leral.net | S'informer en temps réel

le commerçant Elhadj Diop trainé en justice pour escroquerie :une assistante sociale vivant en suisse lui réclame 5 millions pour l’acquisition d’un terrain

Cinq (5) millions, c’est la somme qui oppose le grand commerçant de « ganilah » de Saint Louis, El hadj Diop et Awa Jeannot Faye, assistante sociale éducative, vivant en Suisse, suite à une affaire de vente de terrain. Le commerçant réfute les accusations et parle de cabale montée contre lui par la dame. Une affaire qui défraie la chronique dans la vieille ville.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Juillet 2012 à 17:48 | | 0 commentaire(s)|

le commerçant Elhadj Diop trainé en justice pour escroquerie :une assistante sociale vivant en suisse lui réclame 5 millions pour l’acquisition d’un terrain
Awa Jeannot Faye, assistante sociale éducative en Suisse vient de trainer El hadj Cheikh Diop commerçant de son état à Saint-Louis devant le tribunal pour escroquerie. Mais, leur différend n’a pas été vidé par le tribunal qui a classé le dossier sans suite. Une décision de justice qui a mis la « Suissesse » dans tous ses états. D’ailleurs, elle sollicite l’arbitrage du ministre de la Justice. Selon la plainte déposée au tribunal, la dame accuse le commerçant de l’avoir escroqué de 5 millions de nos francs. Tout serait parti de la vente d’un terrain à Ngallèle, la dame et le commerçant ont été mis en contact par un courtier. C’est par la suite que tous deux sont allés à Ngallèle pour visiter la parcelle et ils sont trouvé la porte fermée à l’aide d’un cadenas mais El hadj Diop, le propriétaire, ne disposait pas de la clé. Et à en croire Mme Faye dans sa plainte, El hadj Diop avait promis de désherber la parcelle pour lui permettre de la visiter. Et un jour, elle est retournée à Ngallèle en compagnie du courtier, mais une fois à l’intérieur elle a fait savoir à El hadj Diop que la parcelle est enclavée. Et comme elle a un projet de poulailler, elle n’a pas apprécié la parcelle. Suite à cela, El hadj Diop a invité Mme Faye a visité d’autres des parcelles dont il dispose. Lors de cette descente à ces parcelles situées prés de la maison d’El hadj Diop, Awa Jeannot Faye a porté son choix sur l’une d’elle où le commerçant avait installé un poulailler. « J’ai voulu discuter le prix mais il m’a fait savoir que c’est à moi de le fixer car il me considère comme sa sœur, mais tout en me précisant qu’il est dans le besoin de 25 millions pour avoir contracté une dette à sa banque », dit-elle dans la plainte. Allant plus loin, l’assistante sociale éducative explique que deux jours après, El hadj Diop l’a appelée pour lui encore rappeler son besoin de rentrer dans ses fonds et qu’il avait par devers lui 20 millions et que seule la somme de 5 millions lui manque pour aller voir sa banque, sous risque d’être traduit devant le tribunal. « Nous nous sommes rendus à la SGBS où j’ai retiré 2 millions et puis je l’ai mis en rapport avec mon cousin Assane Loum qui lui a remis 3 millions », a dit la dame. Mais selon Awa Jeannot Faye, El hadj Diop est parti sans lui faire une décharge et depuis cette date elle court derrière cette reconnaissance de dette mais en vain. Le commerçant prétextant toujours des problèmes à régler, tout en affirmant qu’ils vont se voir bientôt. Plus tard, « à ma grande surprise, El hadj Diop me fait comprendre qu’il ne m’a pas vendu le terrain ayant le poulailler mais plutôt la parcelle qui se trouve à Ngallèle pour 13 millions et que les 5 millions encaissés constituent une avance ». Awa Jeannot Faye a réfuté les dires du commerçant et son cousin Assane Loum, agent de développement à la mairie de Saint Louis, lui a fait comprendre que le terrain ne vaut pas le coût. « C’est ce que je lui ai fait comprendre mais il a refusé de me faire la décharge disant qu’il a reçu cet argent comme avance dudit terrain », souligne-t-elle. A la police, le témoin Moussa Diallo a affirmé aux limiers qu’Awa Faye et El hadj Diop se sont présentés chez lui pour solliciter des prières. « Awa a réclamé à El hadj Diop un papier écrit pour matérialiser l’argent qu’elle lui avait remis mais celui-ci avait refusé et ils n’avaient pas parlé de prix ni de vente de terrain », a-t-il dit lors de son audition. De son côté, Assane Loum soutient qu’il a effectivement donné à El hadj Diop 3 millions et qu’Awa lui a fait comprendre que le poulailler ne pouvait être mis en vente, car il était en gage. El hadj Diop a balayé d’un revers de la main ses accusations. Il parle de cabale montée contre sa personne. « Tout ce qu’elle a raconté est faux », a-t-il dit. Et donnant sa version des faits, le commerçant souligne que la dame s’est présentée chez lui pour l’achat d’un terrain, notamment celui qui se trouve à Ngallèle mais une fois qu’elle a vu mes parcelles où j’ai mis mon poulailler, elle est tombée sous le charme et a changé d’avis, alors qu’elle avait fait une avance de 5 millions sur les 13millions du prix. « Vous savez, cette femme a une pile de dossier similaire au tribunal de Saint-Louis et cette affaire a été classée sans suite et maintenant elle tente de me discréditer dans une ville où j’ai fini de gagner une bonne réputation », se défend-il. Toutefois, il soutient que la dame lui a donné la somme de 5 millions mais comme une avance pour l’achat de la maison située à Ngallèle. « Pour la rembourser il faut que je vende la parcelle de Ngallèle ou bien elle complète le reliquat pour la parcelle de Ngallèle. Je lève la voix pour dire que je n’ai jamais songé à l’escroquer et que je n’ai jamais eu de problèmes avec ma banque », avance-t-il.



Source:Loffice.sn
Alassane Sylla






Hebergeur d'image