Leral.net - S'informer en temps réel

2 mars 2020 - 2 mars 2021 / Incidences de la Covid sur le fonctionnement de la justice : entre perte de clients, procès renvoyés et baisse des revenus des avocats.

Rédigé par leral.net le Mardi 2 Mars 2021 à 00:25 | | 0 commentaire(s)|

La Covid a aujourd’hui mis à rude épreuve les activités des acteurs et auxiliaires de justice. Les robes noires vivent pour la plupart des situations difficiles liées à la pandémie. La crise sanitaire a engendré d’énormes ralentissements dans le fonctionnement de la justice et les justiciables ne sont pas en reste avec des dégâts collatéraux dans tout le système judiciaire. Dakaractu a, dans ce dossier, recueilli des témoignages, des impressions de certains avocats qui subissent les impacts de la crise sanitaire sur leurs activités.
2 mars 2020 - 2 mars 2021 / Incidences de la Covid sur le fonctionnement de la justice : entre perte de clients, procès renvoyés et baisse des revenus des avocats.

C’est unanime ! La pandémie du Covid-19 a presque touché tous les secteurs d’activité du pays, dont  bien entendu celui des avocats. Logé au deuxième étage de l’immeuble Atlas, à quelques encablures de la demeure de l’ancien président de la République Me Abdoulaye Wade, au Point E, le cabinet de Me Sèye connaît une ambiance assez calme en cette matinée du jeudi 25 février 2021. 

 

Concentrée sur son ordinateur, l’assistante du professionnel du Droit nous indique du doigt la salle d’attente. Vide, la pièce affiche les souvenirs de l’avocat en compagnie de certaines personnalités du pays. Après quelques minutes d’attente, l’assistante très regardante sur les mesures barrières contre la Covid-19 nous invite à rejoindre Me Sèye, dans son bureau, le téléphone collé à l’oreille. Interpellé sur la question, l’avocat à la Cour Me Ousmane Sèye reconnaît les impacts de la Covid-19 sur son activité et sur le fonctionnement de la justice. Il profite de l’instant pour prier pour le repos de l’âme de sa consœur, Me Chahrazade Hilal emportée par le virus le 04 juillet 2020 à Paris. Revenant sur le sujet, la robe noire  souligne qu’il y a certains avocats qui avaient attrapé le virus et qui heureusement s’en sont sortis.

 

Impact sur les revenus 

 

La pandémie du Covid-19 a réellement impacté les revenus des avocats. À cet effet, le patron du cabinet d’avocats ‘’Sèye et associés ‘’, Me Ousmane Sèye estime que certains de leurs clients ont chopé le virus et d’autres ont vu leurs revenus baisser de manière drastique car, dit-il, certains clients ne sont plus en mesure de payer leurs honoraires dus à la crise financière. Il y en a même qui ne perçoivent que moins de 70 % de leur salaire alors qu’ils doivent faire face à des honoraires et à des frais de justice. Malgré toutes ces difficultés, souligne Me Sèye, les avocats sont obligés de supporter tout le travail pour leurs clients sans pour autant être honorés entièrement. 

 

Ce qui veut dire, selon lui, que les charges des avocats n’ont pas diminué alors que les recettes ont fortement baissé.  

 

Inscrit au barreau de Dakar depuis l’année 2005, Me Bocar Arfang Ndao du cabinet d’avocat Lexisen-Avocat situé sur l’avenue Georges Pompidou à l’immeuble Sokhna Anta au 13e étage. Le vigile qui se trouve à l’entrée de cet immeuble de plusieurs étages nous interpelle pour recueillir l’objet de notre visite et c’est par la suite qu’il nous indique l’étage où se trouve le cabinet d’avocats. Une fois dans les lieux, nous avons trouvé la secrétaire, le masque bien mis et il y avait un seul client dans la salle d’attente. Vraisemblablement, nous avons noté un dispositif concernant le respect des mesures barrières. 

 

Ainsi il tient à souligner que la Covid a impacté le fonctionnement de la justice même s’il est vrai que dans une certaine proportion, les gens continuent à divorcer et d’autres continuent à faire des délits. Cela dit si les clients sont impactés, les auxiliaires qui sont chargés des dossiers le sont aussi. 

 

Sur le plan du recouvrement, explique-t-il, il y a des dossiers où les gens pouvaient transiger et prendre des engagements. « Aujourd’hui il y a des relations de créance et de dettes parce que les gens n’arrivent plus à payer », a t-il dit. Il donne l’exemple des audiences des baux à usage d’habitation qu’on peut avoir une décision, mais qu’il est impossible d’expulser la personne en tout cas pendant une certaine période. Cela dit, précise la robe noire, tu fais une procédure, la personne ne peut pas payer et tu ne peux pas l’expulser et tu es obligé, dans ce cas, de reconsidérer les honoraires. 

 

Les dossiers de divorce ne sont plus traités et les avocats de faire savoir qu’ils ne veulent plus prendre de dossier de divorce sachant que le client ne va pas payer parce que son dossier n...


www.dakaractu.com


Source : https://www.dakaractu.com/2-mars-2020-2-mars-2021-...


Titre de votre page Titre de votre page