Abdallah Dionne sur la Présidentielle de 2019 : «Il y a Macky Sall qui parle au Peuple sénégalais et les autres candidats qui parlent à Macky Sall»


Rédigé par leral.net le Dimanche 25 Mars 2018 à 16:30 | | 0 commentaire(s)|

Faisant une prospective de la Présidentielle de 2019, le  Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a expliqué qu'il y a actuellement deux profils de candidats à la Présidentielle d'une part Macky Sall qui parle au Peuple sénégalais et les autres candidats qui parlent à Macky Sall.

"Il y a actuellement deux profils de candidats à la Présidentielle d'une part Macky Sall qui parle au Peuple sénégalais et d'autre part, les autres candidats qui parlent à Macky Sall. L'opposition sénégalais gagnerait à arrêter d'instrumentaliser l'actualité", a déclaré le PM à Mamoudou Ibra Kane dans l'émission le Grand Jury (actuellement en cours sur la RFM).

 « Macky Maky Sall n’a pas déçu l’électorat et c’est pourquoi il sera réélu en 2019 ». C’est ainsi que le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a aussi défendu bec et ongles le bilan du Président Macky Sall samedi à l’occasion de la célébration ce week-end des 6 ans du patron de l’Alliance pour la République (APR) par la convention des jeunesses républicaines (COJER).
 
« Chaque jour, vous entendez des attaques terroristes ça et là, mais, une chose reste sûre, le président Macky Sall ne ménage aucun effort pour protéger le pays et c’est cette sécurité qui permet aux Sénégalais de vivre paisiblement en toute sécurité et sûreté. Maintenant, certains peuvent aller sur les réseaux sociaux et dire ce qu’ils veulent. Il n’y a vraiment pas de candidatures sérieuses, on ne voit que des lettre ouverte, pas d’alternative crédible, Macky Sall a comme référence le Plan Sénégal Emergent et maintenant qu’est-ce que propose l’opposition sur la table ? », a expliqué u sénégal, il y a pas Mahammed Boun Abdallah Dionne.
 
. Il y a quelques jours, c’est le président Macky Sall qui a revendiqué un bilan "globalement très positif" en 6 ans de présidence dans un contexte marqué par les remous du front social et politique mais surtout, à un an de la fin de son contrat avec les Sénégalais.
 
Pour rappel, Macky Sall, premier président du Sénégal né après l’indépendance, a été élu pour un mandat de 7 ans le 25 mars 2012 au second tour de l’élection présidentielle face à Me Abdoulaye Wade, par 65,8 % des électeurs.
 
Depuis sa prestation de serment le 2 avril 2012 au King-Fahd Palace de Dakar, le président Sall met en œuvre le Plan Sénégal émergent (PSE), devenu le cadre de référence des politiques de développement visant à conduire le Sénégal sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035.
 
Le PSE repose sur trois piliers ou axes stratégiques : La transformation structurelle des bases de l’économie, la promotion du capital humaine et la bonne gouvernance et l’Etat de droit
 
Grâce à de nombreuses initiatives, le taux de croissance a repris des couleurs et est projeté à 7% en 2018.
 
L’on peut relever une vaste politique de développement des infrastructures routières, la création d’une nouvelle ville à Diamniadio dans la région de Dakar, la mise en service de l’aéroport international Blaise Diagne, le futur Train express régional (TER), la mise en œuvre de différents programmes : Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), PUMA, PROMOVILLES, etc.
 
Il y a aussi le programme de couverture maladie universelle et de bourses familiales, la carte d’égalité des chances pour les personnes vivant avec un handicap, etc.
Massène DIOP Leral.net