des procédures er règles de la Suneor dans la vente des graines, le procureur reproche une certaine forme de complicité. « Il est incontestable que Badiane a accompli délibérément son forfait » a dit le procureur qui indique qu’il s’agit de détournement de deniers car l’Etat du Sénégal détient une grosse part de la Suneor. En définitif, il a demandé en plus des peines, le lancement de mandats d’arrêts contre El Hadj Boubacar Badiane et Alioune Ndiaye qui n’ont pas daigné assister au procès.

Talla Ndoye

 




1.Posté par Papa Dieng le 20/10/2011 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est sûr c'est qu'il va perdre les élections surtout à Ndande où on prépare déjà le boycott à cause de Babacar Thiam EX; PCA de la SAED et de Alliance Sopi pour Toujours qui vient déranger le PDS authentique en collaborant avec les anciens dissidents du PDS lors de locales, Ce PDS authentique prépare bien leur coup: VOTE SANCTION. En réalité, tout le PDS de Ndande voulait rebattre campagne pour Wade, mais pourquoi Babacar THiam vient remettre un désordre dans les rangs du PDS ???

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image