leral.net | S'informer en temps réel

16 ans après la mort de Balla Gaye, les étudiants traquent toujours le meurtrier

Le temps passe mais la douleur reste toujours intense. En cette matinée de commémoration du 31 janvier, un calme plat règne à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. Les étudiants réclament toujours que le lumière soit faite sur cette affaire.


Rédigé par leral.net le Mercredi 1 Février 2017 à 13:29 | | 0 commentaire(s)|

16 ans après la mort de Balla Gaye, les étudiants traquent toujours le meurtrier
Dans les facultés et instituts, règne un silence de cathédrale, pas l'ombre d'un étudiant sur les lieux. Les "ucadistes" se sont donnés rendez-vous à la stèle érigée en l'honneur de Balla Gaye à l'entrée du campus social et au rectorat.
Vêtus de t-shirts à l'effigie de Balla Gaye sur lesquels, on peut lire, "halte à la violence, pour un espace universitaire paisible", les étudiants se sont fortement mobilisés pour réfléchir également sur "la synergie des acteurs pour une pacification de l'espace universitaire".
Au cours d'un point de presse improvisé après le récital du Coran, les étudiants ont dénoncé avec la dernière énergie, les meurtres perpétrés sur des étudiants sans que la lumière ne soit faite. "Nous regrettons beaucoup ce qui s'est passé ces dernières années avec la perte en vies humaines de Balla Gaye, Bassirou Faye et Mamadou Diop", soutient le porte-parole des étudiants, Cheikh Diop, par ailleurs, président de la commission sociale de l'Amicale des étudiants de la faculté de médecine, de pharmacie et d'odonto-stomatologie. Il fustige ainsi la lenteur des procédures judiciaires et invite les autorités étatiques à apporter la lumière afin de mettre la main sur les coupables.
source: le Quotidien